Ce mois-ci, le Camp de yourtes accueille un groupe de femmes écoféministes

femmes fées à la yourte

(dessin de Sylvie, crayons de couleur et feutres)

se proposant de partager une expérience de vie autogérée en pleine nature.

femmes nature

Nous réfléchirons

femme qui va être peinte

à la relation entre écologie et féminisme,

avec la conviction qu'un avenir viable sur terre necessite

un changement radical de système

qui donne aux femmes leur entière liberté

et la possibilité de mettre en œuvre leurs solutions.

on va essayer d'éteindre l'incendie planétaire

Je propose de partager le texte de Maria Mies intitulé

« La libération des femmes et la subsistance »

qui nous servira de base de discussion.

A télécharger là : la_lib_ration_des_femmes_et_la_subsistance_maria_mies

En voici des extraits :

ouvrir la cage aux mots

«  Qu’est-ce qui a mal tourné dans le mouvement des femmes qui avait débuté avec le slogan international de la sororité et une compréhension holistique de la politique ?

Le fait que des femmes plus jeunes ne comprennent plus qu’une analyse de l’économie mondiale globalisée patriarco-capitaliste est pertinente pour les féministes ne peut pas simplement s’expliquer par un fossé de générations, ou par une faiblesse morale ou intellectuelle, ou par l’argument que le monde est devenu "si complexe". Nous devons trouver de meilleures explications pour ce changement d’humeur, pour cette dépolitisation du mouvement des femmes. Pourquoi cette perspective limitée et cette inaptitude à comprendre ce qui se passe et d’agir en conséquence ? Ce pourrait-il que ce changement d’humeur ait quelque chose à voir avec le mépris pour la subsistance ? »...

... « Une vision de libération des femmes qui n’est valable que pour une minorité des femmes du monde n’est pas une vision du tout.

Une vision de libération doit être valable et réalisable

pour toutes les femmes.

mains de femmes

Cela signifie que nous devons chercher une économie qui ne soit plus basée sur le patriarcat, le colonialisme et l’exploitation de la nature. Nous appelons une telle économie, une économie de subsistance. Elle doit être valable dans le Sud comme dans le Nord, parce que sinon, elle est ni moralement acceptable ni tenable économiquement et écologiquement.

tipi au milieu des femmes

Exemples de thèses que nous proposons à opposer aux discours dominants actuels parmi les féministes de classes moyennes :
1. Les problèmes principaux des femmes de par le monde ne sont pas la différence et/ou l’identité mais l’exploitation, l’oppression, la violence et la colonisation. Nos différences ou plutôt nos diversités constituent notre force, notre richesse et notre beauté.

diversité totale

Mais le patriarcat capitaliste, qui ne peut pas tolérer l’équivalence de tous, s’est arrangé idéologiquement pour transformer les diversités en antagonismes. Ainsi, tout "autre" devient un ennemi, un compétiteur dans un monde de pénurie. Nous voulons créer un monde dans lequel les diversités biologique et culturelle soient maintenues et célébrées.
2. Nous sommes ici-bas, sur cette terre, connectés à toutes les autres créatures de cette planète. Nous n’attendons pas que la liberté, la richesse, le bonheur et la "bonne vie" proviennent de quelque transcendance, au-delà du domaine de la nécessité, qu’il s’agisse de la transcendance de la religion, de l’argent ou de la réalité virtuelle postmoderniste. Nous continuons à célébrer la mère-matière (mat(t)er) comme la base de la vie. Nous rejetons le dualisme qui sépare la matière de l’esprit, dévalue la matière et idéalise l’esprit.

de chair et de colombes

3. Notre sentiment de force (empowerment) est basée non pas sur la domination technologique sur les autres créatures ou d’autres êtres humains ni sur la participation aux structures de pouvoir patriarcales et capitalistes, mais sur la confiance en soi et l’autonomie, l’aide mutuelle, l’auto-organisation, l’auto-approvisionnement, les réseaux locaux et globaux, et des relations de subsistance au lieu de relations de profit.
4. Nous savons que nous sommes des êtres historiques. Nous savons que sans la connaissance et le respect de généalogies féminines, à la fois les femmes individuelles et les femmes sociales ne seront pas capables de triompher du patriarcat. Nous voulons revendiquer nos mères et nous reconnecter avec elles.

femme fagot

Nous voulons revendiquer nos filles et nous reconnecter avec elles.

femme en mutation

5. Nous voulons aussi revendiquer nos fils et nous reconnecter avec eux. Nous n’accepterons pas que nos fils n’aient d’autre perspective que celle offerte par un capitalisme global macho et militariste.

Notre vision pour les femmes est étroitement reliée à leur travail et à leur vie. Son contexte est leur vie et leur activité quotidiennes et la production de vie, aussi dans le sens symbolique. La satisfaction de nos besoins basiques est à la fois le but et le chemin, pas seulement dans le Sud mais aussi dans le Nord. Et ceci inclut nos besoins de beauté, de loisirs, de respect, de dignité, bref, une "bonne vie" pour les femmes. Au lieu de piller la nature, cette vision comprend en outre la production en coopération avec la nature.

Cela implique une connaissance de notre paysage local environnant et de ses conditions naturelles. Un des objectifs centraux de cette vision est le contrôle autonome sur notre travail et nos produits, parce que nous voulons être fières de nos produits. En plus d’en jouir nous-mêmes, nous voulons les offrir généreusement aux autres. Notre richesse réside dans notre égalité dans la diversité par laquelle nous sommes capables de résister à la ménagérisation forcée, la macDonaldisation, la culture globale homogénéisée.

Sous de telles conditions, il n’est pas nécessaire de nier ou d’idéaliser ou de contrôler notre corps féminin. Ce corps est une source de force, de sagesse et de connaissance, et de vitalité. Avec notre corps, notre paysage, notre force, nos communautés, nous pouvons rester enracinées en nous-mêmes."

se fondre dans le paysage

 Et puis, pour les vacances, voici un joli film Canadien qui vient de sortir,

une belle histoire de femmes,

à voir