30 avril 2014

SOUCHARDS

  Personne ne les voit. Que moi. C''est à force de ne plus partir de chez soi, de creuser, de fouiller, de percer l'impénétrable, de côtoyer ténus et invisibles. En limitant son périmètre d'action, les considérations s'approfondissent au lieu de se dissoudre dans l'espace. On découvre dans les strates d'un point fixe une densité inconcevable au passager. Celui qui voyage accumule des surfaces, celui qui demeure s'enfonce dans les racines. Dans les racines habitent les souchards. Les souchards sont des alchimistes de... [Lire la suite]
Posté par barbesse à 16:03 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

22 avril 2014

Là où elle voulait être

Je ne sais pas si c'est un choix, mourir en sautant. Pour choisir, il faut des possibilités, certaines à éliminer et au moins une à saisir, et pouvoir utiliser sa capacité de réflexion, de jugement, son libre arbitre. On peut parler de choix pour une décision consciente, mais pour une pulsion et un passage à l'acte ? Pour un désespoir sans rémission ? Est-ce un choix quand on est acculé dans une impasse, piégé dans une voie sans issue ? A un niveau purement psychologique, quand on est dans la fuite éperdue, épuisé après... [Lire la suite]
Posté par barbesse à 13:35 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,
12 avril 2014

BABETH

BABETH !!!! Je pleure en murmurant ton nom. Mais je voudrais crier. Crier contre ce que tu as fait et que personne n'a pu prévenir. Crier pour protester, crier parce que je ne suis pas d'accord avec ta mort, crier parce que je t'aimais et que je n'arrive pas à accepter ce départ si brutal. Je pleure et je me lève pour prendre la serviette éponge car le torrent est en train d'arriver. Tu viens de rejoindre ma fille par le même acte d'arrêter la souffrance. Tu venais de m'appeler, je n'étais pas là. Tu as appelé tes deux autres... [Lire la suite]
Posté par barbesse à 11:09 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
Tags :
02 avril 2014

Oeuvrer sans agir.

« Maintenant, tu vas faire quoi ? Et demain, tu veux quoi pour demain ? » La question me laisse sans voix, ou juste avec un « je ne sais pas » imbécile. Quel après ? Après quoi ? Ce calendrier m'échappe, je ne connais de plus tard que ce qui est en gestation maintenant. Ça s'énerve : « Alors, c'est quoi tes projets ?! » Je ne sais pas pourquoi je n'arrive pas à répondre que je n'en ai pas, ou plus. Sans doute parce qu'il faut des explications et que j'en ai marre d'expliquer. ... [Lire la suite]
Posté par barbesse à 08:04 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : ,
22 mars 2014

Tentation abstention

Désertée depuis longtemps, elle a tellement souffert.  Ceux qui la fuient, qui la méprisent, qui se croient réservés pour meilleure destinée, héritiers petits bourgeois assouvis d'elle, médisent qu'elle est affreusement moche, qu'elle pue et que sa décrépitude fait honte, qu'elle n'est plus qu'une traînée juste bonne pour les caniveaux. Ils disent tellement de mal d'elle, qui a tant donné, qui a tout donné, et qui maintenant n'a plus rien. Ils ont oublié son temps de gloire, tous ceux qu'elle attirait, qui franchissaient monts... [Lire la suite]
Posté par barbesse à 09:55 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,
13 mars 2014

FOUINETTE

Elle est une de mes plus proches voisines. Elle est devenue la plus intime. J'en ai eu marre d'elle dernièrement, il a fallu que je trouve une solution pour qu'elle comprenne sans la vexer que ça suffit, et ainsi sortir de l'escalade de mesures de rétorsion où nous en étions arrivées. Nos relations mouvementées, pour ne pas dire passionnelles, pourraient s'arrêter net si je le décidais, un copain compatissant m'ayant conseillé une technique simple et radicale pour retrouver mon calme et éviter les représailles : balancer un... [Lire la suite]
Posté par barbesse à 08:40 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

06 mars 2014

L'arbre aux étoiles

Cet hiver, le ciel était si plombé qu'on a pas beaucoup vu les étoiles. Au point d'en languir. Dans la yourte, ça finit par peser. La lucarne cosmique étant trop souvent obstruée, j'ai fini par tenter d'y remédier. Je connais deux manières d'influer et corriger le désordre climatique. La première, la plus efficace et le plus fascinante, c'est celle du faiseur de pluie. J'adore cette histoire taoïste dont ma vie monastique est une tentative d'application. Une histoire qui a eu un effet percutant sur mon âme de jeunesse et m'a... [Lire la suite]
Posté par barbesse à 17:25 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :
26 février 2014

Mort dans sa yourte

Jean-Paul Gendry est mort le 17 Janvier 2014 dans sa yourte installée au pied du Mont-Saint Michel.    Très grande   Affaibli par tout un ensemble de circonstances, l'explosion de son poêle a été un accident terrible qui a contribué à la dégradation brutale de sa santé au cœur d'un hiver particulièrement humide. Que s'est-il passé ? Jean-Paul avait construit lui-même dans sa yourte un four bas en argile nanti d'un tuyau d'évacuation latéral sous le plancher. Un couple d'amis l'a convaincu de changer de... [Lire la suite]
Posté par barbesse à 08:07 - - Commentaires [30] - Permalien [#]
Tags :
21 février 2014

Grottes de la falaise

En bas de la falaise, il y a des réservoirs. Des jets de peintures ont dégouliné sur le ciment troué. Des tableaux sans musée sont cachés derrière les joncs. Sur la falaise, il y a des tâches. Lichens incrustés dans l'érosion des roches, cascades immobiles de parmélies et orbes minérales, nombrils de Vénus surgis des interstices, bulles de mousses piquetés aux rigoles, pierres se délitant en cailloux. Dans la falaise, il y a des trous. Petites grottes creusées par des milliards de gouttes à flanc... [Lire la suite]
Posté par barbesse à 09:28 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :
12 février 2014

La hutte blanche

Il pleut depuis des semaines. Un coin de ciel bleu est devenu un événement.   Les yourtes pleurent et les ruisseaux rugissent. Le bruit de la pluie qui martèle la yourte sans arrêt, c'est pénible, mais mes cuves se remplissent sans gouttières et la vaisselle se lave toute seule. Je manque de bois sec mais me passe facilement de chauffage car il fait doux, trop doux. Du moins pour mon ressenti, qui a bien évolué depuis que je vis en plein air, puisque je déjeune à 5 degrés, que mon seuil de confort est 14 degrés et celui... [Lire la suite]
Posté par barbesse à 10:47 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :