• Loi LOPPSI (Loi d’Orientation et de Programmation Pour la Sécurité Intérieure) :

    Les amendements 404 et 82 visant les squatters ont été retirés ! Mais l’article 32 ter A a été adopté,

    Ce qui signifie le maintien de cette procédure expéditive pour expulser sans jugement les habitants de bidonvilles, les sans abris dans les bois, ou les habitants de yourtes et autre d’habitats choisis.

    La lutte continue, et nous restons vigilants :
    Pour le retrait de l’article 32 ter A, et pour que les amendements ne reviennent pas à l’Assemblée Nationale ou au sénat lors de la prochaine lecture.           

Sécurité, tranquillité: faire croire au peuple de France qu'il est menacé par ses frères, ses sœurs, ses voisins, ses concitoyens, ses collègues, ses associés, ses partenaires!

Sécurité, tranquilité: prétexte et germe de la guerre civile.

Pauvre peuple de France, coincé dans pléthore de lois infectes et fascisantes, réduit désormais à du nationalisme anti-pauvre, anti-artiste, anti-vie!

Les poètes à la poubelle. 

Ce qui est en train de se passer est très grave.

Il suffira désormais que n'importe quel voisin se plaigne de vous alors que vous habitez tranquillement dans votre yourte, à l'abri des regards en respectant votre environnement, pour que le préfet puisse estimer que votre simple présence trouble la tranquillité de la communauté villageoise où vous êtes insérés!

Il suffit d'une jérémiade de quelqu'un qui ne vous aime pas pour qu'immédiatement le préfet vous vire, détruise toutes vos affaires,  massacre votre yourte ou votre cabane, sans passer par la justice et sans délai, dans les quarante huit heures!

Seuls les armées en guerre, les brigands, les conquérants et l'inquisition ont jusque là procédé à ce genre systématique de radiation de la carte de foyers humains.

C'est ce que veut ce gouvernement, avec son parlement qui s'écrase ou se chamaille pour des histoires sordides d'ego, et ses sénateurs réactionnaires.

Et ce qu'il veut, c'est que ça soit vous qui fassiez la sale besogne.

Que ça soit vous qui téléphoniez au maire, aux flics, à la DDE et au préfet, pour vous plaindre que des petites saloperies se cachent dans la campagne pour y comploter des connivences avec la nature, la vérité et l'espèce humaine.

Des petits rebuts qui ne vivent pas comme tout le monde et qu'il faut dégager.

Détruire l'habitat de quelqu'un, d'une famille, c'est clairement l'assassiner, tant l'habitat est pour l'humain le lieu et le fondement de l'existence.

Il s'agit donc bien d'une guerre d'extermination sociale,

où une soi-disant majorité des citoyens de France éradiquerait

sans procès, sans droit de la défense et sans jugement,

une partie de sous-citoyens, dont certains, comme moi,

cumulent précarité, pauvreté,

création artistique et engagement alternatif.

Voyez comme la glissade est facile:

ils ont commencé par foutre dehors les étrangers,

et maintenant ils s'attaquent aux plus fragiles,

aux plus exposés, aux plus créateurs d'entre nous.

Nous qui, par nos comportements de sobriété,

qu'ils soient volontaires, subis ou assumés,

sommes solidaires des deux milliards de pauvres du monde

dont les malheurs, théâtralisés en spectacles quotidiens,

scandent l'ennui des obèses avachis devant leur télé.

Et ça va continuer si vous ne dites rien,

ne faites rien, marchez dans leur jeu,

en ayant peur pour vous et votre famille.

Si on leur laisse commencer l'épuration,

ls ne s'arrêteront jamais.

Et c'est commencé.

S'il n'y a personne pour s'opposer et avoir un peu de courage,

ils profiteront sans vergogne de votre lâcheté.

Ils comptent que vous détourniez la tête,

que vous consommiez beaucoup de culture, de sport,

de bien-être, d'internet, de rencontres

et de vacances insolites en yourte,

de divertissements,  de faits divers peopolisés,

ils comptent sur votre peur du chômage,

des nomades, de la grippe, des jeunes, de la veillesse,

pour vous faire oublier

ce qu'ils sont entrain de faire de ce pays. Une honte.

Ceux qui ne disent rien,

parce qu'ils croient que c'est encore loin d'eux,

deviennent complices de l'escalade du rejet et de la haine. 

Jusqu'au jour où ça touchera quelqu'un

que vous connaissez ou que vous aimez.

Et ça va arriver, et ils le savent, c'est pourquoi

ils en rajoutent pour vous tétaniser de trouille.

Ils vont en arriver à redéfinir la notion de Français et du droit.

Vous devrez obligatoirement être blanc, salarié, urbain,

coté en bourse, propriétaire, raciste et délateur,

sans quoi on vous privera de vos droits,

à commencer par un bout de terrain

pour planter votre tente et survivre,

dans un pays qui est le vôtre,

où vos ancêtres ont sué sang et eau pendant des siècles

pour vous léguer les richesses

d'une des plus belles contrées du monde.

Pauvres ancêtres si fiers de nos  libertés!

Réveillez vous! La France n'est plus un pays libre. 

Croire le contraire, c'est au mieux du romantisme,

au pire de l'aveuglement.

Réveillez-vous, les défenseurs de la liberté!

La liberté,

ce n'est pas de choisir entre deux lessives plus ou moins bio!

C'est la valeur fondamentale qui, avec l'amour,

donne du sens à la vie,

et produit les qualités de la dignité humaine.

J'ai honte de mon pays.

J'en ai honte, au point d'en perdre ma....tranquillité....

Mais ce n'est pas nouveau.

Ce sentiment de honte, je l'ai rencontré à l'age de onze ans,

quand ma mère m'a laissé regarder autre chose que Zorro à la télé.

J'ai vu par hasard sur l'écran la misère du monde,

ce monde si loin, ailleurs, de l'autre coté du globe,

aujourd'hui à nos portes.

Et ça a changé toute ma vision.

J'ai cherché à savoir, tout de suite,

si j'allais endosser la honte du genre humain.

Et finalement, j'ai eu assez de honte

pour vouloir changer très vite la programmation de ma vie.

D'avoir changé, ça au moins, j'en suis fière.

D'avoir dit non, je ne me joindrais pas à la cohorte des assassins.

Mais aujourd'hui, même quand vous voulez vous retirer,

pour ne plus participer à ce que vous dénoncez,

pour aligner vos comportements sur vos idées

et vos idées sur votre conscience,

parce que vous ne supportez plus les ordres de destruction,

que votre vision a fait naitre en vous une droiture morale,

et une authentique exigence politique et spirituelle,

non compatible avec les compromissions de ce monde,

alors que vous acceptez les travaux des jours

dans la modestie et l'humilité,

sans revendiquer une place de valeur dans la société

qui soutienne artificiellement votre estime personnelle,

maintenant, à cause de ce que vous êtes,

de votre vision, de votre simplicité,

vous êtes en train de devenir

le bouc émissaire de votre propre pays.