Comment peut-on engager un débat, ou n’importe quelle sorte de dialogue, avec des gens qui nous tirent dessus en pleine tête, matraquent, mutilent, éborgnent, explosent pieds et mains, et nous rouent de coups lorsque nous osons descendre dans la rue clamer notre colère ?

Discuter sous une matraque ? Ils osent l’impensable. J’ose même pas mettre des photos tellement c’est horrible.

Au 15 janvier, 94 blessés graves par les forces de l’ordre parmi les gilets jaunes et les journalistes, dont 69 par des tirs de lanceur de balle de défense.

50724754_197594e

Au moins quatorze victimes ont perdu un œil. Décompte provisoire des mutilations définitives :

Site référent : https://desarmons.net/

50782956_2063fdf

  • 1 personne a été tuée (grenade lacrymogène)

  • 4 personnes ont eu la main arrachée (grenades GLI F4)

  • 17 personnes ont été éborgnées (balles de LBD 40)

  • 1 personne a perdu définitivement l’audition (grenade)

Plusieurs centaines d’autres présentent des blessures diverses, dont de nombreuses fractures ouvertes au visage, traumatismes crâniens et incrustations d’éclats de grenades dans les autres parties du corps. Voir la liste des personnes tuées et blessées là: https://desarmons.net/index.php/2019/01/04/recensement-provisoire-des-blesses-graves-des-manifestations-du-mois-de-decembre-2018/

« Il faut appeler les choses par leur nom et ne pas réduire ces faits à une anomalie, car ils sont systémiques : la police ne commet pas de bavure, elle assassine. »

https://www.facebook.com/pcf82/videos/vb.508836689311614/380616305840390/?type=2&theater

Tant que le gouvernement ne se sera pas expliqué sur ces tirs vers des personnes innocentes, qu'il ne se sera pas excusé publiquement, qu’il n’aura pas supprimé ces armes abominables, https://www.youtube.com/watch?v=j7__i2HrRbw&feature=youtu.be&t=54&has_verified=1&bpctr=1547720499

tant qu’un hommage national n’aura pas été rendu aux personnes tombées sous le coup de ce pouvoir, il n’y a pas de dialogue ni aucun débat possible. Les bourreaux transforment le débat en arme supplémentaire pour légitimer sa répression, c’est d’un cynisme ignoble.

Au lieu de remettre en question les armes les plus dangereuses actuellement utilisées pour terroriser les manifestants, le gouvernement a lancé un appel d’offre le 26 décembre 2018 (Avis n°18-179674) pour l’acquisition de 180 lanceurs multi-coups 6 coups et de 270 lanceurs multi-coups 4 coups, sans compter l’acquisition de 1280 LBD 40 supplémentaires soit 1730 « lanceurs multi-coups (et) mono-coup »  Le prix d’achat d’un fusil Penn Arms est de 2600 à 3000 euros: budget approximatif de 1,35 millions d’euros. Appel d’offres révélé par le Canard Enchainé: .https://twitter.com/davduf/status/1077875191487840257

C’est nous qui payons les armes qui se retournent contre nous. Ils ont donc clairement l’intention d’amplifier la guerre contre le peuple, sachant que la mystification du grand débat national ne durera pas longtemps. Déjà, commencer le grand débat dans un département (l’Eure) où toutes les manifestations ont été interdites, est très symbolique et devrait ouvrir les yeux à tous ceux qui aimeraient encore y croire. https://reporterre.net/Le-grand-debat-lance-dans-un-departement-qui-interdit-les-manifestations-de-Gilets-jaunes

Pour finir, je cite Hervé Kempf.https://reporterre.net/Climat-democratie-et-Gilets-jaunes:

« L’énergie brutale que déploie un mouvement populaire d’une ampleur sans précédent depuis un demi-siècle, peut faire hésiter certains : mais il est la réponse à la violence inexorable exprimée par les dominants, et qui n’a cessé de se durcir depuis des années, comme on l’a compris naguère avec les homicides de l’écologiste Rémi Fraisse, du jeune de banlieue Adama Traoré ou du paysan Jérôme Laronze. Le mouvement des Gilets jaunes hésite encore sur ses directions, et l’extrême droite pourrait récupérer ce mouvement. Si c’était le cas, cela ne gênerait pas profondément les dominants, comme l’a montré, à propos des temps sombres de l’Allemagne hitlérienne, Daniel Guérin dans Fascisme et grand capital ou comme on le voit avec M. Bolsonaro au Brésil. Et si les Gilets jaunes échouaient, il n’y a aucun espoir que les néolibéraux qui reprendraient la main mèneraient la politique écologique indispensable. Il est important de peser pour que la colère qui s’exprime trouve son exutoire dans des voies positives.

Les écologistes ont une responsabilité. Et pour être plus précis, les classes moyennes aux revenus supérieurs — chez qui se trouve la majorité de celles et ceux qui s’engagent pour l’écologie — ont une responsabilité. Il n’y aurait aucun sens à signer une pétition pour le climat tout en restant chez soi quand la tempête agite le pays. C’est le moment d’aller parler, protester, rencontrer, aller avec les Gilets jaunes et peser pour que la lutte contre le désastre écologique se conjugue pleinement avec celle pour la démocratie et pour la justice. »

 Allô Place Beauvau, c'est pour un signalement

 https://www.arte.tv/fr/videos/087253-000-A/violences-policieres-et-gilets-jaunes/

50676830_204d1dd

 

https://www.franceinter.fr/justice/petition-de-soignants-contre-les-lbd-j-ai-vu-des-scanners-de-patients-aux-cranes-fracasses

 

nouveau bilan blessés GJ Janvier 19

incoryables consignes du parquet contre les gilets jaunes

Comme le disait le brésilien Helder Camara : «  Il y a trois sortes de violence. La première, mère de toutes les autres, est la violence institutionnelle, celle qui légalise et perpétue les dominations, les oppressions et les exploitations, celle qui écrase et lamine des millions d’hommes dans ses rouages silencieux et bien huilés. La seconde est la violence révolutionnaire, qui naît de la volonté d’abolir la première. La troisième est la violence répressive, qui a pour objet d’étouffer la seconde en se faisant l’auxiliaire et la complice de la première violence, celle qui engendre toutes les autres. Il n’y a pas de pire hypocrisie de n’appeler violence que la seconde, en feignant d’oublier la première, qui la fait naître, et la troisième qui la tue. »

 Manifeste contre les armes de la police (31.01.19)

Les soignants français pour un Moratoire sur l’utilisation des armes sub-létales.