le blog de Myriam:

http://mima-yourte-mimagilles.blogspot.com/

Image_num_ris_eImage_num_ris_e2

Médias:

http://www.lalsace.fr/fr/region/alsace/article/4370673/Les-yourtes-exclues-du-code-de-l-urbanisme.html

http://www.rue89.com/2010/12/28/la-yourte-alsacienne-un-avant-gout-de-la-loi-loppsi-182623

http://www.liberation.fr/vous/11011217-touche-pas-a-ma-cabane

http://www.liberation.fr/societe/01012310315-la-loi-casse-la-baraque


Comme d'habitude, ce sont là des menaces.

CHEYEN reçoit régulièrement des appels de yourteurs menacés par leurs autorités locales.

Des menaces généralement peu suivies d'effet, rares sont les procès.

Mais il semble que la loi LOPPSI 2 réveille des vocations de méchants, d'une part, et les médias, d'autre part, qui vont y trouver du substrat pour leur buziness.

Des menaces, on a l'habitude à CHEYEN.

Vous êtes censés avoir très peur, vivre dans l'enfer, et finalement préférer obtempérer, pour fuir sanctions prédites et nuits de cauchemar.

Heureusement, il n'existe pas en France que des maires couards.

Par exemple, un jeune yourteur Breton vient d'être convoqué devant le conseil municipal par le maire de la petite commune où il habite depuis trois ans. Tout tremblant, il a eu la surprise de s'entendre dire que son projet écologique était bienvenu et serait soutenu par la mairie.

Pourtant, si le maire peut se déclarer favorable, il ne tient pas toutes les ficelles administratives, et les tiendra d'ailleurs de moins en moins, puisque le pouvoir central fait tout pour affaiblir l'autonomie de ces élus et les moyens de leurs communes.

Quand à ceux qui se rallient au tout sécuritaire et à la haine de la différence, ils ne le font que rarement ouvertement et certains sont assez démagogues pour rentrer chez vous en douceur, sous prétexte de « vous aider ». Ils prennent des photos à votre insu, et notent tout ce que vous leur confiez pour vous le rendre à charge....

Pourtant, dés lors que ces gens veulent démolir votre maison, ils sont, doucereux ou pas, vos pires ennemis.

Le domicile, c'est le fondement de la personne humaine.

S'y attaquer, c'est entamer directement la destruction de la personne.

C'est pourquoi soyez fermes et prudents, ne vous laissez pas séduire, endormir, et surtout ne laissez pas la peur vous gagner.

Commencez par respecter quelques règles simples de stratégie.

 

Conseils pour sa défense:

De toutes façons, dés que vous envisagez de vous installer, que vous soyez propriétaire ou pas:

Inutile de vous poser cent fois la question de demander ou pas un permis de construire: lisez le recueil juridique de Cheyen et appliquez le.

http://yurtao.canalblog.com/archives/2010/05/15/17899687.html

Nous parlerons de ce que change la loi LOPPSI 2 article 32 ter A lorsqu'elle sera définitive, c'est à dire votée une deuxième fois par les sénateurs, à partir du 18 Janvier 2011.

Lors d'une demande à la mairie de votre commune, et même lors d'une DP, déclaration préalable, la mairie transmet automatiquement  votre dossier à la DDE, organe exécutif de l'État.

Vous n'avez à faire cette demande ou déclaration que dans certains cas, quand votre yourte ressemble plus à un chalet en bois qu'à une tente. Mais si vous vous contentez de la légèreté et sobriété de la tente vernaculaire, vous échappez aux cases préétablies et aux permissions, la législation du camping étant libre, non dépendante de la DDE.

C'est justement ce qui ne leur plait pas: en tant que fonctionnaires, ils ne peuvent appliquer que ce qu'ils connaissent. Tous vont essayer de vous ramener dans leurs encastrements.

Si malgré votre légitimité naturelle, vous avez posé une demande et que les conseillers municipaux et le maire s'avèrent favorables à votre projet, c'est très bien, mais ce ne sont pas eux qui décideront, c'est la DDE.

Et si un conflit existe entre la DDE et la mairie, vous en ferez les frais.

La plupart des fonctionnaires de la DDE n'ont pas d'état d'âme, sauf si l'un d'eux couche avec une belle propriétaire de yourte qu'ils ont décrété illégale....

La plupart du temps, ces fonctionnaires voient la prolifération des yourtes comme un détournement subversif de tout ce qui soutient leur existence et leur emploi.

Vous n'avez pas besoin d'eux, mais eux ont besoin de votre argent pour continuer à justifier leur emploi. Ils sont donc rarement disposés à vous accepter ou seulement vous ignorer..... Ils sont mal formés juridiquement, commettent des bourdes énormes, amplifiées par leur mauvaise foi. Imbus de leur pouvoir, ils n'aiment pas du tout qu'on leur résiste. Par ailleurs, ils n'écoutent guère les directives du pouvoir central bien qu'ils soient l'armée de l'état sur le territoire:  comme des féodaux dans leur château provincial, ils sont généralement rétifs ou sourds aux ordres d'en haut, sauf quand ça les arrange....

S'ils ont décidé de vous embêter, ne perdez pas votre temps à discuter avec eux.

Ne soyez pas naïfs en leur écrivant des lettres sur lesquelles vous suez  plusieurs jours pour leur expliquer le bien fondé de votre démarche, ils s'en moquent.

Ne jetez pas votre perle aux pourceaux.

Constituez un dossier sérieux de votre projet et de votre installation en réunissant soigneusement toutes pièces utiles.

Le plus tôt possible, avant même qu'un obstacle ou un problème arrive, établissez une chronologie écrite des faits, des demandes d'autorisation, des visites des autorités, de vos travaux, bref tous rapports avec l'administration et le voisinage, avec des preuves:

certificats, attestations, témoignages écrits et signés avec photo d'identité, photos du terrain et de vos travaux, etc...

Toujours demander à vos interlocuteurs leurs noms et qualifications, ( gendarmes et policiers compris) et s'ils citent des textes officiels et des soi-disant lois, exiger systématiquement les références.

Une réponse ministérielle n'est pas une loi, mais une directive.

Elle peut orienter mais pas trancher.

Ce flou ne vous est pas forcement favorable, sauf si vous avez réussi à convaincre l'avocat du siècle de défendre votre cause.

Faites vous remettre systématiquement un exemplaire de vos déclarations officielles.

Toujours envoyer des lettres Recommandées avec Accusé de Réception dans la communication avec vos adversaires, qui seront versées au dossier, et photocopier tout en double. Soyez concis dans vos courriers.

Tacher d'obtenir une preuve officielle de la date de votre installation, afin, le cas échéant, de pouvoir faire marcher la prescription de trois ans. (lettres recommandées, huissier, témoins, PTT, mairie, factures de réseaux, etc.....)

Personne n'a le droit de rentrer chez vous sans votre autorisation, quel que soit le statut de votre occupation. Toute intrusion sans votre accord explicite constitue une violation de domicile.

Pour l'instant dans ce pays, toute expulsion doit  être exécutée par des actes légaux ordonnés par un juge après un ou plusieurs procès.

Ne vous laissez pas intimider, connaissez vos droits.

Plus aucune yourte ne doit être démontée sans l'accord de ses occupants.

P1070274

Continuez à monter des yourtes:

DSC_5493

rien ne doit être plus important que votre conviction

d'être en accord avec vous-mêmes et de faire ce qui est juste.

DSC_5564

Mais pas en réaction.

La yourte, bien qu'ils le veuillent, n'est pas une machine de guerre, pas une arme.

DSC_5777

C'est un symbole de paix, de vie, d'amour,

de centrage, de vérité, de joie,

de respect de l'humain et de la nature.

j_iikkk

Ne vous laissez pas entrainer dans leurs névroses et leurs psychopathies.

Ils sont des robots, vous êtes des êtres humains.

Si habiter dans une yourte devient aujourd'hui un acte de délinquance et de terrorisme et fait de vous des résistants de la première heure, c'est leur problème, et c'est peut-être votre chance.

Il va falloir exercer votre courage et plonger dans vos ressources les plus intimes.

Ça ne doit pas changer la nature profonde de votre désir,

mais au contraire le tremper dans la forge de votre destin,

en train de devenir un destin collectif.

Car seules la profondeur et l'authenticité de votre désir

rendront invincible votre liberté de conscience,

véritable portée de la justice.

P1050133

Pour Cheyen, Sylvie Barbe.