Si Dieu  renaissait sur la terre,

welcome_home

s’il envoyait à nouveau son fils en messager,

bivouaquant ici-bas pour quelques années d’avertissements,

il viendrait sans doute au jour parmi ses élus, les pauvres qu’il aime.

HPIM5185

Peut-être verrait-il le jour dans une pauvre tente au milieu du désert, 

HPIM2166

ou sous une  yourte au milieu de la steppe,

CJ_20138

dans un bidonville Marocain ou Equatorien,

bidonville__quateur

ou quelque part sans eau, là  où les charognards attendent la mort 

des 18000 enfants  que nous laissons chaque jour mourir de faim.

mort

Peut-être  viendra t’il   dans une baraque de taule brinquebalante,

359975923_685c1f71e4

ou bien sous un tipi dans la dernière vallée des derniers Indiens,

peut-être  parmi ceux qui viennent de faire sécession avec les Etats-Unis,

HPIM2263

ou bien sous un amas de sacs en plastique  ramassés sur les terres brulées

  par des tonnes d’insecticides,  là où les esclaves immigrés

de l’agroalimentaire renouvellent leurs forces de travail,

a32625750f1ce4d82c74e351bba22a34

dans une masure pleine de trous ou la survie dépend de la capacité

de son habitant à monter un tas de bois au milieu,

469428832_57b2ff3eec

dans une cahute indienne au toit de paille, 

552687875_fecd186a4d

au milieu d’autres cahutes en paille posées sur la poussière,

1058941863_65c1984dd3

ou dans une cave immonde d’où l’on n’attend plus rien, 

533056649_271b257441

ou quelque part au bord de la forêt  sur les pilotis branlants

qui abritent le dernier cochon de la famille,

cabane_architecture_balcon_village_nord_907968

  dans le chariot de cet homme qui échappe à tout recensement,

en train de traverser à grands pas et sans rien regarder,

avec sa solitude et  sa rage tellement palpable, le village ou j’habite,

HPIM9863

ou  sous la bulle d’une femme isolée,

  démaquée loin de tout pour fuir la loi du plus fort,

ou bien parmi ces femmes et ces enfants au regard sans fonds

qui dorment tous ensemble dans des morceaux de cartons et de  tissus, 

gone2jpg_1177704054

ou dans un hangar nu  sous le souffle d’une vache hagarde et squelettique,

habitat_cases_hangar

dans un camp de refugiés installé à demeure au milieu de nulle part,

r_fugi_s

sous une petite tente gelée  au pied des cathédrales ,

dont le fronton  sculpté de redondantes bonnes intentions

ne laisse plus passer que des touristes au galop,

Sans_titre

au mieux dans une cabane en terre occupée par  des rois mages

dont  le seul trésor est l’enfant,

HPIM1862

mais peut-être ne pourra t’il éviter de naitre sur la glace,

là où  la banquise craquante engloutit , avec  le dernier ours ,

  ces peuples qui, au bout de la chaine polluante,

les  entrailles lestées de plomb, ne peuvent plus

allaiter leurs bébés sans les empoisonner, 

HPIM1925

ou sur cette péniche dont les filets  fouillent désespérément des flots pestilentiels,

IMG_0672

ou quelque part ou le socialisme a échoué,

ou plus personne ne sait retrouver ses marques 

ailleurs que chez  des marchands armés jusqu’aux dents,

DSC_0076_20copy_202_20_Medium__thumb

où dans un wagon échoué dans un maquis sans arbres,

wagon_habit_

peut-être ses parents attendront ils sa  venue , 

déboutés  sur une place publique  faute de maternité ,

en se demandant comment  dégoter une paillasse,

DSC_0081_20copy_20_Medium__thumb1

ou peut-être serait il retrouvé abandonné au bord d’une route

derrière un chiffon, comme un chien, 

tipi_2_3

mais allons , pas de misérabilisme culpabilisant, 

peut-être aura-t-il quand même un toit,

3_pignons_detail_cheval__3

et devra t’il s’agenouiller devant Sainte Croissance  pendant trente trois ans

pour que vienne son martyre dans la rue,

y1p7JzqgkGNsSj966VIRckg_EUhWh5RGac_c3LLTnHY2YS4cyOZl90goijPdK81Xe8NsGYZZeQFjiY

pour que l’indifférence et la haine banalisée le fassent mourir de froid,

la veille de Noel, au bout d’un chemin de croix long de toute une vie,

sur la place de la  concorde embouteillée.

Si la honte pouvait être bue, nous serions tous, ce soir, ivres morts.

welcom