Coup de coeur pour une restanque écroulée, embroussaillée sous les bruyères arborescentes, à flanc de colline.

Je bataille contre les ronces et les salsepareilles pour dégager une aire que j'aplanis à la petite pioche. Un jeune pin bizarement courbé mais bien vivant se présente comme une arche que j'utilise pour poser une traverse de chataigner. Rien de droit dans tout ça, rien de tracé, rien de prévu, juste une improvisation avec mes gants de travail, un sécateur et une petite scie. Je taille dans les bruyères en sacrifiant les branches les plus basses mais je garde précieusement les plus fournies qui s'entrelacent en une avancée légèrement ombrageuse.

auvent végétal bruyère 1

Enfourchée sur un jeune chène vert, une poutre transversale acceuille de longues perches de chataigners récupérées sur les arbres morts dans les environs. Je ne sais pas encore que ce petit coin qui m'inspire va devenir un nouveau salon d'été sauvage, car pour l'instant, je suis seulement motivée par la mise en valeur de l'incroyable tissage tortueux que forment les arabesques des bruyères. Déjà, on ne distingue plus les bruyères vivantes de celles que je suis en train de réhabiliter.

auvent végétal bruyère 2

J'ai gardé lors de mes débrousaillages antérieurs les branches mortes d'autres bruyères en un précieux petit tas dans la forêt. Voilà donc le moment de les remettre à l'honneur en les entrecroisant avec les solives calées dans les pierres de la restanque supérieure, bien défoncée. Ce canevas peut acceuillir ainsi les résidus de mes nettoyages végétaux. En particulier les piquantes et résistantes lianes de salsepareilles que je décroche des pins et tasse en boules avant de les jeter sur mon toit. Non sans avoir déguster auparavant, avec gourmandise, les délicieux pousses de cette plante dont je raffole.

auvent végétal bruyère 3

Ces paquets de lianes forment maintenant une trame prête à recevoir une verdure plus consistante. 

auvent végétal bruyère 4

Je ne peux m'empécher, dès que mon travail prend tournure, d'y ajouter une inévitable touche de couleur, de quoi offrir à la douce brise qui carresse la pente, un joyeux terrain de jeu, et à mes yeux, un spectacle permanent.

auvent végétal bruyère 5

J'ajoute de beaux bouquets de fougères, certains tassés dans les interstices,

d'autres simplement posés en travers,

auvent végétal bruyère 7

d'autres cascadant généreusement en bout d'auvent

pour contrer les rayons trop chauds du soleil.

auvent végétal bruyère 8

Je termine en consolidant avec des rejets d'une autre bruyère

auvent végétal bruyère 9

et avec mes derniers fanions multicolores.

auvent végétal bruyère 10

Trois jours après, les couleurs ont déjà changé, les fougères en fanant deviennent toutes rousses.

Voilà donc une avantageuse alternative à la sieste dans la yourte quand sévissent les grosses chaleurs.

Rien ne vaut désormais ma nouvelle cabane bien aérée qui sent si bon l'humus

et où les oiseaux se laissent si bien observer !

auvent végétal bruyère 11

 Et voici une chouette halte pour le bivouac !

tente_bivouac_sous_auvent_de_bruy_re_et_foug_res