Subrepticement ce matin,

j'ai ramassé de la mache sauvage devant ma yourte,

mache_sauvage

sur le sentier communal.

Cette mache est très mauvaise pour la santé,

elle fait veillir jeune et durer longtemps.

Le tuyau vaut très cher ici dans le village.

Seuls les vieux de plus de quatrevingt dix ans se le refilent en douce.

Mais comme j'ai un copain fouineur et testeur de verdure,

on l'a trouvé, la mache miracle qui fait des centenaires dans le quartier!

On l'a trouvé juste devant la yourte, toute simple

dans sa robe en étoile verte, au pied du mur de mon voisin.

J'ai donc procédé à la collecte sans vergogne,

quoique je sois avertie des risques,

la mache étant, comme l'ortie, ciblée par les privatiseurs tueurs.

J'ai lavé ma salade sauvage dans de l'eau de pluie de la veille,

en étant très consciente des implications

de mon crime de lése majesté sur les multinationales

qui vendent de la mache industrielle, sous papiers céllophane,

bourrée de conservateurs et d'additifs chimiques.

Puis les fleurs de pissenlit parsemant le terrain de ma yourte,

devant_la_yourte

que je ne cultive pas, préferrant y repérer les accomodations locales

des différentes variétés de plantes sauvages,

salade_fleurie

ont sauté presque toutes seules dans mon assiette.

pr_par_e

Je suis rentrée dans la yourte

entr_e_yourte

préparer ma petite vinaigrette

et je me suis régalée.

A la fin, petit must, mais ça je ne le dis à personne,

je ne le fais que quand je suis seule,

et surtout pas devant les enfants,

desfois qu'ils me prennent pour une malpropre

alors que je ne suis qu'une indienne,

je nettoie mon bol avec le doigt, hummm....

J'écoute ensuite les oiseaux qui chantent de partout;

leur concert est une ode fantastique à la nature

qui exulte de la pluie de ces deux derniers jours.

En même temps, irrécupérablement rebelle,

je remplis un petit sac de jute avec les fleurs de bruyère

bruy_re

que j'ai ceuilli hier pour ma petite voisine

qui s'est fait opérée de l'appendicite

et qui a des problèmes urinaires,

tout en suivant de l'oreille et des yeux

les lézards qui filent sous mon toit.

l_zard

De tous les habitants de ma yourte, c'est eux que je préferre,

ils sont légers, vifs, une petite gueule toute fine,

ils portent le printemps en eux et gobent les moustiques,

ils sont totalement innoffensifs,

pas comme ces crocodiles d'hier soir

dragon_de_sable

à la réunion de mon groupe politique

devant qui  j'ai fais un scoop ovni

avec mon féminisme non-violent.

coeur_de_vie