DSCN2783

Toi qui as vu la foudre effondrer ta maison

Et qui, sans baisser les bras, sans perdre la raison,

As pris un violon malgré ton bras cassé

Et glissé sur les cordes l'archer sans trembler,

DSCN2793 

Qu'il reste dans ton cœur plus de fleurs que d'épines

Surtout ces fleurs des champs aux ombelles minuscules

Que, d'un pas aveugle, les gens du commun piétinent;

Toi qui, admirant les plus frêles campanules,

 DSCN2795

Est puissant sans dureté, et fort sans violence,

Tendre aux heures tièdes, fredonnant au crépuscule;

Quand, désarmé la nuit, nu et sans défenses,

Un seul de tes soupirs effraie les tarentules;

 DSCN2801

Toi qui peux tout brouiller, d'un geste tout casser,

Mais laisser sur la table la clef de ton camion,

Et puis, être là, de nouveau, régénéré,

Prêt à recommencer sans poser de questions,

 DSCN2831

Si tu as tout ton temps mais pas d'emplacement,

Des plages de sable blanc à contempler le vide,

Lovées entre les vagues des souvenirs d'antan,

Et que nul ne puisse te faire lâcher la bride

 DSCN2845

Du tigre farouche que ton destin chevauche;

Toi qui crois sans idoles et connais sans livres,

Qui aimes avec passion et jouis sans débauches,

Qu'un instant sans particularité t'enivre

DSCN2850

 Autant qu'un beau festin ou qu'un vin recherché;

Si je t'entends même quand tu es silencieux

Et te vois sans maquillages et non déguisé

Au moment où, sur la scène, tu joues le mieux ;

 DSCN2852

Si, quand tu es triste, l'océan vibre et gémit,

Et que, quand tu payes tes dettes, l'orage rugit,

Que tu sois prêt à tout, en étant sûr de rien,

Et n'épargne ni ta joie ni ton chagrin,

DSCN2838 

Toi qui oses être toi sous le regard des juges,

Être toi encore lorsque la roue se renverse,

Être toi toujours quand la haine se déverse,

Sans accuser personne à l'heure du déluge;

 DSCN2841

Toi qui, un jour de chance, vois le monde à tes pieds

Mais continues pourtant ta tâche d'artisan

Sans claironner partout ta souveraineté,

Et puis cèdes ton trône à un petit enfant;

DSCN2840

Si, un jour de deuil, en enterrant tes morts,

Ta bêche tout à coup cogne un coffre à trésor

Mais que tu persévères à creuser plus profond,

A creuser dans la terre à travers le charbon,

DSCN2839

Pour trouver cette source, cette eau claire et limpide,

Que ta graine réclame pour intime arrosage,

Dédaignant dans la boue tout cet or insipide,

Je connaitrais alors qui a pris le visage

DSCN2835 (copie)

 De mon frère intérieur, de mon hom(m)e du dedans.

 

Composition:

Sable, morceaux de coquillages blancs, liserons, algues, scabieuses, cailloux noirs polis par la mer, chardons, plumes de mouettes...