Mr Sarkosy veut nous obliger à devenir tous propriétaires,

Mr Sarkosy veut  tous nous cloner à son image!!!!

Or la propriété, c'est le vol, disent les anarchistes.

Alors le Christ était un très dangereux anarchiste.

pri_re

La suite de son histoire, au Christ,

c'est qu'il est resté cohérent jusqu'au bout avec son message d'amour,

shirleyhoekstra

que ce message a été recupéré par des religieux

qui se le sont accaparés pour s'approprier la terre,

terra

et la toute dernière, c'est que Mr Sarkosy en appelle aux catholiques

pour réintroduire de l'ordre armé dans le pays,

pour voler légalement la terre aux terriens,

dépouiller les plus faibles et ranconner les peuples

en les expropriant de toutes leurs ressources vitales.

Bref, privatiser le monde pour le dilapider définitivement,

sans autre forme de proçés.

Je crois, pauvre de moi, que la naissance a donné à tous

en partage notre lieu commun de vie.

Je le crois depuis Mai 68 justement, ou, très jeune fille commencant

tout juste à réfléchir un peu plus loin que ma famille et mon école,

jeune_fille

l'idée affreusement subversive d'une terre partagée

m'était venue dans ces retraites mystiques,

temps béni d'intériorisation et d'apprentissage de relations fraternelles,

hors toute compétitivité scolaire et toute attente parentale,

que quelques jeunes prètres ouvriers ou étudiants

offraient à des groupes de jeunes en quête de repères.

Mr Sarkosy a menacé de liquider tout l'héritage de Mai 68:

me voici donc particulierement visée,

fl_ch_e

avec mon passif de communautés, d'expérimentations libertaires,

de féminisme, d'engagement sociaux et associatifs,

de pratiques de develloppement personnel,

dans_les_choux

de retour à la nature, d'alternatives vécues,

de cheminements et d'incursions dans plusieurs religions,

de militantisme et de choix de vie différents,

toujous trop en avance sur mon temps,

en particulier celui de l'objection de croissance.

Nul doute que ce Mr va tout faire pour criminaliser

non seulement Mai 68,

mais tous ceux qui osent militer pour un autre monde.

Appater les gens en les incitant à s'enfermer

un peu plus derrière leurs volets,

leurs quartiers, leurs territoires, leur nation,

en leur faisant croire à la légitimité

d'une propriété gagnée à la sueur de leur front,

revient tout simplement à donner une chambre de bonne

à l'esclave s'échinant dans la propriété génétiquement dévolue

à une caste de nobles riches à qui tout est permi,

avec cette démagogie odieuse qui consiste à nommer

démocratie la distribution arbitraire des pitances aux enchainés.

Les femmes savent de quoi je parle quand elles ont mis si longtemps

à pouvoir quitter des maris violents qui traumatisaient leurs enfants.

iris

Je pense que la propriété ne doit pas dépendre du travail,

le mot travail étant ici employé dans le sens de Mr Sarkosy,

c'est à dire aliénation, activisme effrenné, fuite de soi-même,

pas plus que de l'héritage, fondé sur des conquétes sanguinaires.

swordsman

La propriété de la terre est un héritage collectif

dont l'humanité est toute entière responsable.

crat_re

Et dans l'humanité, il y a des petits enfants, des femmes, des vieux,

des malades, des agonisants, des handicapés, des pauvres,

sans_rien

des qui habitent dans des climats différents et difficiles,

des qui se lèvent tard et des qui se lèvent aux aurores,

lunatik

des petits, des grands, et des moyens.

Et comme il y a de la place pour tout le monde sans se serrer,

dans_mon_bocal

pour l'instant, et des aliments largement,

il faut juste réfléchir comment on fait

pour se partager cet endroit équitablement.

C'est ça le vrai travail qui devrait mobiliser.

Pas de continuer à se gaver

gavage

et à produire demesurement des gadgets stupides

dont on ne sait plus que faire,

ni à  entasser nos pléthores d'objets dans des cubes cadenassés,

qui sont une insulte à la capacité humaine à s'autolimiter

et à s'entraider pour mieux vivre.

compassion

De même que nos corps nous sont prétés pour une mission de charité,

de même la terre n'est que louée aux peuples qui l'habitent.

De même qu'il est illusoire de se croire propriétaire de ses talents,

ce qui ne peut que renforcer la vanité d'un Ego s'érigeant contre les autres,

de même on ne peut posséder une femme, un enfant, un amant,

sous peine de les voir s'étioler, s'étouffer ou s'enfuir.

ll est illusoire de s'enfermer à vie derrière ses clotures

alors que la vie est mouvement, ouverture, changement.

toit_volant

Toute les cultures lègères, nomades, ont été pourchassées

et coincées dans des réserves, pour les dominer, les opprimer,

car la liberté est un affront aux propriétaires sédentaires.

Ce thème de la propriété fait un pendant tout naturel à celui de l'identité.

L'identité, c'est savoir qui on est.

C'est accepter d'être marqué singulièrement

par un certain nombre de frontières symboliques,

drapeaux_indiens

propres à délimiter l'habitation temporaire qu'est notre corps,

avec son psychisme, et celle plus large, immatérielle,

de notre âme et de notre esprit.

C'est avoir des racines historiques, générationnelles,

qui fondent notre éclosion et notre évolution dans le temps et l'espace.

matin_d_automne

Ces limites sont necessaires à notre parcours vital,

comme tuteurs à la croissance de la personne.

Mais cet Ego, utile pour ancrer notre point de vision et d'action,

et batir nos relations, ce Je avec ses frontières languagières,

n'est qu'un moyen pour grandir, pour murir,

et finalement s'émanciper et s'unir à la création

dans un élan d'amour,

roses_roses

valeur constituante de notre vocation d'humain.

De même pour la maison, le foyer. De là, on s'élance

vers la place publique rencontrer l'Autre

et tenter de construire avec lui une société viable.

Durcir l'ego et durcir ses logements en retranchements identitaires

procède d'une attitude de peur et de lacheté

devant le grand saut de la Vie.

les_chemins_de_la_vie

Faire de l'Ego, des frontières,

des discriminations de classes, de races ou de genre,

(en deviant le culte de la technique biologique jusqu'à l'ADN

pour originer et stigmatiser les causes de désordre),

faire de la proprièté privée des territoires,

des ressources collectives et de l'espace public,

un but en soi est une erreur monumentale.

C'est surtout une monstrueuse arnaque manipulée par la clique

des menteurs et des assassins qui, tout au long de l'histoire,

agressivit_

( l'histoire n'étant jusqu'à present que le résultat des vainqueurs,

des conquérants, des prédateurs, des barbares, et peu importe les moyens),

ont amassé le produit de leurs razzias en éliminant les rebelles.

Alors oui, je refuse de voler aux milliards d'êtres humains

qui n'ont pas de toit sur la tête,

abri

et à peine deux euros par jour pour se nourrir,

la terre à laquelle ils ont droit au même titre que quiquonque.

Non, je ne m'enfermerais pas dans un bunker,

piègé à la bombe atomique,

pour me protéger de mes frères humains.

Le choix de vivre simplement dans ma yourte,

sans barbelés autour,

dedans_c_est_bon

procède d'un engagement cohérent et lucide

de solidarité avec l'état du monde.

audel_

Or, si Dimanche soir, la guerre à la liberté,

à la justice, à la fraternité,

est officiellement déclarée par l'élection de Nicolas Sarkosy,

je n'irais pas me planquer dans une villa bétonnée,

ni même au fin fond de la forêt cevenole,

encore moins dans un autre pays comme je l'entends dire

dans un vent d panique pas si loin de moi.

Je ne déserterais pas, je ne m'acoquinerais pas,

je ne me prostituerais pas.

Je choisirais radicalement d'affirmer mes choix et mes convictions,

seule et avec mes camarades,

sur les places publiques qui nous restent,

pour dénoncer les mensonges et les crimes perpétués contre les peuples.

Je choisirais la désobéissance civile non-violente,

coeur_en_l_air

et je continuerais farouchement et de plus belle

la résistance.