Les premières nuits ou j'ai dormi sur le terrain

ou j'ai installé ma yourte il y a deux ans,

j'entendais, surtout quand la lune était ronde,

des craquements bizarres qu'au début je n'arrivais pas identifier.

L'ouie est une fonction primordiale

qu'on redecouvre en vivant dans la nature,

car les animaux, furtifs, se signalent rarement de visu,

toujours à l'improviste, et fuient le regard humain qu'ils savent instinctivement dangereux.

Sous une yourte, la membrane des murs,

malgré le nombre de couches isolantes qu'on y pose,

reste un rempart perméable que l'ouie transperce aisement:

les sons filtrés sont beaucoup moins amortis que dans une maison.

La campagne étant devenue très bruyante,

à l'image d'une société dont le moteur s'est emballé

et que plus personne n'arrive à ventiler,

la pollution sonore peut vite devenir insupportable:

elle risque d'éveiller une agressivité justifiée

contre l'insolente emprise sur l'espace sonore qu'aucune taxe sévère,

à défaut d'une citoyenneté respecteuse,

ne vient tempérer, selon le principe pollueur-payeur.

La reconnaissance de l'environnement par l'oreille

est très importante dans la structuration sécuritaire du cocon de la yourte.

C'est ainsi que j'ai appris à repérer les passages d'animaux nocturnes,

mais pour le coup, malgré mes années en forét,

ces craquements m'intriguèrent plus qu'une nuit.

sound_syst_me

Puis j'ai réalisé que, dans le champ d'une propriété voisine,

un bel arbre aux branches en touffe évasée, était un noisetier.

Mes voisins les écureuils festoyaient la nuit dans ses ramures,

m'invitant à assister gratuitement au festival accoustique des noisettes volantes...

Quelle joie alors de voisiner avec ces gentils grimpeurs,

de les observer sautant de branches en branches,

balancant leurs queues dans leur vol avec une élégance insurpassable!

Mais bien entendu, ce n'est pas ce noisetier là qui m'a offert quelques jeunes perches

pour étayer le chapeau de ma plus petite yourte;

je me suis enfoncée dans un valat envahi de ronces,

et j'ai dégagé, du bord du ruisseau,

quelques branches minutieusement choisies.

Pleine de déférence pour la sveltesse et l'évanescence de cet arbre,

j'ai compris qu'il ne pouvait convenir qu'à l'arrondi de quelques huttes

et non à des oeuvres géométriques ou pyramidales.

couronne_noisetier