06 février 2014

Les maîtres du temps

Eux, ils ont changé l'heure. Ici non. Sans montre, sans téléphone mobile, l'heure ne peut être possédée, tyranisée. Tout dépend de qui on reçoit ses ordres. Mon maître du ciel ne m'a rien commandé, je n'ai donc pas truqué les aiguilles. C'est normal, je fous rien dans ma yourte, je glande, je vis d'amour et d'eau fraîche, je parasite, je vis au crochet du système, de ceux qui triment et font marcher le pays. Ceux dont les emplois du temps capturés dans les filets des normes et des surveillances disciplinaires ne peuvent... [Lire la suite]
Posté par barbesse à 09:15 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags :

21 mai 2013

SORTIR DE LA ZONE!

P'tit slam dédié aux filles des yourtes.   J' sais pas pourquoi on se tamponne Comme des requins dans un bassin, Comme des crétins dans un ramequin, Il faut qu'on sorte de la zone !   C'est le printemps dans le jardin ! Y a plein de ramures qui bourgeonnent Et plein de fraisiers qui drageonnent ! Les germes percent leurs écrins,   Et toutes les fleurs se téléphonent ! Les champs et les près se ballonnent,  Les humains fâchés se pardonnent, Et les vagins s'décongestionnent.    ... [Lire la suite]
Posté par barbesse à 08:21 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , ,
27 mars 2012

La simplicité qui chamboule

  Avant, quand déboulait, violemment et sans possibilité de négociations, la saturation, je me réfugiais dans des monastères. Maintenant, je reste chez moi, au camp de yourtes. La petite tente en bambou, entièrement fabriquée de mes mains, guidées par la vision d'une méditation inaltérée, est devenue mon monastère. Le rêve des débuts s'est réalisé. Le dernier journaliste que j'ai reçu avant de refuser les médias m'a demandé comment je faisais pour ne pas m'ennuyer dans ce désert. Après avoir... [Lire la suite]
Posté par barbesse à 17:09 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
11 janvier 2012

De la gratuité en écoféminisme.

Parce que longtemps les « héros » nous ont ingurgité que la pauvreté et l'infériorité proviennent de « différences naturelles », les femmes ont intériorisé le statut dégradant de « la différence ». De même que les noirs, les Indiens, les indigènes, ont été relégués pendant des siècles au rang de sous-hommes si ce n'est d'animaux, les femmes, gangrenées par la hiérarchisation péjorative des valeurs masculines, ont fini par confondre « différence» objective avec infériorité subjective. Le... [Lire la suite]
Posté par barbesse à 09:51 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,
04 janvier 2012

Racines au ciel

Elle reste assise sur la falaise, devant le soleil. Elle laisse reposer la bouillie. L'hiver est doux, d'ailleurs, est-ce bien un hiver ? Elle écoute les oiseaux, pépiements opalins dans l'air translucide. Le pivert et son martèlement caverneux, les corneilles disputant aux merles le piaillement le plus dérapant, les buses aux cris stridents, un faisan perdu, un canard détourné. Elle surprend un coléoptère se risquant sous une feuille, un rouge-gorge guettant le compost, un pic épeiche remontant le tronc d'un... [Lire la suite]
Posté par barbesse à 16:42 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags : , ,
07 novembre 2011

Dégats d'épisode de tempête cevenole sur les habitants des yourtes

Complainte en dernière extrémité. « Je l'aime parce qu'elle est comme moi, elle aime l'eau, la pluie, l'orage. Je sais combien elle a souffert ces derniers mois à attendre que le ciel se fende, je le sais car ma propre peau se desséchait tellement que j'avais peine à bouger. On se voyait moins souvent, en tout cas pas tous les jours à se baver d'amour dessus, mais elle savait que j'étais là, fidèle sous ses pieds, attentif. Un peu confiné quand même. Quand le ciel a commencé à s'assombrir et à tambouriner, je vous... [Lire la suite]
Posté par barbesse à 21:11 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,
31 octobre 2011

Balade d'automne du coté de Bessèges

J'écrirais des chansons, j'écrirais des poèmes, Je ferais de la vie une longue promenade, Je chanterais mes mots pour l'amoureux que j'aime, Hors des sentiers battus et loin des bousculades. J'embrasserais les mains qui me seront tendues, Je tournerais le dos aux sourcils batailleurs, J'éviterais aussi les allées sans issue, Mais j'ouvrirais mes bras à la voie du bonheur. Je livrerais mon cœur aux hommes de valeur Et clamerais la joie d'un amour absolu Sans craindre le courroux des... [Lire la suite]
Posté par barbesse à 09:53 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : ,
12 octobre 2011

Un été qui n'en finit pas...

Trop de soleil cette année l'automne tarde la terre a soif la cèze est quasiment à sec les flaques stagnent   la vase s'épaissit la sécheresse n'empeche pourtant pas l'invasion de l'Impatience de l'Himalaya et quelques marguerites d'eau Il faut monter plus haut pour trouver une eau encore propre plus loin bien en amont du barrage de Sénéchas pour trouver un ultime bassin d'eau fraiche et pure une plage vierge une plage étoilée de rouge une plage abandonnée jamais si basse malgré... [Lire la suite]
Posté par barbesse à 15:37 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,
11 juin 2007

forêt de molènes

"Pour ce travail d'amour, les femmes ne doivent attendre aucune rétribution: faire le ménage de la cité est aussi gratuit que celui de la maison." Michèle Perrot: "les femmes ou les silences de l'histoire"   Les molènes sont montées trés haut sur leurs tiges bien droites pour offrir leurs jolies petites fleurs jaunes aux butinages ravis des abeilles. Mais cette nuit, un orage a eu raison de leur verticalité. Ce matin, je dois me rappeler trés fort que la tentation de déprime est une station obligée du... [Lire la suite]
Posté par barbesse à 11:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :