Avec José Bové, nous réclamons

l'interdiction d'expulsion des logements

et de tout lieux d'habitat,

la réquisition de tous les logements vides,

et des terrains incultes, pour ceux qui en ont besoin.

Car la loi du droit au logement opposable

ne vaut rien si elle reste inappliquée!

Avec les associations, réclamons

la création d'un service public du logement!.

Un million200mille personnes vivent en France dans des logements insalubres,

un million dans une situation de surpeuplement,

90 000 sont SDF et un million n'ont pas de domicile personnel:

ils vivent en foyers, en structure d'hébergement, en hotel,

en camping, en habitat de fortune.

A coté de ces chiffres, il existe énormement de logements vides dans ce pays,

de terres en friches, particulièrement dans le Nord du Gard,

les Cévennes minières ou j'habite,

ou des villages entiers sont laissé à l'abandon

rien___faire

alors que des collines, à coté d'un centre ville en déshérance,

personne

sont déboisées, rasées et bétonnées pour y construire des lotissements

qui n'enrichissent que les promoteurs et les spéculateurs immobiliers.

Ces lotissements parachutés sont conçus pour des habitants

cencés déplacer leur mode de consommation et de pollution urbaine,

utilisant la campagne comme la banlieue de la globalisation libérale.

Ce genre de gestion capitaliste et impérialiste des territoires

lése gravement les hommes et la nature

et laisse les villages brisés et sans âme.

Pourtant, je refuse de faire du misérabilisme

alors que justement dans notre région, en terre de Cévennes,

nous sommes porteurs d'une histoire de résistance

qui en inspire encore beaucoup.

Maintenant, une proportion grandissante de personnes ne peuvent plus

et ne veulent plus vivre dans des logements inadéquats et hors de prix,

et donc radicalisent leurs choix:

ils revendiquent de vivre dans des cabanes,

cabane_bambou

des yourtes et des tipis dans des lieux naturels,

le_camp_de_la_libert_

ils créent des écovillages,

et ils investissent des squatts qu'ils autogérent.

Ils fabriquent des maisons écologiques autoconstruites,

en bois, en terre, en paille, en matériaux de récupération,

avec des bouteilles, des coquillages,

bouteilles_en_mur

des pierres qu'ils remontent en murets sur les traces de nos anciens,

des briques, des tuiles, des planches,

planches

des materiaux naturels et non polluants,

des toilettes séches, des panneaux solaires,

et qui roulent avec des biocarburants,

quand ils n'ont pas décidé d'abandonner leurs véhicules

remis_e

pour privilégier les transports en commun, le vélo, la marche et le covoiturage.

C'est dans ce sens que nous réclamons

la réhabilitation des réseaux de services publics

dans les campagnes et les banlieues,

train_pour_village

ainsi que la gratuité totale des transports collectifs.

Dans cette rebellion assumée, je rencontre  beaucoup de jeunes

qui vivent tout en camion, en roulotte, à l'année,

caravane

nomadisant pour les traveaux saisonniers,

petits boulots, stages ou formations.

Et n'oublions pas les nomades traditionnels,

qui représentent symboliquement et historiquement

une alternative à l'habitat sédentaire

et une tradition de liberté surlaquelle on n'a pas à chipoter:

ils doivent pouvoir bénéficier dans toutes les villes et tous les villages

d'aires d'acceuil obligatoires.


Ces expériences d'alternatives concrétes sont les fermentations

et les fers de lance d'une écologie pratique appliquée,

elles nous interpellent sur la necessité

d'une remise en cause fondamentale du productivisme,

elles nous montrent la réalité de ce que la pauvreté n'est pas la misère,

porte_joyeuse

nous invitent à expérimenter la décroissance économique au quotidien.

Elles mettent surtout en oeuvre la question de la cohérence

et de la solidarité avec les peuples du monde et avec la planéte.

Se restreindre soi dans sa consommation,

revendiquer sa sobriété,

étre capable de se donner des limites,

être conscient de ce qu'on laisse derrière soi,

c'est l'expression d'une spiritualité fraternelle,

basée sur la non-violence et l'engagement personnel.

Palais3