YURTAO, la voie de la yourte.

13 mai 2022

Petite visite de printemps

dans ma petite forêt

DSCN6830***********************************************************************************************************

P1130351********************************************************************************************************

P1130330**********************************************************************************************************

GrandeP1130333*************************************************************************************************************************

P1130341*********************************************************************************************************************

P1130321********************************************************************************************************************

DSCN7030*********************************************************************************************************************

P1130217***********************************************************************************************************************

DSCN7014*****************************************************************************************************************

P1130299

***********************************************************************************

P1130361*******************************************************************************************************************

P1130335***********************************************************************************************************************

P1130340*******************************************************************************************************************

P1130374

***********************************************************************************************************************

P1130376**********************************************************************************************************************

 

Posté par barbesse à 08:16 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,


13 avril 2022

Comment tuer sans laisser de traces

 

skeleton_archer

Attention! Cet article peut vous sauver la vie!

Henry est âgé mais durant toute sa vie, il n’a jamais été malade, n’a jamais consulté un docteur et encore moins franchi les portes de l’hôpital. D’origine russe par ses grands parents, c’est un homme très grand, élancé, mince mais costaud, sans un poil de graisse, doté d’une voix gutturale impressionnante. Quand il parle, tout le monde se tait, sa voix basse et profonde tétanise ses interlocuteurs. Henry est une force de la nature, et bien qu’il ne soit pas sportif, qu’il n’a jamais cultivé sa puissance musculaire, personne n’a envie de se confronter à lui. Cadre dans l’immobilier, il gagnait bien sa vie et jouit donc d’une bonne retraite. Après le décès de sa femme, il s’est remarié avec Hélène avec qui il file le parfait amour depuis quinze ans.

Un jour, il va chercher du bois pour la cheminée, entassé à l’arrière du jardin qu’Hélène continue à entretenir. Cinquante mètres au-dessus, une antenne relais arrose copieusement les environs, farcie de plus en plus de paraboles accrochées au grand mat de fer. Dans ce quartier riche implanté récemment à prix d’or par des promoteurs véreux sur une colline dominant la Mediterranée, des maisons continuent à se construire autour de l’antenne, la vue sur la mer est irrésistible ! Les premiers résidents du quartier meurent de crise cardiaque ou d’AVC, mais sont vite remplacés par ces Parisiens qui veulent leur retraite au soleil. Pas de problèmes, à la demande d’un riverain, l’ANF (Agence nationale des fréquences) expertise les champs électromagnétiques émanant de l’antenne, tout va bien, on est dans les normes françaises. Et les bulldozers continuent à défoncer la colline.

Les normes françaises de limites de radiations électromagnétiques sont cent fois plus élevées chez nous que celles des Autrichiens et dix fois plus que celles des Russes. En France, ces normes délirantes issues du capitalisme électronique le plus sauvage ne sont pas censées protéger la population mais uniquement les opérateurs.

Donc un jour, Henry tombe dans l’escalier de derrière avec ses bûches, c’est son premier accident. Tout écorché, il ne comprend pas. Et puis, au fils des jours, des tâches brunes commencent à apparaître sur son visage, qui s’étendent et ne guérissent pas. Sa femme le pousse à aller consulter. Les médecins lui donnent de la pommade, mais les plaies ne cicatrisent pas et se creusent. Ils finissent par l’opérer et Henry se retrouve la tête bandée comme un œuf. Toujours debout, il commence pourtant à s’affaiblir, sans jamais s’apitoyer sur lui-même. Henry est le genre de type qui n’a jamais compris les malades, il ne supporte pas les plaintes et ne compatis sur personne. Ça tombe bien, sa femme est pareille, elle cultive la perfection, alors tous deux s’étonnent en douce que le vieil homme reste de plus en plus longtemps dans son fauteuil, même s’il continue à accomplir le minimum quotidien. Les brûlures sur sa joue du coté gauche s’étendent, il n guérit pas. Ses médecins finissent par diagnostiquer un cancer de la peau et une leucémie. Quelques jours après, Henry meurt dans son lit une nuit d’été, à coté de sa dulcinée. A coté de sa lampe de chevet éteinte, qui rayonne, selon aucune norme, jour et nuit.

Bien entendu, nul ne cherche à comprendre d’où vient ce cancer fulgurant et ces brûlures sur la tempe, il est vieux, c’est tout.

Quand je suis arrivée pour les obsèques, j’ai expertisé la chambre du couple avec l’appareil de mesures des ondes EM ( électromagnétiques) que je venais récemment d’acquérir. J’ai alors compris de quoi est mort Henry.

Très grandeP1050758

Mais c’est comme de trouver un trésor par hasard, surtout ne le dites à personne car tout le monde va vous tomber dessus. Pour les ondes, c’est pareil, si vous osez suggérer la moindre explication, soulever l’ombre d’une cause, vous êtes immédiatement conspué. Évidement je suis parano, je fais toujours des histoires, ma machine de mesure est juste un gadget qui déconne.

J’ai tenté d’expliquer à des proches ce que je venais de découvrir, personne ne m’a écouté. Hélène ne veut rien savoir, elle n’a jamais voulu remettre en question la modernité, elle a toujours été à la pointe du progrès. Malgré son age, elle se procure systématiquement le dernier smartphone, la dernière tablette, tout chez elle est ultra branché, même si elle ne s’en sert pas. Elle taxe évidement mes symptômes EHS de psychologiques, refuse d’éteindre ses prothèses quand je la visite, même si elle n’en a pas besoin, comme la majorité de la population enfumée par les médias à la botte des industriels.

Pas entendue, tant pis, je vais continuer à dénoncer le plus grand scandale sanitaire de tous les temps actuellement en plein déploiement. Je vais vous expliquer de quoi Henry est mort, des fois que ça tombe dans des oreilles pas bouchées, et que ça sauve des vies. D’ailleurs depuis cette triste histoire, (après quelques disputes, j’avais fini par bien aimé Henry), chaque fois que je vais chez quelqu’un, ce qui est désormais extrêmement rare puisque toutes les maisons et tous les appartements sont complètement pollués d’ondes, la première chose que je fais, c’est d’aller mesurer l’environnement électromagnétique des tables de nuit dans les chambres à coucher.

Une fois sur deux, en expliquant, en rectifiant, je sauve une vie. Et parfois, je convainc, grâce à ma machine qui affiche couleurs et chiffres, pas comme mon cerveau et mon organisme qui se contentent de m’envoyer des signaux internes, donc invisibles et sujets à subjectivité coupable. Certains admettent qu’une machine ne soit pas psychologiquement atteinte de paranoïa aiguë.

Sur la table de nuit d’Henry, il y a une jolie lampe de chevet en fer, exactement la même que sur la table de nuit d’Hélène de l’autre coté du lit. Juste à coté, le radio réveil et le portable, jamais éteint, bien qu’Henry ne s’en sert quasiment pas, utilisant toujours le téléphone DECT du salon. Le lit est électrique, on appuie sur un bouton et il se lève tout seul, génial. Toutes les prises électriques sont branchées sous le lit, exactement sous la tête d’Henry, un emmêlement de fils bien planqués.

Je mesure d’abord les hyper fréquences : c’est correct, la pièce est située du coté de la mer, entre l’antenne relais derrière et la chambre, pas mal de murs en pierre font un peu tampon, et le portable a disparu. Je passe aux autres modes de mesure, les basses et extrêmement basses fréquences (EBF), c’est-à-dire tout ce qui concerne l’électricité domestique, et j’approche mon appareil de la table de nuit d’Henry.

Et là, c’est la catastrophe !

Je sursaute violemment et recule effarée, je n’ai jamais vu ça ! Mon appareil, qui comporte trois fonctions lumineuses de seuil comme les feux routiers, rouge, orange, vert, vire direct au rouge et sature, il ne peut mesurer au-delà ! Affolée, je passe du coté d’Hélène et constate avec soulagement et surprise que l’appareil reste dans le vert. Je reviens sur la table de nuit d’Henry et promène mon appareil avec application partout. Dessus, dessous, tout du long des câbles, un peu en retrait, je calcule les portées. Rouge, tout le temps rouge, des dizaines de volts par mètre explosent ! Au bout d’une heure, après avoir enlever le radio réveil et tout débranché et rebranché plusieurs fois, j’en déduis avec horreur mais certitude qu’Henry est mort irradié par les basses fréquences de sa table de nuit et des branchements sous son lit. Mais ce que je découvre ce jour là, c’est bien plus qu’une cause de décès individuelle, c’est un scandale total.

En effet, il s’avère que la lampe en fer d’Henry, conductrice, émet beaucoup plus d’ondes quand elle est éteinte que quand elle est allumée !

Et que la lampe d’Hélène, exactement identique à celle d’Henry, émet un champ très atténué d’ondes nocives, qu’elle soit allumée ou éteinte ! La particularité des basses fréquences étant que l’étendue de leur champ diminue très vite au fur et à mesure de la distance, contrairement aux radiofréquences. Ainsi la tête d’Hélène ne subissait pas de radiations significatives.

Je vérifie, je mesure plusieurs fois, rien à faire, c’est bien la lampe éteinte d’Henry qui pose problème. Henry dormait sur le dos, sa table de nuit à sa gauche, donc son visage toute la nuit recevait du coté gauche les ondes de sa lampe éteinte ! Un laser de feu. Et c’est bien du coté gauche qu’un cancer virulent s’est étendu en plaques de plus en plus profondes dont personne n’a pu stopper la progression, car personne n’a cherché à comprendre. Ces ondes l’ont carrément brûlé, bien plus loin que l’épiderme. Les tâches de brûlures qui se sont multipliées sur la peau de son visage n’ont pourtant pas ému les médecins qui n’ont procédé à aucune investigation causale. Or ces ondes sont bel et bien à l’origine de son cancer, ces ondes l’ont tué, pendant qu’il dormait paisiblement.

Que se passe t’il ??? Comment expliquer ce phénomène auquel tout le monde est exposé, sans que personne ne tire la sonnette d’alarme ?

Les prises électriques des lampes de chevet ne comportent que deux fiches, ces deux petits bouts de fer qu’on enfile dans une prise. Il n’y a donc pas de prise de terre. Quand on branche ces fiches dans une prise, l’électricité circule dans toute la lampe et dans son fil de branchement. Un interrupteur permet d’allumer et d’éteindre l’ampoule, de laisser passer le courant ou pas. Mais rien n’indique le sens de branchement qu’il faut respecter, on enfile les deux fiches au hasard dans la prise, d’un coté ou de l’autre. Le problème est exactement là, dans ce hasard.

Car il y a bel et bien un sens à respecter. Le neutre et la phase, les deux polarités, donc les deux fiches, doivent s’emboucher avec les deux polarités de la prise cachées dans le mur. Et rien ne permet de distinguer le bon sens, on branche à l’aveuglette. Si la fiche du câble est connectée à l’inverse des polarités de la prise (c’est à dire que la phase du câble sera connectée au neutre de la prise et que le neutre du câble sera connecté à la phase de la prise), donc l’interrupteur n’agira pas sur la phase, mais sur le neutre. Le câble d’alimentation restera alors constamment sous tension jusqu’à l’ampoule, même si l’interrupteur est en position d’arrêt. Il n’y aura cependant pas d’éclairage, car les deux fils doivent être en service pour que la lampe s’allume.

La majorité des lampes du commerce sont équipées d’interrupteur unipolaire, c’est à dire d’un interrupteur qui ne coupe qu’un seul fil. Aussi selon le branchement de la fiche dans la prise, on peut couper soit l’arrivée du courant (la phase), ou le retour du courant (le neutre). Si le courant de retour est coupé, un champ électrique se déploie sur toute la lampe même lorsqu’elle est éteinte.

La pollution électrique d’une lampe branchée dans le mauvais sens s’amplifie lorsque la lampe est en fer ou en alu, matériau conducteur, d’autant plus si elle est posée sur une table en fer ou en bois, et qu’évidement, comme la majorité des lampes de chevet, elle n’est pas équipée d’une prise de terre.

C’est le pire scénario, et il arrive à tout le monde sans que personne ne le soupçonne, car l’ inversion du branchement du câble dans la prise de courant est invisible et indétectable sans un appareil spécifique.

À son insu, le dormeur peut donc incuber toutes ses nuits dans le champ électrique basses fréquences et le rayonnement magnétique d’une lampe pourtant éteinte.

Par le plus grand des hasards, une chance sur deux, la fiche de la lampe d’Henry était à l’envers. Quand j’ai débranché et enfilé la fiche dans le sens inverse, c’est à dire le bon sens, tout est revenu dans l’ordre. Mon appareil de mesure est resté dans le vert. La lampe d’Henry éteinte émettait désormais le même niveau d’ondes que celle de sa femme qui était, par hasard, miraculeusement à l’endroit !

Cette histoire tragique est actuellement en cours dans la moitié des pièces où sévissent des lampes mal branchées.

Alors quelle solution ???

Comment éviter de se faire lentement assassiner par sa lampe de chevet ???

Comment savoir si votre lampe est correctement branchée et ne va pas tellement agresser vos cellules et vos neurones que vous n’en sortirez pas vivant ?

Voici quelques mesures pour vous mettre en sécurité, parmi lesquelles en appliquer une immédiatement :

1) se procurer un détecteur de champs électriques pour retourner la fiche dans la prise, qui est la solution la plus rapide et la moins technique ;

2) remplacer l’interrupteur qui ne coupe qu’un seul fil d’alimentation par un qui coupe les deux fils (bipolaire plutôt que unipolaire) ;

3) brancher une multiprise avec interrupteur, à éteindre dés qu’on s’endort ;

4) remplacer le câble d’alimentation de la lampe par un câble blindé (à condition que la prise de courant soit équipée d’une connexion à la terre) ;

5) faire installer un IAC (interrupteur automatique de courant) au tableau électrique.

On peut se procurer dans les grands magasins de bricolage un tournevis testeur qui mesure l’intensité électrique et localise le rayonnement d’un câble, pour une somme modique autour de 15 euros. Si le testeur s’allume lorsqu’il est placé entre l’interrupteur et la lampe, c’est que celle-ci est branchée à l’envers. Si le détecteur "bip" à proximité de l'ampoule lorsque la lampe est éteinte, c'est qu'elle est branchée à l'envers et que l'interrupteur coupe le mauvais fil. Si le testeur ne s’allume pas, c’est que la lampe est correctement branchée.

Posez une petite marque de couleur sur le dessus de la prise, pour la rebrancher toujours du bon côté.

Dégagez aussi le fil de la lampe (qui fait antenne) de la table de chevet et du cadre du lit. Toute carcasse métallique est un amplificateur de rayonnement et peut faire antenne, même les ressorts des matelas.

Il faut dégager au maximum la chambre à coucher de toute radiation, c’est à dire éteindre tous vos appareils. Mais comme je viens d’expliquer qu’en certains cas éteindre peut s’avérer pire, il s’agit de bien comprendre que toute utilisation d’énergie invisible est dangereuse et que vous êtes seul à pouvoir vous renseigner et vous prémunir par un minimum d’hygiène électromagnétique. Surtout si vous ne sentez rien. Ceci est le minimum que vous pouvez faire pour parer à l’urgence sanitaire qu’implique la pollution grave et généralisée des foyers et de toute l’enveloppe planétaire.

Bien d’autres sources de pollution électromagnétique menacent nos organismes, et ce que je viens de soulever n’est qu’une goutte d’eau dans un océan de perturbations électro-magnétiques artificielles. Car ce petit appareil à 15 euros mesure les basses fréquences électriques mais pas les rayonnements magnétiques qui sont eux aussi fort dangereux puisque imparables.

Pour prendre des mesures de toutes les fréquences des rayonnements qui vous entourent et vous traversent, susceptibles de vous tuer au pire, ou de vous rendre malade au mieux, dont les radiofréquences qui pullulent depuis l’avènement du sans fil, il vous faudra un équipement plus onéreux et beaucoup plus technique.

Cet appareil vous révélera la source de vos insomnies et peut-être de vos maladies, mais je ne suis pas sûre que vous dormirez mieux quand vous découvrirez l’ampleur de la pandémie électromagnétique à laquelle tous les êtres vivants sont exposés. Voir les bulles tueuses invisibles peut être traumatisant.

4257117

Cependant cet équipement devrait être obligatoire dans toutes les crèches, les écoles et les bâtiments publics, et dés qu’une installation électrique est déployée quelque part. On peut toujours rêver. Aucune confiance ne doit être accordée à ceux qui gagnent leur vie grâce à l’électricité, au numérique et aux médias à leur botte, ni à ceux qui établissent des normes qui ne sont que de l’enfumage. Celles ultra élevées de l’Agence Nationale des Fréquences qui continue à dénier tout danger des ondes en dessous des puissances du four à micro-ondes et de la chaise électrique sont une condamnation à mort à plus ou moins long terme de la population. Et les médecins qui ne cherchent pas la vraie cause des cancers et autres maladies nerveuses et dégénératives sont leurs complices.

55576807_102d2fd

 

Alors protégez vous et surtout protégez vos enfants !!!!

C’est tout mon corps, qui fonctionne comme un lanceur d’alerte, qui vous le crie.

Car si le pétrole et le gaz puent et dégagent de la fumée, que vous vous doutez qu’ils ne vous font pas du bien, ni à la planète, l’électricité est inodore, indolore, invisible, elle agit insidieusement, en particulier lors de vos moments les plus vulnérables.

chiffoline

Elle est l’assassin idéal, totalement banalisé, qui tue sans laisser de traces.

Et si jamais quelques illuminés certainement complotistes ne croyaient plus les mensonges des brouilleurs de pistes,

tout_va_bien-2-f5b0a

on peut être certain qu’ils seront voués aux gémonies pour la sécurité de tous, afin que le peuple consentant ne se lève plus jamais de son canapé

oil-spill-40

où il se fait dépouiller tranquillement de sa santé et de son humanité.

 

 

 

Posté par barbesse à 10:23 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

02 avril 2022

L'amazone verte

 

Ma critique du livre «  L’Amazone verte » d’Elise Thiebaut,

publié en 2021 aux Indomptées.

 

Voici une histoire bibliographique sur Francoise d’Eaubonne, créatrice du terme et du concept « écoféminisme », et aussi du terme « phallocrate », décédée en 2005, auteure prolifique de plus de cinquante livres, romans, essais, pamphlets, et pas moins de treize biographies.

La journaliste Elise Thiebaud s’est emparée de la mode en pleine émergence de l’écoféminisme pour rédiger une biographie fort décevante, au verbe inadéquatement relevé, souvent déplacé, à la limite du vulgaire. On dirait que l’auteur fait tout pour rendre son sujet antipathique. J’ai au moins compris une chose à la lecture de ce livre désolant: cette journaliste n’aurait jamais du écrire une biographie car elle semble incapable d’empathie, incapable d’un minimum de compréhension intime de son sujet qu’elle nous montre comme un objet de foire farfelu. Impasse totale sur l’immense travail de cette écrivaine née.

He oui, difficile, et là en l’occurrence, impossible d’égaler le talent de Francoise d’Eaubonne, qui elle était une biographe extrêmement cultivée au travail approfondi et ne se serait sans doute probablement pas permis de saborder ainsi un personnage féminin.

Une vraie déception, presque de la colère.

Je n’aimerais pas du tout que cette Élise m’utilise et me bâcle comme elle s’est emparée de la vie de Françoise d’’Eaubonne.

Son sujet est sa proie, qu’elle dépèce avec la jubilation et la précipitation du vautour arrivé en premier sur la plate-forme de déchiquetage. Un livre écrit en six mois de confinement, qui se braque sur les cotés les moins reluisants de Françoise, dont sa vie sentimentale avec ses échecs relationnels : page 113

«  son cœur est parsemé de trous creusés par ses chagrins d’amour, elle devrait s’en servir pour égoutter les spaghettis plutôt que pour envoyer le sang irriguer son cerveau ... »!!!

Voilà, tout est dit !

Ainsi est passé quasiment à l’as (à part juste le dernier chapitre) l’immense travail littéraire de toute une vie, une réflexion politique et globale plutôt géniale sur la société, qui aurait mérité analyse et devellopement.

Pour cette journaliste, qui s’emploie à disqualifier fourbement passages à vide, retraits stratégiques, remises en question et vie personnelle, Françoise n’existe et ne surnage qu’à l’échelle de son succès.

Alors que l’écoféminisme, qu’elle a fondé, s’emploie à revaloriser la vie privée, le quotidien, la vulnérabilité, sans désavouer frustrations et violences domestiques, pour cette auteure, il faut, comme dans la société de compétitivité et de profit, être toujours au top des regards, des appréciations et des jugements pour justifier d’une notoriété. C’est du journalisme très cavalier d’une féministe pas éco que je soupçonne de jalousie, qui en rajoute sur le spectaculaire pour faire vendre, c’est assez abject, j’ai failli jeter le livre plus d’une fois et j’ai soupiré trop souvent.

Par contre, la contextualité, avec le retour sur les frasques soixante-huitarde et post, est largement évoquée, avec la gourmandise contrariée de celle qui a manqué de peu cette époque mythique, et s’en venge par un ton grinçant et des divagations oiseuses.

Cette attitude pire que désinvolte envers son sujet qu’elle assure cependant avoir épuisé, grâce en particulier à ses dialogues numériques avec le fils,(ce qui n’est jamais une bonne façon de saisir la vraie personnalité d’une femme), me convainc qu’une bonne dose d’envie mal dissimulée chez cette journaliste en mal de reconnaissance signe son dépit de ne jamais pouvoir prétendre à égaler l’écrivaine fertile qu’elle instrumentalise et détériore dans son livre. Par contre, comme tout bon opportuniste, elle a su saisir au bond la balle de la mode de l’écoféminisme actuellement en vogue.

La seule chose un peu profonde que j’ai pu extraire de cette prose délurée, comme on retire une épine du pied, ( après avoir lu il y a quelques années plusieurs centaines de pages des mémoires de Françoise) c’est la douleur de la mère qui a du laisser élever ses enfants par d’autres pour arriver à vivre de sa plume et faire exister son don précoce, son talent. La journaliste aurait pu là rendre justice à Françoise d’Eaubonne, et au difficile challenge des femmes entre maternité, travail, vocation et engagement, en particulier à l’époque d’après-guerre, dont cette révolte fondamentale de Françoise :

« refus de la guerre, refus des conditions où un type peut devenir obligatoirement, dans les vingt quatre heures, un bourreau et un assassin, refus du conditionnement au fascisme, le voilà le point crucial, et qui, qui en a parlé ? »

Mais sa « biographe ? » se garde bien de s’étendre sur cette radicalité farouche. Elle reste tout du long dans son style dérisoire qui se veut humoristique, projetant sa propre superficialité et sa propre vacuité en qualifiant le style de Françoise de « prose légère comme une baraque à frites », nous affligeant d’une narration débridée à la limite du mépris, qui ne fait que révéler une empathie plus qu’ambiguë envers son sujet. Franchement, Françoise ne méritait pas ça, j’ai honte pour sa mémoire, salie publiquement ici.

Tout ceci me laisse l’amer sentiment que cette façon de s’emparer avec tant de frivolité de la mémoire d’une pionnière aussi courageuse que Françoise d’Eaubonne frise l’insulte.

Qu’elle a d’ailleurs fort leste pour, page 220, « le pape qui porte sur ses épaules les péchés du passé, à l’évidence mal en point, puisqu’il est déplacé, comme un jouet d’enfant, sur une espèce de promontoire à roulettes jusqu’à l’effigie du Christ dont il léchouille le pied en tremblant » (on se demande ce que ces considérations personnelles font au milieu d’une biographie…) Puis elle continue dans la même veine en s’arrogeant le droit de nous faire croire que Françoise y aurait descellé quelque chose de « comique, elle aurait sûrement préféré que Popaul 2 se déshabille place Saint-Pierre et s’autoflagelle en slip panthère »...

He oui, voilà l’acabit de ce livre à jeter rapidos aux orties, accablant, navrant.

De quoi ravir les machos et les féministes d’opérette.

 https://www.babelio.com/livres/Thiebaut-Lamazone-verte/1285187#critiques

 

Posté par barbesse à 17:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

22 mars 2022

Deux attaques en une demie-heure.

 

Elles descendent des arbres à la queue leu leu, attachées l’une derrière l’autre, en longues bandes de fourrure marron rayée de noir, hérissée de poils urticants. Tout est bon pour atteindre le sol, murettes, branches ou yourtes, et s’y enfouir. Elles veulent de la terre molle et chaude, de préférence dénudée, ce qui correspond aux bords de mes sentiers. Au milieu, c’est trop tassé, au-delà des bords, trop de végétation, en particulier le lierre rampant, alors l’interstice entre les deux, mou et pas envahi, est l’objet de leur prédilection. Sauf que des-fois leurs manœuvres d’enfouissement débordent et empiètent sur mon passage.

De toutes façons, à cette saison, j’en croise quasiment tous les jours, ces processions printanières qui désormais me font prendre la tangente. Du moins quand je les vois, ce qui est loin d’être toujours le cas, car le plupart du temps, elles me captent en premier et je n’ai pas le temps de rebrousser chemin. Je me suis donc fait asperger de leurs poils minuscules, armes cruellement allergisantes, aux effets si peu ragoutants que cette fois, je vais devoir intervenir pour réguler l’invasion.

Ce jour là, je m’affairais à dépecer des branches de pin tombées pour les ranger en petits tas bien calibrés, et ce jour là, toute guillerette des premières vibrations du printemps, stupidement démunie de gants.

Je m’en suis mordu les doigts.

Je n’ai rien vu, mais soudain mes mains se sont mises à flamber, mes paumes à devenir cramoisies, et l’intérieur de mes doigts criblés de plaques rouges. La douleur est vite devenue intenable et s’est étendue à mon cou autour duquel j’avais omis d’enrouler une écharpe. J’ai reconnu immédiatement d’où venaient ces brûlures car malheureusement, ce n’est pas la première fois que je subis une attaque de chenilles du pin. Mais c’est la première fois que je déguste autant. J’ai tout laissé en plan et j’ai couru m’enduire d’huile de lavande. J’ai vidé le flacon.

La douleur augmentant malgré mes massages effrénés, j’ai décidé d’aller marcher au pas de course dans la forêt, espérant me soulager par l’exercice physique et l’air frais.

Cette combine n’a jamais aussi bien marché.

A trois cent mètres du camp, j’ai soudain complètement oublié mes démangeaisons.

Je marchais vite sur la piste forestière lorsque j’ai vu, cinquante mètres devant, un chien émerger du virage derrière lequel je supputais la proximité d’un humain. Le chien s’est arrêté en me regardant fixement, j’ai ralenti.

De taille moyenne, il n’était pas du tout menaçant. Il avait l’air vieux, en assez piteux état, avec de longs poils humides, sales et grisâtres, des moustaches loqueteuses embroussaillées autour de son museau allongé.

Il ne m’a pas impressionné, j’ai continué à avancer alors que le chien décidait de venir vers moi. Ni pressé ni hésitant, il avait l’air tout à fait inoffensif lorsqu’il est arrivé à ma hauteur. Je lui ai gentiment dit bonjour et il a continué en me dépassant sur ma gauche. Je ne me suis pas retournée. J’avais confiance, avec un relent de pitié pour son allure pouilleuse.

Grave erreur.

C’est sans aucun doute la dernière fois que j’ai fais confiance à un chien.

chien minable

J’aurais du faire face à cette bête, comme je l’ai fait quinze jours plus tôt quand un des chiens extrêmement agressifs d’un de mes voisins, ambulancier de son état, m’a attaqué alors que je remontais tranquillement la route menant chez moi.

J’avais remarqué l’ambulancier assis sous un arbre avec ses chiens sans laisse autour de lui, juste au-dessus de la route. Je savais que c’était dangereux pour avoir déjà été attaquée deux fois par ces chiens, mais je ne pouvais plus reculer et il n’y avait pas d’autre accès.

Ce jour là, je n’ai pas eu le temps d’avoir peur quand un des chiens m’a brusquement pris pour cible, a dévalé la pente et foncé sur moi en aboyant comme un fou, gueule exorbitée sur une machoire remplie de grandes dents jaunes. J’ai stoppé net, ma tête s’est vidée brutalement, et tout mon être s’est comme ramassé en lui-même.

J’ai ainsi fait face calmement à la bête démontée exhibant ses crocs en hurlant. Immobile, mains au corps, sans parler, sans broncher. Quand le monstre a voulu me contourner, instinctivement j’ai suivi, pivotant avec lui sans un geste. Je ne le regardais pas directement, ne cherchant pas à l’affronter, je n’étais pas armée. Je ne sais pas combien de temps ça a duré, trop de toutes façons, et heureusement son maître l’a rappelé, le chien a obéi et m’a lâché. Cet homme ( que j'ai connu gamin) ne m’a pas adressé la parole, s’est rassis tranquillement au pied de son arbre, et moi, j’ai décompensé.

Mes jambes se sont mises à flageoler et j’ai eu du mal à regagner mes pénates. C’était la troisième agression subie par ces mêmes chiens. Sans jamais un mot échangé avec le propriétaire. Qui enferme ses méchants cabots vociférants toute la journée dans un enclos derrière l’école, donnant sur une petite rue que j’avais l’habitude d’emprunter, mais où plus personne n’ose engager un pied. Car les chiens sautent le grillage en aboyant de façon démentielle et vous font la course, crocs en avant.

La première fois, je n’ai du mon salut qu’à la fuite à toutes jambes vers l’immeuble voisin où je me suis engouffrée de justesse. C’était quand il y avait encore une porte normale. Depuis, ils nous ont flanqué une énorme porte électronique, si lourde que plus personne ne peut l’ouvrir, dont le système de déblocage par auto-commande ne fonctionne qu’une fois sur deux, condamnant les habitants à passer par les caves. C’est la revanche du bailleur contre les locataires qui ont osé l’assigner au tribunal : tout le monde enfermé, comme dans une prison. Je n’ose imaginer l’état de mes cuisses acculées devant cette porte blindée…

Bon, donc là, je n’ai pas pris la petite rue aux cerbères, ni la route dangereuse, je suis sur la piste, dans la forêt communale, partie un peu trop vite les mains vides pour échapper à la douleur d’une attaque de chenilles, et un chien que je ne connais pas me dépasse sans que je me méfie.

Et ce traître se jette dans mes jambes par derrière et me mord férocement.

Et là, magie ! Sur le coup, je ne sens rien du tout!

Juste une immense stupéfaction d’avoir été surprise à revers par un animal vicieux que j’ai mésestimé.

Je me penche vers ma jambe droite quand arrive au virage le maître du chien, tenant en laisse un autre chien. Il rappelle son clébard. Ce gars là, je le connais de vue, comme je connais toutes les personnes qui viennent balader leurs chiens dans cette forêt. Il est jeune, environ trente cinq ans, blafard, rondouillard, un peu chauve, réservé. Il retient son chien, qui semble m’en vouloir encore, par le collier, s’avance vers moi qui maintenant suis repliée à palper l’arrière de mon genou, car je commence à ressentir l’effet de la morsure. Il me demande :

« Il vous a mordu ? » « Ben oui ! »

Et je vois que le gars ne me croit pas. Je ne vais pas quand même me déculotter devant lui ! Je ne saigne pas grâce à la doublure rembourrée de mon pantalon qui m’a joliment protégé. Je bafouille que je ne comprends pas ce qui a pris à ce chien, je ne lui ai rien fait ! et le gars me redemande si j’ai été mordue. Je suis tellement choquée que je n’ai qu’une envie, rentrer chez moi et pleurer. Je sais que je viens de me faire un nouvel ennemi, et je n’ai aucun intérêt à envenimer la situation. Je n’ai plus d’énergie pour me mettre en colère, ni même demander qu’on soit correct avec moi. Le gars ne l’est pas. Il s’en va avec ses chiens sans une excuse.

J’ai fini par obtenir un certificat du médecin qui a déclaré, devant l’énorme hématome noir en bas de ma cuisse, balafré de deux grosses pointes rouges, trois jours d’ITT ( Incapacité Temporaire de Travail, échelle de mesure de la gravité dune blessure).

Alors c’est vrai, j’ai eu tellement mal d’avoir été mordue par un chien que j’ai oublié avoir été attaquée juste avant par des chenilles.

Mais je veux que ça s’arrête là.

Je ne veux pas qu’un croco m’emporte la jambe pour ne plus la sentir.

Parce que de toutes façons, finalement, les douleurs se réveillent et se cumulent : les démangeaisons ont empiré et la morsure dégénère.

Heureusement maintenant il pleut, l’humidité empêche les poils urticants de s’éparpiller, et les chenilles s’enfouissent pour concocter leur chrysalide et remonter papillons. Alors, dans un mois ou deux, dés les premiers envols, j’attendrais les mâles avec des pièges à phéromones.

tumblr_lzd59yvt8C1qdx5uao1_500

Maintenant que la période de chasse est terminée, après les prolongations odieuses accordées par le préfet du Gard, on peut aller se promener en forêt sans risquer de se faire descendre par une gamine de quinze ans, un vieux sénile ou un poivrot excité, tous armés de flingues augmentés de technologies déloyales. Ouf !

Mais la période des chiens, elle, c’est toute l’année.

Pas de trêve pour les attaques de roquets.

Trois jours après, en allant vérifier la pousse des consoudes en bord de rivière,

8351_16

je croise une femme avec deux chiens sans laisse.

Encore traumatisée des agressions récentes, j’ai peur.

Je déteste avoir peur.

01kathmandu-masks

Trois contre un, je me pousse sur le coté,

j’abandonne tout le passage,

14-animaux-avec-leur-parapluie-naturel-13mais quand elle arrive sur moi, je lui demande où sont les laisses de ses chiens.

Elle me toise comme si je l’avais giflé et me répond que ses chiens sont libres et qu’elle ne les attache jamais. Devant cette notion très particulière de la liberté, je baisse mon pantalon et exhibe ma morsure, un gros hématome noir à l’endroit le plus tendre de ma cuisse. Elle change alors de ton, affirmant que le gros chien, c’est une boule de tendresse, mais que le petit, oui il faut s’en méfier. Mais elle n’a rien pour le retenir.

Bon, la consoude sera suffisamment développée la semaine prochaine, mais combien de chiens auront déféquer sur ses jolies petites fleurs jaunes avant que j’en trouve quelques unes d’épargnées ?

On remarquera que, bien que régulièrement confrontée à des animaux, je reste parfaitement consciente que les désagréments infligés ne sont pas de leur faute, et je ne développe aucun ressentiment contre eux. Car les proliférations actuelles, punaises, chenilles, moustiques, sauterelles, chiens et chats, c’est toujours la faute de l’homme, la faute du foutoir de la société lapiniste industrielle, transhumaniste et toujours aussi ringardement patriarcale.

Les mésanges et chauve-souris qui se nourrissent des chenilles processionnaires en défonçant les nids en haut des pins m’ont épargné des attaques massives, mais comme tous les oiseaux, ils sont en voie de disparition, en chute libre dans l’effondrement de la biodiversité.

Quand aux sept millions de chiens du pays, pris en otage par le marché, comme les quinze millions de chats, outre les dégâts environnementaux et le fait que posséder un chien équivaut à une empreinte écologique aussi balèze qu'un gros 4X4, ils sont le triste pendant de la frustration sociale galopante d’une civilisation confrontée à sa désagrégation et au pourrissement des conditions de vie. Cette solitude d’humains proliférants, comme tout ce que détruit le capitalisme pour se perpétrer, est exploitée par les trafiquants et toute la filière des élevages en batterie dont les déchets alimentent les bêtes que l’humain utilise à son chevet.

chien-chine

Lorsque se produira l’inévitable « Black-out », il est une conséquence que le fameux auteur du best-seller du même nom a totalement oublié, obnubilé par la technologie. Quand au bout de trois jours après la grande panne électrique, comme il le prévoit, il n’y aura plus rien à manger dans les super-marchés, que croyez-vous qu’il se passera ???? Nos « meilleurs amis » ne seront plus nourris et deviendront nos pires ennemis en se jetant sur nos enfants, comme ils le font préférentiellement déjà maintenant (selon les statistiques de l'ARS), et il n’y aura pas assez d’armes dans la population pour reprendre le dessus….car un chien qui n’a pas faim mord déjà sournoisement dés qu’on lui tourne le dos, alors on peut aisément imaginer le carnage perpétré par une meute affamée.

En attendant, désormais, je ne sors plus les mains vides, quoi qu’il arrive.

Je sors avec un couteau, un bâton, un appareil photo, une bombe au poivre et un bouclier mental de haine.

Hors de question de vivre dans la peur.

résolue

J’aime les animaux,

4257197

j’hésite même à taper sur un moustique,

mais le prochain qui m’agresse, je le tue.

ours qui défend la femme

 

 

Posté par barbesse à 09:18 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

08 mars 2022

Résistance féministe contre la guerre

Les féministes russes s’opposent,

dans la rue, à la guerre de Poutine.

Le texte ci-dessous est écrit par des féministes russes souhaitant rester anonymes pour des raisons de sécurité, qui se sont regroupées pour s’opposer à l’invasion de l’Ukraine. Le féminisme a, jusqu’à aujourd’hui, relativement échappé aux vagues de répression du régime russe. Le féminisme est donc, dans la Russie contemporaine, l’un des rares mouvements d’opposition encore florissant.

Dans ce texte, des participantes aux manifestations contre la guerre en Ukraine insistent notamment sur la critique des ‘‘valeurs traditionnelles’’ portées par le régime russe et sur les risques encourus par les femmes dans un contexte de guerre. Elles alertent sur les risques auxquels elles font face à partir de maintenant et appellent les féministes du monde entier à se retrouver pour s’opposer à l’agression militaire lancée par le gouvernement de Poutine.

femen-0603-2

Le 24 février, vers 5h30 du matin, heure de Moscou, le président russe Vladimir Poutine a annoncé une ’opération spéciale’ sur le territoire de l’Ukraine afin de ’dénazifier’ et ’démilitariser’ un État souverain. Cette opération était prévue depuis longtemps. Depuis plusieurs mois, les troupes russes se rapprochaient de la frontière avec l’Ukraine, pendant que les dirigeants russes niaient toute possibilité d’attaque militaire. Nous avons maintenant la preuve qu’il s’agissait d’un mensonge.

La Russie a déclaré la guerre à son voisin. Elle n’a pas laissé aux Ukrainiens le droit à l’autodétermination ni l’espoir d’une vie pacifique. Nous affirmons de nouveau que la guerre contre l’Ukraine est menée depuis huit ans à l’initiative du gouvernement russe. La guerre dans le Donbass est une conséquence de l’annexion illégale de la Crimée. Nous considérons que la Russie et son président ne sont pas et n’ont jamais été préoccupés par le sort des populations de Louhansk et de Donetsk, et que la reconnaissance des républiques après huit ans de guerre n’était qu’un prétexte pour envahir le reste de l’Ukraine en prétendant libérer ses habitants.

En tant que citoyennes russes et en tant que féministes, nous condamnons cette guerre. Le féminisme, comme force politique, ne peut soutenir une guerre d’agression et une occupation militaire. Le mouvement féministe en Russie lutte en soutien aux groupes vulnérables, et pour le développement d’une société juste, avec des chances et des perspectives égales, dans laquelle il ne peut y avoir de place pour la violence et les conflits militaires.

La guerre signifie violence, pauvreté, déplacements forcés, vies brisées, insécurité et absence d’avenir.

1493305-une-femme-blessee-devant-un-hopital-apres-le-bombardement-de-la-ville-de-chuguiv-dans-l-est-de-l-ukraine-le-24-fevrier-2022

Elle est inconciliable avec les valeurs et les objectifs essentiels du mouvement féministe. La guerre exacerbe les inégalités entre les sexes et fait reculer de plusieurs années en termes de droits humains. La guerre apporte avec elle non seulement la violence des bombes et des balles, mais aussi la violence sexuelle : comme l’histoire le montre, pendant la guerre, le risque encouru par chaque femme d’être violée est décuplé. Pour ces raisons, et pour bien d’autres, les féministes russes, et les personnes qui partagent les valeurs féministes, doivent prendre une position forte contre cette guerre déclenchée par les dirigeants de notre pays.

La guerre en cours, comme le montrent les discours de Poutine, est également menée au nom des ’valeurs traditionnelles’ promues par les idéologues du gouvernement - des valeurs que la Russie aurait décidé de promouvoir dans le monde entier tel un missionnaire, en utilisant la violence contre celles et ceux qui les refusent ou qui porteraient d’autres opinions. Toute personne dotée d’esprit critique comprend bien que ces ’valeurs traditionnelles’ incluent l’inégalité de genre, l’exploitation des femmes et la répression par l’État de celles et ceux dont le mode de vie, l’auto-identification et les comportements ne coïncident pas avec la rigidité des normes patriarcales. La justification de l’occupation d’un État voisin au nom du désir de promouvoir ces normes et de poursuivre une ’libération’ démagogique, est une autre raison pour laquelle les féministes de toute la Russie doivent s’opposer à cette guerre de toutes leurs forces.

FNKp_iOWUAQHvMe

Aujourd’hui, les féministes sont l’une des rares forces politiques actives en Russie. Pendant longtemps, les autorités russes ne nous ont pas perçues comme membres d’un mouvement politique dangereux. Nous avons donc été moins touchées par la répression étatique que ne l’ont été d’autres groupes politiques. Actuellement, plus de quarante-cinq organisations féministes différentes opèrent dans tout le pays, de Kaliningrad à Vladivostok, de Rostov-sur-le-Don à Oulan-Oude ou Mourmansk. Nous appelons les collectifs féministes russes mais aussi les féministes en tant qu’individus à rejoindre la Résistance féministe contre la guerre et à unir leurs forces pour s’opposer activement à la guerre et au gouvernement qui l’a déclenchée. Nous appelons également les féministes du monde entier à se joindre à notre résistance. Nous sommes nombreuses, et ensemble, nous pouvons faire beaucoup : au cours des dix dernières années, le mouvement féministe a acquis un énorme pouvoir médiatique et culturel. Il est temps de le transformer en pouvoir politique. Nous sommes l’opposition à la guerre, au patriarcat, à l’autoritarisme et au militarisme. Nous sommes l’avenir qui triomphera.

femmes contre la guerre

Nous appelons les féministes du monde entier à :

  • Rejoindre les manifestations pacifistes et lancer des campagnes dans la rue ou en ligne contre la guerre en Ukraine et la dictature de Poutine, en organisant leurs propres actions. N’hésitez pas à utiliser le symbole du mouvement de Résistance féministe contre la guerre dans vos documents et publications, ainsi que les hashtags #FeministAntiWarResistance et #FeministsAgainstWar.
  • Partager les informations sur la guerre en Ukraine et l’agression de Poutine. Nous avons besoin que le monde entier soutienne l’Ukraine en ce moment et refuse d’aider le régime de Poutine de quelque manière que ce soit.
  • Partager ce manifeste avec d’autres personnes. Il est nécessaire de montrer que les féministes sont contre cette guerre - et tout type de guerre. Il est également essentiel de montrer qu’il existe encore des activistes russes prêts à s’unir pour s’opposer au régime de Poutine. Nous risquons maintenant toutes et tous d’être persécutés par l’État, et nous avons besoin de votre soutien.

 

Traduit de https://jacobinmag.com/2022/02/russian-feminist-antiwar-resistance-ukraine-putin/

- La Résistance féministe anti-guerre est une campagne anti-guerre lancée par des féministes russes.

- La Résistance féministe anti-guerre dispose d’un canal Telegram où sont disponibles de plus amples informations (en russe) : https://t.me/femagainstwar

Résistance féministe contre la guerre possède un canal Telegram contenant des informations supplémentaires (en russe). Les membres de l’initiative sont anonymes pour des raisons de sécurité. Ella Rossman, porte-parole du collectif à Londres, tient une page facebook.

 

Posté par barbesse à 01:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,


22 février 2022

Appel des réfugiés des ondes!

COMMUNIQUE DU 15.02.2022

 

Les vies des EHS comptent

 

Nous, personnes électrohypersensibles (EHS) vivant dans toute la France, souhaitons massivement témoigner pour alerter l'ensemble de la population de notre existence.

Notre pathologie environnementale n'est pas encore reconnue par l'Etat français alors qu'elle ne cesse de croître depuis les années 2000. Dans son rapport de mars 2018, l’ANSES évalue la prévalence des personnes atteintes à 5% de la population (3,2 millions de personnes), reconnaît leurs souffrances physiques mais pas l'origine de leur maladie. En France, seul le Pr Belpomme, cancérologue de l'ARTAC, étudie l'EHS depuis 2008 avec une cohorte de plus de 2000 malades (cf les résultats de sa dernière étude).

Aujourd'hui, de nombreuses personnes EHS sont dans l’incapacité de travailler, n'ont plus accès à différents lieux et sont en recherche urgente d'espaces de vie adaptés à cause d'une pollution électromagnétique toujours plus importante.

 

ELECTROHYPERSENSIBLES (EHS) À LA RECHERCHE DE ZONES BLANCHES

Laissez-les vivre !

Communiqué de presse

Éradiquer les dernières «zones blanches», c’est condamner les personnes EHS!

La suppression des dernières «zones blanches» sur l'ensemble du territoire français se fait au prix de la vie des personnes sévèrement électrohypersensibles (EHS).

L’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSES) dans un rapport de 2018, évalue leur nombre à plus de trois millions. Les associations dédiées sont sollicitées au fil des jours par un nombre croissant de personnes nouvellement impactées.L’exposition à des champs électromagnétiques plus ou moins délétères pour tous est, chez ces lanceurs d’alerte, à l’origine de symptômes très lourds que leur corps ne supporte plus. Ils demandent simplement le droit de vivre dans des zones non exposées aux champs électromagnétiques artificiels. En cela ils réclament l’application de l’article 1er de la charte de l’environnement qui a valeur constitutionnelle:

«chacun a le droit de vivre dans un environnement équilibré et respectueux de la santé»

et demandent au gouvernement de prendre ses responsabilités et de le faire impérativement respecter.

Ils demandent à la représentation nationale de voter la PROPOSITION DE LOIN° 2512 déposée le 17 décembre2019, visant à permettre la construction d’habitats, dans des zones vierges d’ondes nocives, pour les personnes souffrant d’hyper-électrosensibilité.

En ce sens, la situation d'urgence de M. Philippe Tribaudeau (http://www.uneterrepourlesehs.org/), comme celle de trop nombreuses personnes EHS, doit immédiatement trouver sa solution :

Ancien professeur de technologie en collège, Philippe Tribaudeau est électrohypersensible depuis 2008 et fait partie de l'étude menée sur l'EHS par le Pr Belpomme . A présent, il est en retraite de l’Éducation Nationale pour invalidité et reconnu adulte handicapé en raison de cette pathologie. N'ayant pas trouvé de logement adapté à sa problématique de santé, il vit réfugié en caravane dans une forêt domaniale en zone montagneuse dans les Alpes-de-Haute-Provence depuis 2015. Il est officiellement domicilié à la mairie d'Entrepierres (04) en tant que SDF. Sa compagne et leur fille de 5 ans partagent leur vie entre son campement et un logement dans la ville de Sisteron (à 15km du campement). Lui, confiné, n'est capable de sortir que quelques heures par semaine de son lieu de vie.Depuis cet été, il lutte contre un projet d'antenne 4G qui menace son lieu de refuge et n'est pas soutenu par la commune. La Préfecture de Digne-les-bains lui a proposé de trouver un terrain de remplacement mais cela n'a jamais été suivi d'effet. A présent, la construction de l'antenne étant en cours, Philippe Tribaudeau demande de toute urgence un moratoire total sur ce projet. Pour ce faire, il vient d'entamer une action judiciaire. Cette demande est soutenue par l'eurodéputée Michèle Rivasi (EELV). La demande de M. Philippe Tribaudeau doit être immédiatement imposée aux opérateurs par la préfecture, et les solutions proposées mises en œuvre au vu de l’urgence de la situation.

belle Vidéo sur le combat de Philipe   :https://www.regardumonde.fr/philippe-tribaudeau-combat-dun-ehs/

Le nombre de victimes se multiplie sur l’ensemble du territoire Français.

Le devoir impérieux de couverture de téléphonie mobile doit-il passer avant la sécurité et la protection des personnes?

Il est impératif que s’inscrive dans la loi la protection des personnes EHS en leur garantissant des lieux protégés d’une exposition nocive aux champs électromagnétiques.

Contact presse : rdtazb.contact.presse@gmail.com Tél: 06 46 70 58 81

Sites : http://asso-zonesblanches

Robin des Toits: https://www.robindestoits.org/

Témoignage Philipe Tribeaudeau

« Aujourd'hui, la "micro-zone blanche" sur laquelle je suis réfugié est menacée par le plan gouvernemental  "New deal mobile" ! En éradiquant les dernières "zones blanches" sur lesquelles sont réfugiées des personnes EHS, l'Etat franchit une ligne rouge. Il accepte donc que l'amélioration de la couverture de téléphonie mobile se fasse au détriment de vies humaines. »

Pétition femme EHS menacée d’expulsion de son terrain.

https://www.robindestoits.org/Electrohypersensible-Daniele-est-expulsee-par-le-maire-du-village-ou-elle-avait-trouve-une-zone-blanche-ou-s-installer_a3115.html

 

 Lettre aux présidentiablesv10lettreouvertecandidatsalapresidencelongue15

 

 06_csp_portable_cuisson_neurone-2-9fcf1

 

Posté par barbesse à 09:34 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

09 février 2022

Du bonheur

lumière sur la forêt

Merci pour le thym infusé dans ma tasse ce beau matin d’hiver.

Merci pour la bûche en train de brûler dans mon petit poêle.

Merci pour le busard qui déjà plane à peine éteintes les étoiles.

Merci pour les graines qui ont trempé cette nuit dans mon verre.

land art yurtao

Merci pour le vent qui fait tanguer la cime des grands pins.

Merci pour ce lever de soleil tout rouge qui rosit mon tipi.

Merci pour la faiblesse qui ralentit, la vieillesse qui mûrit.

Merci pour les jacinthes dans la yourte offrant leur parfum.

lotus de pierre

 Même si une épine s’est enfoncée dans mon doigt, je sais qu’elle sortira.

Si mes jambes flageolent, j’en fabrique une troisième en bambou.

Et quand mon dos fléchit, je m’assois dans ma cabane avec mon tambour.

Si mes enfants m’abandonnent, après pleurer, je chante.
Si mes amis préfèrent parler aux écrans, un.e échappé.e de l’empire des machines finit toujours par débarquer, qui me regarde dans les yeux.

Et quand les fous sabotent forêts et rivières, mieux vaut planter des arbres.

S’ils votent des lois pour obliger, enfermer, sur ma falaise avec les pipistrelles le soir et l’aigle du matin, sans entraves, je m’envole avec.

Et si mon cœur est vide, il palpite joyeusement de l’extase d’exister.

C’est le temps de ne pas se dépêcher, le temps de savourer.

Le bonheur est là, vaste, vital, au détour d’un humble rituel, d’une lenteur, d’un battement d’aile.

Un bonheur simple, fragile et puissant, caché au flanc d’une colline, au milieu des bruyères.

Qui irradie paisiblement des ondes larges et claires capables de suspendre un instant les toxiques de la fin du monde.

land art sylvie rosalie

 

 

 

Posté par barbesse à 09:39 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

18 janvier 2022

Trois ans de persécution

 

Trois ans de combat. David contre Goliath. Petits contre gros. Locataires HLM contre gros bailleur champion de la désintégration sociale.

« Un toit pour tous », société faisant croûter 150 salariés grâce aux milliers d’habitants dont ils gèrent les dix mille logements avec un mépris dégoulinant. UTPT, entreprise quasi mafieuse employant des méthode violentes : acharnement arbitraire, abus de pouvoir, illégalités flagrantes, harcèlement, mensonges et menaces déployés contre ma pauvre petite persévérance d’électrohypersensible acculée.

Trois ans de harcèlement et de brutalités institutionnalisées déployés par les profiteurs d’une entreprise capitaliste inhumaine qui a remplacé l’habitant par le client, ne considérant les pauvres locataires guère plus que des caisses de saucissons à empiler. La pauvreté et la difficulté à se loger est le nouvel eldorado, source inépuisable de matière première, minerai brut renouvelable et juteux d’où extraire leurs confortables ressources de bourgeois subventionnés, persuadés de pouvoir passer impunément au-dessus des lois grâce à leurs amis des tribunaux et de la CAF.

Trois ans de persécution par une clique de cadres et de chargés en tous genres, m’ayant assommé sans interruption de dizaines de lettres recommandées, de mises en demeure, de commandements d’huissier, de suppressions d’APL et de procédures en expulsion. La totalité de l’artillerie lourde dont peuvent user les nantis du système pour faire lâcher toute résistance, faire dégager, broyer, réduire à la misère tout opposant aux trusts de l’habitat social.

Mais j’ai résisté.

J’ai rien lâché, j’ai tenu mon dossier. J’ai établi une chronologie ahurissante des méfaits quotidiens perpétrés avec une obstination perverse à l’encontre des habitants des appartements HLM de mon quartier. J’ai fais des erreurs, je me suis énervée, j’ai eu des moments de désespoir, envie de jeter l’éponge, la haine m’a étouffé, la colère a manqué faire exploser mon cœur, et j’ai souvent vomi ma bile de dégoût. Mais j’ai tenu ma ligne droite, je n’ai pas dévié, je ne me suis pas prostituée, je n’ai pas déclaré forfait, je ne me suis pas suicidée.

J’ai résisté.

Trois ans à découvrir comment de gros moyens disproportionnés et totalement inquisitoriaux sont sciemment utilisés contre les plus démunis pour les anéantir, leur ôter toute dignité, les priver de recours, de parole, et quand ils trouvent le courage et osent parler, les ridiculiser, les humilier, jusqu’à les conduire, sous les quolibets odieux et les ricanements cruels, au suicide social ou physique. Oui, je dis bien physique, car c’est arrivé dans mon immeuble.

Trois ans à subir la malveillance et l’arrogance, la délation, les mensonges les plus éhontés, les attaques personnelles, et la pression toxique des lieux où il faut se rendre pour les papiers, les démarches administratives, faire des photocopies, se défendre, pour tenir la claque dans le grand cirque des tribunaux qui vous convoquent dix fois de suite des après-midi entières à poireauter dans leur théâtre surchauffé, pour au bout de plusieurs mois de reports et d’épuisement vous annoncer que votre requête initiale est irrecevable à cause d’une petite erreur d’un chiffre et qu’il faut tout recommencer à zéro.

Mais j’ai résisté.

Ces mercenaires bien payés de l’armada guerrière et lucrative de l’immobilier véreux déclenchent impunément des procédures abusives avec nos loyers, ce qui fait que nous payons deux fois lorsqu’il faut se défendre contre leur despotisme : une première fois pour répondre à l’injustice par courriers recommandés, coups de fils et déplacements tous à notre charge, alors qu’on a pas de bureau, pas de coursiers, pas d’imprimante, et que la plupart d’entre nous sont obligés de calculer à un euro prés la moindre dépense. Sans parler de ceux qui ne savent même pas lire et à qui il faut tout mâcher. Et une seconde fois par nos loyers et nos charges qui ne font qu’augmenter, puisque qu’il faut alimenter une superstructure féroce qui se considère au-dessus des lois en utilisant des méthodes de harcèlement dignes de la mafia. On est pas loin d’une forme de racket déguisée. Parce qu’une erreur d’un seul euro, toujours à leur crédit, multiplié par 10 000, invérifiable puisqu’ils refusent de fournir des quittances, ça fait pas mal de fric que personne n’ira chipoter.

Mais je n’ai pas lâché, et j’ai fini par gagner, alors que personne n’y croyait.

Alors que les médias, d’abord appâtés par le scandale de l’insalubrité manifeste, par la révolte inédite de gens qu’on entend jamais, dés qu’ils ont eu leur petit scoop, ont fini par renoncer, ne démêlant plus rien de l’imbroglio où le bailleur scélérat a dilué l’affaire. Alors que les services sociaux, après avoir rempli brassées de classeurs, de fichiers et de courriers, ont recommandé eux aussi de s’écraser, d’encaisser, car ça ne sert à rien de lutter contre plus fort que soi.

Trois ans d’incompréhension de l’entourage qui finit par douter, se détourner :

«  T’as qu’à payer, tu leur envoies un chèque, tu fais un virement comme tout le monde… »

«  Ecoute, tous ceux qui ont opté pour le virement automatique s’en mordent les doigts car leur compte est régulièrement pompé de sommes non justifiées, ils viennent tous me voir en râlant...»

«  Oui, mais tu auras jamais raison contre eux, ils sont les plus forts, et puis on arrête pas le progrès, c’est toi qui es ringarde, alors tu y arriveras jamais, et puis pourquoi tu fais tout ça, tu t’épuises pour rien, qu’est-ce que t’as à prouver, finalement c’est toi qui cherches la merde, t’as qu’à déménager, tu gaspilles ton énergie contre des chimères, t’auras jamais raison contre le reste du monde, en fait t’es vraiment une emmerdeuse, regarde, moi je fais pas de vagues, faut savoir se planquer, donc c’est ta faute si t’en peux plus, et nous casse plus la tête avec ça, y a bien pire ailleurs.... »

J’ai pas écouté mes ennemis, j’ai pas écouté mes amis, je n’ai écouté que ma propre morale. Et j’ai continué à résister.

Au bout de trois années de matraquage contre la petite allumée d’un bled paumé à l’extrême Nord du département qui a osé jeté un grain de sable dans les rouages d’un gros cartel immobilier, ils ont fini par m’acculer en m’assignant en référé expulsion au tribunal. J’ai un peu paniqué c’est vrai, parce que plus d’appart, ça veut dire plus de bureau, plus de téléphone ni d’internet, toute ma petite installation filaire blindée dans la seule pièce pas trop irradiée démantelée, mon dernier lien social d’handicapée des ondes, tranché.

Mais j’ai tenu, j’ai résisté, et finalement, ils ont perdu.

J’ai pas gagné tout ce que je voulais, ce que j’aurais dû, mais au moins l’essentiel.

Depuis trente ans que je suis arrivée dans cet immeuble de mon quartier, où j’ai commencé sur mon balcon l’aventure des premières yourtes Françaises, comme je le raconte dans mon bouquin, je connais tout le monde et tout le monde me connaît : la folle des yourtes, la chieuse, la militante super engagée qui dévoile les scandales locaux, la sorcière, la virago toujours sur le pont pour défendre les victimes d’injustice et les causes perdues, bref une emmerdeuse, mais si tu as un souci, vas la trouver, elle t’aidera gratuitement.

Début 2019, un nouveau bailleur récupère les 350 logements de la petite société HLM de Besseges-Saint-Ambroix dont la gestion, loin d’être parfaite, entachée de conflits d’intérêts locaux, est cependant proche des locataires. Les problèmes se règlent sur place, le directeur se déplace pour dénouer les embrouilles, on discute. On peut payer ses loyers et ses charges au bureau qui se trouve à cinq cent mètres, j’y vais à pied. Je règle mes charges en espèces depuis trente ans, et j’échange quelques nouvelles, je glane quelques infos. C’est grâce à ce genre d’échanges débonnaires que j’ai découvert il y a quelques années la cause des malaises des locataires de mon immeuble : une antenne relais que le maire a autorisé les pompiers à ériger sur notre toit sans demander notre avis. Après huit mois de combat épique, j’ai réussi à la faire démonter.

Adepte du moins d’électronique possible dans les relations humaines, pour qu’elles restent humaines justement, et allergique aux ondes qui pourrissent ma santé, je milite entre autres pour la conservation de l’argent liquide, contre le totalitarisme de l’argent numérique et son monde de puçage, de surveillance et d’abolition sournoise de la vie privée. Ben non, je n’ai rien à cacher, mais comme les bêtes sauvages mes plus proches voisines, je suis farouche et je tiens à ma vie privée, le droit de vivre librement hors radars. C’est pourquoi mon combat pour le maintien du numéraire et des paiements en espèces est un combat politique.

Devant la pressurisation ignominieuse des cervelles, l’impuissance envahissante induite par les méfaits des écrans, je résiste des quatre fers. Sans compter que c’est absolument vital pour ma survie, puisque je ne peux plus, sans mettre ma vie en danger, pénétrer dans la quasi totalité des lieux privés et publics, tous plongés dans un smog mortel d’irradiations électromagnétiques. Donc, je rationne ce genre de sortie à l’indispensable. Et l’indispensable, pour moi, c’est de conserver un peu d’humanité dans un monde de plus en plus fermé et toxique, un monde qui annihile tout esprit critique et nous vole la plus basique des nécessités, notre dignité.

On me taxe de « néo-luddite », ce genre d’artisan.e qui aime le travail manuel et l’ingéniosité appropriée, qui refuse de se faire remplacer par des robots, mais je ne détruis pas les machines comme les Luddites. Je dénonce la surenchère du machinisme comme un totalitarisme, cette overdose d’objets qui confisquent notre pouvoir en nous leurrant sur une puissance soi-disant démultipliée. Je préfère me passer le plus possible de ce que je n’ai aucune chance de maîtriser qui menace mon indépendance, mais aussi et surtout, la biodiversité planétaire : l’automatisation et la désincarnation des relations entre êtres vivants se trouvent à l’origine de l’effondrement des écosystèmes. Je conteste donc qu’on nous impose des machines qu’on a pas choisi ou qu’on veut pas. Ces astreintes technologiques nous dépossèdent de notre vie quotidienne, pour la museler dans des ordinateurs et un flux électromagnétique démoniaque, trou noir absolu de l’ère techno-industrielle. Et sous le prétexte fallacieux de rendre pratique et facile, tout se complique, plus d’êtres humains au bout du fil.

Alors quand, début 2019, après avoir été informée que le siège du bailleur UTPT avait reculé de trente kilomètres, j’ai pris ma journée pour aller déposer mon argent sur le nouveau bureau au milieu de la grande ville, et que la secrétaire m’a répondu de remballer mes billets, qu’elle n’en voulait pas, mais que si je ne payais pas, elle allait me dénoncer à la CAF pour faire supprimer mon allocation logement, (ce qu’ils ont exécuté malgré toutes les preuves fournies de la faute du bailleur), mon sang n’a fait qu’un tour et j’ai vu rouge. C’est comme ça que tout a commencé. Par la fureur. J’ai bouilli du dedans, j’ai gueulé, j’ai fais un scandale dans ce bureau.

Au bout de deux ans de bagarre sans répit, j’ai enfin réussi à confronter une brochette de cadres dans leur nouveau blockhaus blindé en périphérie de ville, inaccessible en bus ou à pied, où j’ai eu droit à trois heures d’hallucinations délirantes et de sabotage relationnel en face à face. Heureusement que j’étais accompagnée d’un locataire costaud, car le petit coq teigneux dépêché de Nîmes pour me neutraliser, après avoir refusé, devant le comptable et le directeur d’agence, de prendre mon argent posé sur la table, m’a menacé sans vergogne de m’enfermer dans le bureau sans plus pouvoir en sortir. Le monde à l’envers ! D’ordinaire, ce sont les révoltés, les exploités énervés, qui séquestrent les patrons dans leur bureau !

C’est à ce moment-là que la grogne ayant atteint son paroxysme dans le quartier, plusieurs locataires excédés se sont joints à ma requête devant le tribunal judiciaire.

Au vu des murs noirs de moisissures dans certains appartements, des morceaux de béton des balcons tombant au sol, des odeurs d’égout insoutenables en été, des arbres et broussailles poussant dans les murs, des abords jamais nettoyés bien que services payés, de l’emploi abusif d’un personnel insultant, des courageux n’ayant auparavant jamais entamé de démarche en justice se sont lancés à réclamer leurs droits au tribunal. S’en est suivie plus d’une année à subir publiquement les ricanements humiliants adressés sans honte à notre petite fronde de gueux.

J’avais déjà saisi plusieurs associations dédiées, puis l’Agence Régionale de Santé, la Commission pour le logement décent de la CAF, la commission de conciliation des rapports locatifs du Gard, le Pole Lutte contre l’habitat indigne de la DDTM  qui, au bout de plusieurs années, avait conclu à la responsabilité du bailleur mettant en danger les locataires, puis le conciliateur de la République dont la médiation s’était soldée par un échec. Il ne restait plus que de solliciter le juge.

Au bout d’un nombre incalculable de reports, de déplacements inutiles et coûteux, de journées perdues, seule une partie de mes demandes a été entendue et jugée. Pour mes voisins victimes de grave insalubrité, ça va prendre encore des mois ou des années. Pour ceux qui ont réclamé une compensation à l’intense harcèlement qu’ils ont subi pour des sommes injustement réclamées à tort, au bout d’un nombre incalculable de reports, de déplacements inutiles et coûteux, de journées perdues, au bout de tant d’espoir déçus, le juge a déclaré leur requête irrecevable parce qu’ils n’auraient pas sollicité le conciliateur auparavant. Tactique de l’épuisement pour faire renoncer ou pour justifier l’engorgement des tribunaux ?

Mais au moins, un premier jugement est tombé.

1) Le juge déclare que le paiement en espèces dans ce pays est un droit, du moins pour des sommes inférieures à mille euros, et qu’en plus ce droit ne peut être monnayé. Car évidement, au cours de ces trois années de bagarre, le bailleur a tenté de botter en touche en déclarant à l’ensemble des familles du parc social départemental qu’il était possible de payer en espèces à la poste, les frais à la charge du locataire. Soit plus d’une centaine d’euros par an ! Or le défenseur des droits indigné a rappelé qu’il est interdit de réclamer des frais pour un paiement en liquide, c’est une discrimination et c’est illégal. Mais la mafia dégoulinante de suffisance n’a rien voulu entendre et a continué à me poursuivre en m’assignant en référé au tribunal pour me faire expulser de ce logement que je loue depuis trente ans sans jamais la moindre faute.

2) Le juge a du rappeler au bailleur récalcitrant qu’un avis d’échéance n’est pas une quittance. En effet, leurs avis d’échéance sont quasiment tous faux, invérifiables et incompréhensibles (les crédits et les retenues n’y figurent jamais), c’est pourquoi je me suis battue pour obtenir ces reçus, que la dématérialisation et le hold-up administratif voudraient abolir définitivement, car seules des quittances légalement établies peuvent aider les locataires à comprendre ce qu’ils ont payé et ce qu’il doivent. C’est la seule façon de résister et démasquer les arnaques.

Résultat : Le bailleur est condamné à recevoir mes paiements en espèces avec amende par jours de retard, et condamné à fournir des années de quittances de loyer en bonne et due forme, avec aussi amendes par jour de retard, et finalement, condamné à me payer des dommages et intérêts qui, déduits de l’argent refusé, ne me laisse quasiment plus rien à leur devoir. Ils sont donc censés annuler toutes leurs poursuites.

Alors, Amishs des villes et des campagnes, pauvres et fiers de l’être, ne vous laissez pas faire, payer en espèces sonnantes et trébuchantes est une forme de résistance au vol organisé et à la numérisation du monde qui nous condamne à l’impuissance et la déshumanisation.

Je me souviens du conciliateur de justice, un remplaçant, ex-architecte, qui s’est retourné contre moi qui l’avait pourtant sollicité, en établissant une complicité de caste avec le directeur, car tous deux cadres dans l’immobilier : non seulement il n’a pas bronché quand mes billets posés devant lui ont été refusés, mais il m’a tout bonnement soupçonné de vouloir détourner de l’argent et me livrer à de mauvais trafics ! Je ne suis pas stupide au point d’ignorer que l’argent liquide est vital pour le banditisme et les détournements de fonds perpétrés par certains riches, et que c’est la raison principale pour laquelle le gouvernement ne veut pas supprimer les espèces, malgré la forte pression des banques. Mais accuser les pauvres de vouloir détourner l’argent qu’ils n’ont pas relève de la plus basse grossièreté et du vice le plus crade. Nous, on veut simplement continuer à faire son marché avec des pièces et des billets en discutant avec les gens, et pouvoir vérifier la monnaie quand on règle ce qu’on doit. Parce que le jour où les locataires pourront payer leur loyer avec une monnaie locale hors main mise des marchés financiers risque d’être encore long à se pointer.

Trois ans de persécution, certes, mais au bout du compte, ce qui pour moi est le plus important, ce n’est pas d’avoir gagné.

C’est d’avoir rencontré mes voisins, ces gens souvent fragiles et sans compétences reconnues, dont on se moque ou qu’on oublie après les avoir plumé jusqu’à l’os, ces gens simples et méprisés, exclus des droits basiques, que j’ai découvert farcis d’humanité et qui m’ont rempli le cœur.

Je suis heureuse de les avoir compris, d’avoir appris à ne pas les juger, de les avoir soutenus et aidés, et d’avoir établi avec eux de vrais liens de bienveillance et d’amitié.

 

Voir aussi : «  Dans quoi ils confinent mes voisins »

Les billets et les pièces demeurent le principal instrument de paiement en volume.https://www.banque-france.fr/billets/analyser-et-anticiper/lutilisation-des-especes-en-france-et-dans-la-zone-euro

Posté par barbesse à 15:04 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

08 janvier 2022

Amishs pas vaccinés, Amishs de la nature,

 

yourte sylvie

 

Les sangliers qui fouaillent autour de ma yourte ne sont pas vaccinés.

Les blaireaux qui crapahutent autour de ma yourte ne sont pas vaccinés.

Les buses, les piverts, les mésanges, les grimpereaux, les sittelles, les geais, les colombes, les pies, les rouge-gorge, les merles, les pics, les pinsons, les roitelets qui volent et chahutent autour de ma yourte pendant ce mois de janvier frileux ne sont pas vaccinés.

Les chouettes et hiboux qui hululent toute la nuit autour de ma yourte ne sont pas vaccinés.

Les musaraignes qui galopent sans cesse sur le toit de ma yourte ne sont pas vaccinées.

Les renards qui font pipi devant ma yourte ne sont pas vaccinés.

La genette qui saute sur ma table devant la yourte n’est pas vaccinée.

Les mouches et les moucherons au-dessus de la canopée devant ma yourte ne sont pas vaccinés.

Les bourdons qui vrombissent à l’entrée de ma cabane ne sont pas vaccinés.

Les corbeaux qui font la navette devant ma falaise ne sont pas vaccinés.

Les chauve-souris pendues dans ma grotte ne sont pas vaccinées.

Les chevreuils décimés cet hiver par les chasseurs devant ma yourte n’étaient pas vaccinés.

Les microbes, les bactéries, les protozoaires et les parasites qui pullulent sous mes pieds et sous le plancher de ma yourte ne sont pas vaccinés.

Ça fait longtemps que les humains emmerdent mes pauvres amis pas vaccinés, mais au moins cette fois, c’est clair : le grand chef a parlé, le grand chef a exprimé sans scrupule le fond de son cœur pourri, ses envies d’extermination assumée. Le grand chef va nous faire chier jusqu’au bout.

Les tourterelles qui roucoulent sur ma yourte n’iront plus au théâtre, les fourmis et les vers planqués dans la terre n’iront plus se torcher au bistrot en insultant tout ce qui est pas pareil, les champignons, le lichen et les fougères sont supprimés de piscine, les fleurs sont interdites de stade, les crapauds, les rats, les limaces, les escargots et les serpents n'iront plus au bal, et quand aux arbres, plus de cinéma.

Bon, ben nous, dans la forêt, mes compagnons et moi, amish dégénérée, dangereuse terroriste, passéiste naïve, rétrograde, réactionnaire et irresponsable, tous en sursit, tous en survie, on s’en fout, ça fait longtemps qu’on a arrêté de participer à la destruction générale, on résistera jusqu’au bout.

Pas pour arracher un bout de ticket d’accès à leur distraction de masse, mais juste pour exister, juste pour la liberté, par pure sauvagerie.

Et on accueillera d’autres Amishs rétrogrades, réactionnaires et irresponsables, dans la ronde de ce qui reste de vivant et d’inaliénable. On sait qu’il y aura des dégâts, mais on sait aussi qu’au final, foule des bois au sein de Mère Nature pas vaccinée l’emportera.

Amish Sylvie.

yourte neige sylvie

 

Posté par barbesse à 08:40 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

05 décembre 2021

Chanson d'amour en esprit

 

Je ne sais pas pourquoi

Elle est partie sans moi

Je cherche au fond des bois

A retrouver sa voix.

 

Mais j’attends j’attends en vain

Dans le bois je n’entends rien

Il faut que j’aille beaucoup plus loin

Elle a besoin de mes câlins

 

Pourquoi tu es partie si loin

En me laissant dans le pétrin

A même plus pouvoir prendre soin

De ma ptite fille mon ptit poussin

 

Ces quelques mots pas bien chiadés

Si je les dis sans chialer

Alors je sais que c’est gagné

J’aurais plus bsoin de les chanter

 

J’entends siffler le vent

Les grenouilles sur l’étang

Le ramier roucoulant

Des galops s’enfuyant

 

Mais toi je ne t’entends pas

Pourquoi mais pourquoi

Pourquoi tu n’es pas là

Au creux de mes bras

 

L’amour s’en est allé

J’arrive plus à continuer

Depuis qu’mon cœur s’est brisé

Le jour où tu as été tuée

 

Viens ma fille mon amour

Écoute le cri de mon tambour

Arrache-moi à cette basse-cour

Emporte moi pour toujours !

 

J’ai mis mes plus jolies plumes

Un bâton d’encens qui fume

J’attends sur mon enclume

Que tu traverses la brume

 

Un trou dans le firmament

Te voilà sur un cheval blanc

Voilà enfin mon enfant

Qui vient et qui me prend

 

Tu es enfin arrivée

On s’est enfin retrouvées

Sur ton cœur je suis serrée

Ma plaie s’est refermée

 

Ils peuvent bien me tuer

J’irais tout droit dans les étoiles

Ils peuvent bien m’ôter la vie

Ma vie n’est pas où ils croient

 

Ma vie ma vie est avec toi

A danser sur les étoiles

A chanter à l’infini

L’amour retrouvé !

 

Ma vie est avec toi

Au ciel où tu m’as pris

A chanter dans les étoiles

L’amour en esprit

 

C’est ici dans ce pays

Que le secret s’est révélé

Ce que personne ne peut donner

Encore moins m’enlever

 

C’est ici le paradis

Au ciel où tu m’as pris

Où je chante sur les étoiles

Un infini Merci !

Posté par barbesse à 01:13 - Commentaires [5] - Permalien [#]

15 novembre 2021

« ReSisters »

Après son livre « Être écoféministe , Théories et pratiques »,

sorti en 2020 au début du premier confinement,

où elle consacre quelques chapitres à son immersion au Cantoyourte

avec les femmes sauvages,

mon amie la philosophe Jeanne Burgart Goutall a le grand plaisir de vous annoncer la parution de son deuxième livre :

un roman graphique « ReSisters »

en collaboration avec la talentueuse dessinatrice Aurore Chapon,

aux éditions Tana !

couverturequatrie╠Аme de couverture

 

L'histoire se déroule dans un univers légèrement dystopique et pourtant terriblement familier : pandémies, catastrophes naturelles et industrielles, plans sociaux et illusion de croissance infinie… Dans cette atmosphère pesante, sept personnages tâchent de vivre leur vie : Lila et Mehdi qui élèvent leur bébé Naëll sous le regard malicieux du chat Archimède ; Parvati qui est venue d'Inde pour ses études ; Sandy qui fait le ménage dans les locaux de la grosse entreprise dans laquelle Pierre travaille comme cadre. Alors que Pierre est sur le point d'obtenir une promotion, d'étranges messages apparaissent dans sa vie. Tour à tour menaçants ou exaltés, ils sont signés d'un mystérieux logo en forme d'abeille. De son côté, Lila décide de mener l'enquête. Au terme de ses recherches, elle atterrit dans un lieu onirique, peuplé de personnes en rupture avec le système « patriarcapitaliste ».

Pour y faire face, les Re/Sisters s’inspirent des idéaux écoféministes pour réinventer le monde, le repenser et le régénérer. Le rapport à la nature, au temps, au travail, à la consommation et à l’amour y est plus libéré. Et différent car l’écoféminisme n’est pas un retour en arrière mais une troisième voie : une alternative qui dépasse les clivages nature et culture, modernité et tradition, écologie et féminisme pour les inclure dans un même mouvement. Cet équilibre nourrit les Re/Sisters de multiples idées, rituels et actions de désobéissance qui contribuent à changer le monde et le rendre de nouveau désirable.

Pour voir quelques pages de l’intérieur, c’est là :

" ReSisters ", de Jeanne BURGART GOUTAL Illustrations : Aurore CHAPON @tanaeditions ----- L'histoire se déroule dans un univers légèrement dystopique et pourtant terriblement familier : pandémies, catastrophes naturelles et industrielles, plans socia

Bonne lecture !

Posté par barbesse à 11:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

20 octobre 2021

Chasser ou être chassée.

Ce sont de bonnes bêtes, pas méchantes pour un sou, un peu pataudes, bravaches, balourdes. Presque attachantes. Pourtant leur nombre m’empêche de les aimer.

Je ne le déteste pas non plus bien qu’elles m’en fassent voir de toutes les couleurs. Et pourtant elles sont loin de m’être indifférentes.

Elles m’ont obligé à penser à elles tout le temps, pire qu’un amant. J’ai fini par leur faire du mal et je cherche encore la bonne solution pour l’éviter. Je ne cesse de tournicoter dans ma tête une méthode, une astuce viables pour gérer notre relation sans violence, et j’avoue que je n’y arrive pas. Je sais que ça dure un bon mois pas plus, jusqu’à ce que le froid se fasse plus mordant et que chacune soit calée dans son refuge, mais pendant ces jours là, elles me bouffent la moitié de mon énergie. Quand il y en a beaucoup, et là ça commence à faire nettement trop, certaines se jettent sur moi, m’obligeant à me statufier, de crainte que, par un mauvais geste, j’en fâche une qui me largue son poison olfactif. Ce qui impliquerait le sacrifice de mes vêtements et un récurage parcimonieux de tout ce qu’il y a dessous. J’ai donc du apprendre à accepter, contre ma volonté, une certaine intimité. Elles s’imposent jusque dans mon lit, et bien que ce ne soit pas délibéré chez elles, elles franchissent une limite interdite qui leur vaut des évacuations musclées.

Donc je me suis mise à les chasser. Un gouffre !

Quand il fait chaud, ça vole sans gène dans la yourte avec un bruit lancinant de planeur, ça se colle aux rideaux, aux habits, aux tentures, aux coussins, avec une nette préférence pour les surfaces claires.

Impossible de se chausser sans vérifier qu’il n’y a personne dans les pantoufles et les guêtres, et tiens là, pendant que j’écris pour rationaliser mon exaspération, l’une d’elle s’interpose entre la souris et le carton qui me sert de sous-main. Je sais bien ce qu’elle veut : elle cherche à se rapprocher de la batterie de mon note-book qui émet une douce vibration tiéde afin de se cacher dessous et hiverner tranquillement. Donc je suis obligée de me lever, ce qui n’est pas simple, vu l’embrouillamini de fils qui me protègent d’une intoxication aux ondes magnétiques de mon clavier. Bon, je pousse tout ça sans m’emmêler les pédales, je ramasse ma pelle et mon balais et je ramène la bestiole dans mes rets. Faut que je fasse vite car le jour monte, donc la chaleur la dégourdit et la réveille, ce qui implique qu’elle retrouve lentement ses capacités aériennes. Si elle montre des velléités de s’échapper, je secoue légèrement la pelle pour la calmer. Elle se retrouve fréquemment sur le dos, alors je suis tranquille, elle n’est pas encore assez gaillarde et n ‘a pas assez d’énergie pour écarter ses ailes et se propulser à l’endroit. Elle me montre son ventre blanc et ses six petites pattes qui gigotent faiblement. Je sors, dévisse le couvercle du bocal abominable dont l’odeur pestilentielle m’accompagne désormais quotidiennement, et la fais rejoindre ses copines.

C’est là que je culpabilise atrocement.

A chaque ouverture du bocal.

Au début, je me contentais de les rejeter en l’air, et fatalement, elles revenaient. Donc aucune chance d’en arriver à bout et de pouvoir dormir en étant certaine de ne pas en écraser une pendant mon sommeil. Le pire qui puisse arriver, puisque la pauvre bête serait obligée de lâcher son jet puant, me privant de ma couche pour toujours et de ma yourte pour un bon bout de temps. Donc il est inévitable que je les chasse. Avec persévérance et âpreté. Au début, une vraie bagarre, maintenant, un rituel quasi philosophique.

Au fil des jours et du côtoiement obligatoire, j’ai affiné ma méthode de capture. J’ai fini par comprendre comment elles vivent, leurs goûts, leurs préférences, leurs habitudes. Inutile de tenter de les attraper la journée, elles s’envolent de suite. Donc il faut s’y prendre le matin tôt et le soir quand il fait nuit et que la fraîcheur commence à les calmer. La plupart du temps, elles sont agglutinées sous la couronne, le cristal transparent et le haut des perches de la yourte, normal, c’est là qu’il fait le plus chaud. En journée, elles zigzaguent en vrombissant entre les courbes de la couronne, et leurs taches noires contre la lumière permet facilement d’évaluer leur nombre. C’est là que je constate à quel point je ne suis plus chez moi. Au début, ça m’horripilait, maintenant qu’elles m’ont forcé à rentrer dans leur jeu, je comprends de mieux en mieux comment les premiers humains ont du négocier durement et patiemment, des millénaires durant, leur place dans la nature. Et comme ces bêtes là ne sont pas dangereuses, je m’estime heureuse, et même reconnaissante que ça ne soit pas pire.

Le matin au réveil, ma première pensée est pour elles.

Pas question de poser le pied sur l’une de ces petites carapaces gisant sur mon tapis. Car durant la nuit, le froid les transit au point que si elles ne sont pas bien amarrées, leurs pattes lâchent et elles chutent sur le plancher. Donc la première corvée est d’allumer ma frontale au raz du sol, de sortir du lit avec précaution et de ramasser les imprudentes dans ma pelle. Je m’habille vite fait et je commence la journée par la chasse, le moment de leur paralysie étant le plus propice. Parfois quand je me réveille en pleine nuit, j’en entends tomber sur le plancher ou la lirette, un bruit mat et sourd qui ne trompe pas. Je ramasse mon petit monde et je le sors.

Pour celles qui sont bien accrochées, j’ai développé un outil sophistiqué : d’abord un simple bambou creux que j’applique tout en haut en visant leur corps pour les faire tomber dans la tige. Un peu pénible, car une fois l’animal dans le bambou, il s’y accroche et je suis obligée de curer pour le sortir et le transvaser dans le bocal, donc risquer de le blesser et éjecter son fiel. Aussi ais-je introduit dans l’orifice de mon bambou une sorte de cuillère sculptée dans un morceau de châtaigner, avec laquelle je les bouscule pour les décrocher. Floc ! Ne pas louper de repérer où tombent mes petites bestioles, et je n’ai plus qu’à les ramasser et les transférer dans mon piège nauséabond.

Sinon, quand elles sont à portée de main dans des plis textiles, je pose mon bocal dessous, sans pouvoir me boucher les narines, et les pousse dedans. Je déteste ça, pas seulement à cause de l’odeur, mais parce que je sais bien que je leur ouvre les portes de l’enfer. Je suis incapable de les tuer en les écrasant lorsqu’elles gisent les quatre fers en l’air, groggyes et sans défenses, je préfère fermer le bocal et ignorer ce qu’il passe dedans, c’est lâche.

Mais dés que je visse le couvercle en croyant que c’est fini, que je les ai toutes eues, que je répands quelques gouttes de lavande pour compenser la puanteur, que je range mon bambou et ma pelle et que je commence à envisager de commencer ma journée, immanquablement, une nouvelle tâche noire surgit dans le faisceau de mon activité, des tâches qui deviennent mon obsession, j’en vois partout comme dans un cauchemar, et je rouvre le bocal en soupirant : il semble que cette chasse n’en finisse jamais.

J’ai inventé des pièges rusés, comme laisser des tissus tassés en appât, un vieux matelas en laine où elles s’agglutinent en chapelets, et c’est vrai que là, j’en attrape à la louche, mais je préférerais largement trouver un système opérant de déviation définitive. La menthe que j’ai généreusement étalé et aspergé n’a eu aucun effet. L’ail en poudre infusé dans de l’eau que j’ai vaporisé du haut de mon échelle sur toute la yourte non plus. Et je commence à croire que la chasse elle-même est inefficace, car il y en a partout dans toutes mes cabanes et mes abris, sous les pierres, dans tous les replis, partout, dehors et dedans, c’est une invasion. Il y en a le double que l’année dernière qui était la première année, alors je n’ose imaginer le prochain automne, le troisième en compagnie de ces armadas, puisque une seule punaise pond au printemps de 300 à 500 œufs !

Faudra t’il alors déclarer forfait et me laisser chasser par une armée de gentilles et inoffensives punaises des bois ?

punaises des bois capturées

Arrivées récemment d’Asie, elles n’ont pas assez de prédateurs. Les merles s’en approchent mais je ne les ai pas encore vu s’en régaler. Sans suffisamment de prédateurs, eux-mêmes décimés par l’homme, elles prolifèrent. Et c’est l’infestation dans les jardins. Comme l’espèce humaine. On a au moins ça en commun, et c’est sans doute ce qui se joue à chaque invasion ou épidémie provoquée par une rupture d’équilibre écologique. Une rivalité de suprématie engagée depuis très longtemps, que l’arrogance humaine croit avoir remporté. L’homme désormais circule partout en transportant sa démesure et son inflation comme un poison universel, s’intoxiquant lui-même de son incapacité à ravaler son orgueil et se considérer comme un simple maillon dans la danse des êtres vivants. Maintenant c’est trop tard : confrontés à une vague de Nemesis de la nature, cette vengeance d’organismes étrangers qui revendiquent leur place sur la planète, nous ne savons pas reconnaître notre défaite, nous ne savons pas réparer, seulement rajouter un peu plus de maladresse, de vanité déplacée et de destruction dans une course folle en avant. Bien entendu, des tas d’entreprises juteuses mettent sur le marché des produits toxiques pour se débarrasser des petites bêtes comme des méchants virus, mais aucune combinaison chimique artificielle ne peut fonctionner à long terme, car la réalité démontre que le rétablissement d’une réponse écologique demande le temps long des arbres dont la nature est seule spécialiste. Alors je n’ai aucune illusion : je chasse par nécessité juste pour être un peu tranquille, pas pour diminuer un fléau. Et en cela, je démontre une impuissance aussi flagrante que celle des gouvernements confrontés à une pandémie qui a ses racines bien trop loin dans un réseau karmique qu'il est incapable d'analyser.

Finalement, un jour, j’ai regardé dans le bocal. J’ai regardé l’horreur qui avait monté, il fallait bien vider ce satané bocal. Et j’ai vu comment ça se passe quand il y a surpopulation dans un endroit fermé. J’ai eu du mal à regarder, j’ai été prise d’un profond dégoût et de désespoir car je ne sais pas comment me sortir de cette affaire dignement.

Car dedans, dans cet affreux bocal, ça se torture et ça s’entre-tue, et c’est de ma faute.

Ce jour là, alors que je venais de récolter une colonie sous un plastique chauffé au soleil, j’avais trouvé dans ma pelle un scorpion au beau milieu, qui a glissé avec elles dans le bocal. Le scorpion qui dormait tranquillement a érigé sa belle queue noire en arc de cercle en surnageant au milieu d’un océan de punaises à différents stades de lutte ou de décomposition. Je suis allée creuser un trou dans la terre un peu plus loin et quand je suis revenue pour emporter et verser mes bestioles dans leur dernière destination, le scorpion avait disparu. Englouti.

Parait qu’on peut déverser là où pululullulululuent les punaises diaboliques une certaine sorte de fourmis (Anastatus bifasciatus) qui se nourrissent de leurs œufs, mais vu que j’ai déjà des problèmes avec les fourmis, j’hésite sérieusement ! Pour l’instant, j’ai juste trouvé une solution pour raccourcir l’agonie de mes pauvres petites copines : je les arrose de terre de diatomée dont les particules extraites du broyage de squelette d’algues marines microscopiques les déshydrate fatalement.

Mais je n’en ai pas toujours pas trouvé pour tarir ma honte.

En attendant, je me demande pourquoi le gouvernement continue à s’acharner contre les gens qui veulent vivre dans les bois sans tout casser et aseptiser autour d’eux, vu le peu de candidats disposés à s’immerger dans la réalité d’une coexistence aprement négociée avec la nature: un écrémage drastique s'opère immanquablement après quelques aventures de ce genre, amputant idéalisme, romantisme et sentimentalisme à toute démarche de retour à la nature.

 

Posté par barbesse à 14:20 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

03 octobre 2021

Ma grotte anti-ondes

J’ai viré mon petit renard et je me suis mise à sa place.

petit renard

Je sais qu’il a plein d’autres cachettes, je sais où, dont une particulièrement coucougnette où il a agglutiné les chutes multicolores de ma poubelle à tissu. Maintenant je laisse exprès traîner les bouts de laine spiralés enlevés des branches de bruyère arborescentes que j’avais tissé il y a quelques années lors de mes grandes créations en nature. Jetées dans un coin, puis oubliées, j’ai eu la surprise de les retrouver en contrebas de ma corniche. Mon petit renard récupère mes résidus textiles pour s’arranger des tanières confortables. Je cohabite depuis des années avec des générations de gentils petits renards espiègles, je connais leurs parcours et à peu près ce qu’ils mangent au vu des laissées, mais je me garde bien de les apprivoiser car je n’aime que les animaux farouchement libres.

Pourtant, c’est bien lui mon petit renard qui choisit ma compagnie, et je me sens plutôt réconfortée qu’un animal sauvage me fasse assez confiance pour habiter si proche de moi.

Un jour de ce printemps, j’étais allongée avec mon bras cassé sur mon lit, le dos démoli par une chute lors de la dernière tempête, les yeux sur le vert bruissant de la colline, dans la pénombre et le silence de la yourte. Absolument immobile, n’osant pas réveiller par le moindre geste le démon tapi dans mes reins, je savourais ce calme vide, sans aucun autre désir que de rester dans la suspension de la douleur.

Et là, j’ai vu mon petit renard roux passer juste devant la yourte.

Je n’ai pu m’empêcher de me redresser et, en même temps que m’était décochée une nouvelle zébrure somatique, j’ai pu admirer une belle queue orange claire en panache. Mon petit renard tout fringuant dansait presque sur ses chaussons de velours, absolument confiant. C’était la première fois que je le voyais de jour d’aussi près et aussi distinctement. Quinze jours auparavant, j’avais vu en contrebas de ma falaise un superbe renard adulte en train de se faire la malle

rarenard décidé

devant l’avancée d’humains braillards fourvoyés.

Je craignais pour lui car je n’aime pas qu’on embête ou dérange mes compagnons, mais il ne courait pas, visiblement dénué de toute panique, il préférait simplement s’écarter. J’en avais conçu une certaine admiration. Ce soir là, ce même renard me visitait. De le voir si menu, ça m’étonne et me révulse qu’une si petite bête, aussi jolie, aussi intelligente, puisse susciter tant de haine et de persécution chez les chasseurs. Qu’on puisse utiliser des armes à feu contre ces animaux inoffensifs est tellement disproportionné que je me demande de quel vice vieneent ce déshonneur et cette déloyauté absolus qu’est le fait d’abattre un être vivant pour le simple plaisir barbare de tuer.

De mon lit, j’ai suivi des yeux avec délices mon petit renard tout joyeux et soudain, à deux mètres, il a légèrement bifurqué à gauche, s’est arrêté sous mes branches sculptées réunies en forme de tipi, et a baissé son arrière train au sol pour pisser. Éberluée, j’ai compris que ce petit renard bien élevé se soulageait exactement dans le petit trou que j’ai creusé pour mon pipi de nuit ! Exactement là où j’ai enlevé de la terre sur la largeur d’une casserole, que je recouvre parfois d’une brassée de fougères. J’avais remarqué avec étonnement que mon petit trou était toujours mouillé même quand je ne m’en servais pas. Je sais maintenant que c’est parce qu’on est plusieurs à l’utiliser !

Je suis particulièrement touchée par cette incroyable vision d’un renard pissant volontairement au même endroit que moi, comme s’il m’imitait, comme si j’étais un peu de sa famille, ou du moins assez identifiée à son territoire pour qu’il considère ma présence comme aussi fiable que celle de sa maman. Ce petit renard, ce jour là, avec son pipi sur mon pipi, dans le désert de la solitude et de la souffrance, m’a sauvé du désespoir et a illuminé mes jours.

N’empêche que, plus tard, remise de mes accidents, j’ai empiété sans vergogne sur son territoire.

Prés de la yourte, mon renard et moi utilisons un gros repli rocheux comme repaire ou solarium, sous lequel un arbre tombant laisserait de l’espace intouché. C’est là que j’ai décidé de me fabriquer un abri anti-ondes et anti-tempête. Désolée Baby, je vais m’y installer et je vais fermer.

Bien que ma yourte soit blindée partiellement avec de la moustiquaire aluminium et que j’atteigne de très basses valeurs de voltages, entre 150 et 200 millivolts, je ne suis pas arrivée à zéro. Et je veux du zéro ondes, je veux pouvoir me vautrer au sol, à la terre, sans aucune onde électromagnétique artificielle violant mon intégrité physique. Je veux un refuge total contre l’irradiation massive qui nous est imposée sans aucune prévention pour la santé du vivant.

Un gros bloc de gré appuyé au Nord sur un mur de pierres en bon état croise un autre bloc rocheux de même acabit renversé vers le Sud. La cavité entre les deux présente une sorte de grotte semi-ouverte. Entre ces deux rochers pentus, j’ai construit une murette face à la colline polluée par les antennes relais situées à un kilomètre à vol d’oiseau. Les arbres ont beau faire écran, pour moi ce n’est pas suffisant pour me ressourcer complètement après exposition.

J’ai choisi une dizaine de vieilles perches en châtaigner que je récupère sur des arbres morts, dans la pente de ma falaise et installé une première perche horizontale au-dessus de la murette calée entre les deux gros rochers, afin qu’elle reçoive les solives en bas. Puis une deuxième en haut, un peu au-dessus du mur Nord, pour ménager aération et luminosité et recevoir le haut des perches. J’ai étalé une dizaine de perches sur lesquelles j’ai scié des encoches pour bloquer les courroies en store qui servent de liens.

perches de chataigner sur ma grotteJ’ai tout attaché.

Quand ma structure a bien tenu, j’ai posé la couche de vieilles couvertures patchwork en laine qui accueille l’isolant anti-ondes : deux couches de papier aluminium enserrant un gaufrage de bulles plastique. Puis j’ai posé une grande toile en store, qui avait servi auparavant d’auvent, sur laquelle j’ai ajouté une grillage vert comme trame à la couverture végétale. J’ai fermé l’ouverture basse du Sud par de la moustiquaire aluminium pour une protection totale contre les ondes et j’ai mesuré : génial, je suis à 0,0117 volts à l’intérieur. Je suis un tout petit peu contrariée que ça ne soit pas le seuil zéro de ma machine, soit 0,0083, mais en déplaçant minutieusement ma sonde, j’ai compris que le résidu était dû à ce dont je me doutais depuis un moment, une légère réception d’ondes de l’antenne relais située au Sud Ouest derrière ma colline et donc entrant par ma porte. Déterminée à réduire totalement l’entrée des ondes, j’ai finalement éliminé les quelques derniers millivolts en suspendant au-dessus de mon seuil des couvertures de survie cousues sur des rideaux fins. Résultat immédiat! Pas un moustique, pas une onde ne peuvent plus rentrer dans ma grotte !

Enfin, j’ai coupé mes fougères par brassées et je les ai enfilé dans les carrés en fil de fer en commençant évidement par le bas.

tissage de fougères

J’ai étagé quelques rangées les unes sur les autres, comme un grand tissage odorant. Il faisait si chaud que les fougères, déjà éprouvées, ont séché presque à vue d’œil. Le soleil a vite décoloré les feuilles, et la cabane se fond complètement dans le paysage. Enfin, j’ai arrosé le sol de litière végétale.

Juste à ce moment là sont arrivés des amis yourteurs qui m’ont déposé un gros sac rempli de tentures mongoles brodées sentant un peu le moisi. Ils préféraient tendre les murs de leur yourte en uni blanc. Ces superbes tentures tombaient du ciel pile poil pour la décoration intérieure et le coucouning de mon abri.

J’ai tout étalé au soleil et deux jours après, j’ai tapissé ma grotte entièrement avec ces panneaux datant de l’ère soviétique :

DSCN6223

des faucilles et des marteaux

DSCN6273DSCN6274

encerclés dans des motifs tissés entre fleurs et arabesques brodées.

DSCN6270

Il y avait aussi des parures de grands coussins en feutre, que j’ai rempli de couvertures, de couettes, de chiffons, de ouate. Et de superbes chaussons en feutre !

MERCI mes amis!

Enfin, j’ai suspendu les deux portes en store qui se chevauchent quand il faut parer à la pluie.

fermeture de la grotteLà, mon petit renard ne peut plus rentrer, seulement les grosses fourmis noires très curieuses et inoffensives que je balaye de temps en temps d’une gifle directionnelle vers la sortie, les araignées encastrées dans le granite et les scorpions qui recherchent l’obscurité et la fraîcheur. Et mon crapaud sur lequel j’ai failli marcher un soir, et les limaces quand il pleut. Et bien sur les inévitables punaises des bois.

J’ai revu régulièrement mon petit renard cet été quand la grande chaleur me faisait dormir dehors. Au crépuscule, alors que je contemplais tranquillement les chauve-souris voletant autour de ma couche, précédant un bruit de feuilles froissées, mon petit renard déboulait en frôlant mes pieds : si proche de son joli poil roux, je suis ravie de cette forme d'intimité animale. En me relevant promptement j’aurais pu le toucher, ce qu’évidemment je me garde bien de faire.

Bizarrement, tant que mon petit renard m'effleure, que je vois ses traces, je me sens en sécurité.

En touche finale, j’ai arrosé l’intérieur de ma grotte d’huiles essentielles (clous de girofle, thym et géranium) pour éliminer toute vermine, aoûtas et autres minuscules insectes qui m’ont assailli après que j’ai gratté la terre.

Dans ma grotte, on ne tient pas debout, seulement à genoux, assis ou couché.

Mais elle est si belle et si parfaitement isolée que c’est un vrai cocon,

un refuge, une antre intime, mon houache molletonnée.

au seuil de ma grotte

Un ventre dans la terre où toutes tensions s’évanouissent dans les profondeurs.

Un utérus de pierre encastré dans la forêt, qui me soigne de la folie du monde.

 

 

Posté par barbesse à 14:52 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , ,

10 août 2021

Des sorcières braillardes tordent le cou au Miaou

Critique du colonialisme urbain sur notre ruralité Bessegeoise.

Parfois un touriste profère un OH ! ou un AH ! devant les murs de notre village depuis trois ans pris d’assaut par de gigantesques peintures, on croirait que tout le monde trouve ça beau, que tout le monde est content.

Mais en tendant l’oreille, on entend suinter les « Berk » de ceux qui chuchotent que ça suffit, et ça va gonfler parce qu’il y en a de plus en plus.

Parce que, un peu ça va, beaucoup, ça suffit, et trop, c’est trop.

De plus en plus de nos murs pris en otage, de plus en plus de « Berk », de plus en plus de grognements, qui hésitent entre rejet massif et critique gentillette. Parce que c’est une invasion. Et qu’au bout d’un moment, quand on vous impose quelque chose de gros auquel on ne peut échapper, le « Berk » augmente jusqu’à ce qu’une rébellion s’affirme.

A Besseges, on a des artistes.

A Besseges, on a des murs. Vieux c’est vrai, mais les vieux murs, ça peut avoir du charme et ça raconte toujours des histoires.

A Besseges, on a des gens qui ont besoin de liens humains et de faire des choses sympas ensemble.

Au lieu d’introniser un gang publicitaire de peintres urbains étalant miasmes et macérations directement importés de la ville pour renflouer la vitrine commerciale de la mairie, on aurait pu offrir quelques murs à nos artistes locaux, et aussi au peuple, tout simplement.

A cette demande, refus catégorique. Ils nous prennent pour des ignares abrutis à qui il faut apprendre ce qu’est le vrai art des vrais artistes, des bourrins balourds à qui il faut plaquer de force la démonstration de la supériorité atavique de la ville sur la campagne.

Donc, à Besseges, au lieu de laisser les habitants improviser ensemble des fresques sur nos murs, de permettre l’expression des braves gens, on fait venir des barbouilleurs externes issus d’une culture urbaine de bruit, de vitesse et de fric à cent lieues de notre bourg heureusement abandonné où coule une rivière entre collines et forêts.

Tous des mecs. Sauf une femme. Qui, pour se faire accepter dans ce milieu viril et macho, se trimballe en permanence avec une fausse moustache sur la lèvre supérieure.

Personne n’a demandé l’avis, et encore moins la contribution, de la population de Besseges.

Le seul endroit où des femmes ont pu s’exprimer sur des murs, c’est au centre social, grâce à une douce fée humble et douée, et là franchement, c’est nettement plus joli et assorti à notre univers.

DSCN6150DSCN6147

A Besseges, les artistes locaux n’ont pas accès à leurs propres murs. La mairie a préféré privilégier les jeunes mâles qui ont déjà saturé les murs des grandes villes et des banlieues, des types qui ont besoin d’exister en nous en foutant plein la vue.

Ici on est des bouseux, pas des artistes et on a pas besoin d’exister.

A la grande ville, ils savent peindre leurs tourments et leurs délires citadins en dégueulant en couleurs tonitruantes sur les murs, et nous, nos tourments et nos délires ruraux, on a qu’à se les macérer profond et se faire matraquer de dédains excluants si on proteste.

Car ce sont bien les mâles qui dominent agressivement l’espace public, nous écrasant d' horreurs pétardes totalement conditionnées par le vomi télévisuel,

DSCN6159DSCN6158oye

les males qui s’approprient l'espace public par le harcèlement de rue, au point qu’en ville les femmes n’osent pas sortir seules sous peine d’emmerdements en cascade. Les architectes étant surtout des hommes, rien n’est prévu dans l’agencement des villes pour les femmes. Idem pour le street-art: encore de la domination masculine patriarcale se vautrant partout avec, désormais, la bénédiction servile de quelques élus ruraux aux ordres des nouveaux venus qui veulent qu'à la campagne, où ils viennent en masse se déconfiner, tout soit comme en ville, avec une antenne 5G à coté de leur mas, alors que nous on en veut pas.

On doit subir un colonialisme arrogant déployé en technicolor dans toutes nos rues. Énormes images dénuées de sens, plaquées sous nos yeux, nous infligeant l’esthétique cubique du fonctionnalisme de la métropole contemporaine.

Ça n’a plus rien d’une critique sociale par une prise d’expression spontanée,

c’est un marteau de modélisation asséné sans discussion.

Comme tout art récupéré par le système.

Au centre social, on devait peindre une fresque populaire avec les braves du coin, mais dans la cour, à l’intérieur, pour pas que ça se voit, parce que cachez moi ces gueux plus que nuls.

C’est vrai qu’on aurait dessiné des fleurs, des nuages, des papillons ae98b85ebf050a029adbd7ca519f8006

et des salamandres,

DSCN6148DSCN6151iDSCN6152te

qu’on se serait lâché dans les volutes et les arabesques, alors que la mode des vrais artistes, les vrais de vrais des villes, c’est le tout mécanique qui prévaut, avec des lignes bien phalliques partout, des couleurs pétardes ignorant la nuance, émanations des carcans techno-capitalistes bien citadins.

DSCN6156

( ici un visage de femme décapité dans un fouillis schizophrénique...)

Les vrais artistes, c’est forcement en ville qu’on va les chercher, et depuis qu’ils ont trouvé le bourg de Besseges et ses murs qui ont bon dos, c’est un déferlement. Aucun n’avait entendu parler de notre village avant, maintenant ils y courent comme une poule au râtelier, sauf qu’ils nous laissent pas d’œufs, juste des épines géantes et des amas de bizarreries cassées. Une baleine mécanique, ou comment se servir d’un animal en danger de mort pour annihiler tout message politique intrinsèque. Pauvre baleine, tellement bourrée de déchets de nos engins déglingués qu’elle ne peut plus servir qu’à décorer un mur….. Et le mec d'ajouter en bas de sa fresque:

DSCN6154 Pour mater cyniquement les dernières baleines échouées pleines de nos détritus en plastique ?

On assiste à Besseges à une caricature typique de la récupération capitaliste et mercantiliste de tout mouvement populaire spontané : le street-art était autrefois une pratique déviante, insurrectionnelle, contre publicitaire, une affirmation de la liberté personnelle contre le quadrillage contraint de la ville. Mais ici, avec ces peintures bien préparées à l’avance, bien encadrées, certaines directement issues de mangas hostiles d’ados scotchés aux écrans, placées assez haut pour être hors d’atteinte des vrais graffeurs ou de tout sabotage ( merci le monte-charge de la mairie), signées systématiquement et grossièrement par ses commanditaires, on est aux antipodes du mouvement clandestin et rebelle de l’art urbain dissident des origines.

pied de nez

A Besseges, il y a quelques années, on voyait encore, au détour d'une décharge ou cachées dans les friches industrielles, ce genre de peintures spontanées et illégales.

tournesol à la décharge

Maintnenant, il ne s’agit plus à Besseges de l’art de la rue, gratuit, accessible au peuple, un art fragile et éphémère qui s’invite dans la danse du temps en questionnant nos espaces publics et privés, mais d’un art élitiste, imposé, institutionnalisé, hégémonique, qui nie tout dialogue social, toute interaction avec les habitants. Symbole de la gentrification des villes, c’est ici un art colonialiste, impérialiste, qui nous écrase de sa massivité, un art affligeant qui n’invente plus rien, tournant à vide dans les hauteurs inaccessibles au peuple.

Un art dont le but est clairement défini, accroître l’attractivité économique de la ville, avec des visites et des circuits guidés pour attirer la chaland, est-ce encore un art ?

Non, c’est un outil de propagande commerciale, point barre.

Cette « galerie à ciel ouvert » défend tout bonnement l’idéologie consumériste et productiviste du pouvoir néolibéral qui a saccagé la planète, plus rien d’autre. Et toutes ces lignes brisées, ces cassures tranchantes, nous rapellent combien cette modernité finit par tout émietter. Les « artistes » qui y participent, poussés par un désir de reconnaissance, ne sont plus que complaisance et compromission envers le système de domination capitaliste et patriarcal, vecteurs d’une politique hautaine de dédain légalisé contre la population réduite au silence.

Adopté sans concertation démocratique par le management culturel communal, cet art prescrit où la subvention a remplacé la subversion agit comme une gifle pour les habitants qui se plaignent qu’à Besseges, il n’y a rien à faire. Si, il y a à faire, mais ce n’est toujours pas pour eux, pas pour nous, les oubliés, les méprisés, c’est toujours pour les mêmes, les inclus, les dominants, les affidés du consumérisme culturel, qui se nourrit même de la critique qui lui est portée.

Toi, demain, si tu dessines spontanément un graffitis sur le mur des chiots publics, tu te prends une amende.

Eux, aujourd’hui, quand ils défèquent leurs pots de peinture en haut de nos immeubles, on les encense.

Mais le plus révoltant, c’est quand le nouveau bailleur social des HLM de Besseges, la société Un Toit Pour Tous, s’arroge le droit d’attribuer à l’association Miaou, responsable de la confiscation des murs de notre ville, de peinturlurer nos bâtiments ( une mine de façades à saccager) sans demander du tout l’avis des habitants.

Je rappelle quand même qu’un collectif de locataires HLM de Besseges a du intenter un procès contre ce bailleur-voyou qui ose faire vivre les gens dans des appartements gravement insalubres, les rackettant sur des charges augmentant de trente pour cent en un an sans aucun service supplémentaire, et en exposant systématiquement leurs vies en n’intervenant sur aucune réparation urgente, style les balcons qui s’écroulent. Le procès, reporté quatre fois, aura lieu le 13 Septembre au tribunal d’Alès. Si du moins on peut rentrer dans le palais de justice pour défendre notre cause, car une partie de ces locataires courageux et persévérants n'a d' avocat, ni de pass sanitaire....

Or voici ce qu’ose déclarer sur Midi Libre Guillaume Tardieu, directeur de la communication d’Un toit pour tous : "L’art s’avère être un levier de partage, de cohésion, d’échange entre les locataires » !!! alors que personne n’a été consulté et que les locataires n’ont même pas le droit d’afficher un simple A4 pour commmuniquer entre eux dans leur propre couloir, leur hall d’entrée, leurs portes et leurs caves ! Suite à un fichier affiché dans notre couloir, nous avons reçu des menaces du bailleur puis une plainte pour dégradation!

Cette société UTPT s’est enfermée dans un bâtiment neuf fermé électroniquement sur la Rocade d’Alès, un siège social inatteignable en car, en bus ou à pied, ne répond jamais aux coups de téléphone exaspérés des locataires floués par des comptabilités sibyllines proches de l’escroquerie, mais envoie systématiquement les huissiers à tous ceux qui osent formuler une réclamation ! Oser affirmer que les fresques de peintres qu'on ne verra jamais plus, qui n'ont strictement aucune idée de ce qui se vit dans les murs, créeent du lien social, c'est se foutre de nous.

Le barbouilleur ABNS quand à lui, se targue de « faire revenir de la nature dans un environnement qui l’a fait disparaître et de compenser cette insuffisance." Quelle arrogance qu’un mec de la ville vienne nous apprendre ce qu’est la nature alors que nos immeubles sont adossés à la forêt et que, cerise sur le gâteau, alors que les locataires payent une fortune pour le nettoyage de leurs abords jamais faits, des arbres, des ronces, toutes sortes d’arbustes insolents et de mauvaises herbes trés vivaces poussent directement dans les murs extérieurs des bâtiments ! De la nature, il y en a partout ici, on a pas de leçon à recevoir des urbains sur quoi faire de notre environnement.

J’espère qu’aucun type ne va débarquer à la Cantonade avec ses pots de peinture pour nous expliquer, en géant sur nos façades, comment vivre, alors que nos halls et nos couloirs n’ont pas été repeints depuis fes lustres, et que la plupart des appartements croulent sous la moisissure. Si ça arrive, ça risque d’être chaud, on laissera pas faire, à bon entendeur, salut !

Un clan de mégères/sorcières échevelées et rugissantes a déjà viré le préposé venu s’attaquer à nos compteurs pour les remplacer par des Linky espions, alors on est préparées et on a l’œil.

sorcières assez méchantes quand on les embète

On ne cache pas la misère avec des beaux discours et des dégueulis cubistes  zébrés, on commence par s’intéresser aux gens qui vivent là depuis longtemps et on discute sur place avec eux si on veut se faire accepter.

On élabore des projets AVEC EUX, pas CONTRE EUX !

Or là, avec la mairie, dont le maire actuel a été président du Conseil d’Administration des HLM jusqu’en 2020, qui n’a jamais rien fait pour améliorer le patrimoine très dégradé des 350 logements sociaux, (ce qui représente plus du tiers de la population) au vu de flagrants conflits d’intérêts, et le nouveau bailleur, largement subventionné par l’État, acculé par la révélation de graves manquements, tout est fait pour planquer sous le tapis, en l’occurrence nos façades, avec l’aide d’ados attardés mal léchés ravis de l’aubaine, le scandale de locataires croupissant dans des murs sordides infestés de pourriture.

Pauvreté abusée encore et encore, prétexte démagogique et phallocratique pour justifier le mépris des ménagères et leur enfermement dans des ghettos.

Venez voir nos singes dans le zoo à ciel ouvert de Besseges ! On leur a repeint leur cage et en plus ils sont pas contents!

J’invite donc la population à revenir aux origines insurrectionnelles du street-art en inscrivant nous-mêmes sur nos façades nos propres rêves et nos propres signes.

 

 

 

 

Posté par barbesse à 14:48 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

31 juillet 2021

A la campagne aussi, on manifeste!

 

Affiche 31 Juillet_0

Samedi 31 Juillet à 14H à Besseges (30 160)

RV sous le cèdre de la médiathèque cent mètres avant la place de la Mairie.

Banderoles, déguisements, instruments de musique, percussions improvisées…

Ce samedi, comme partout en France, nous proposons à celles et ceux qui pensent que la loi qui vient d'être votée en urgence, de nuit et en plein mois de juillet, est inique, liberticide, sabotant tout consentement individuel libre et éclairé, d'afficher clairement leur désaccord et de demander son retrait.

Nous déambulerons dans les rues de Besseges afin d'exprimer notre refus du pass sanitaire et notre vigilance face à toute dictature.

monde d'avant monde d'après

 

Loi de renseignements, loi de sécurité globale, pass sanitaire... Sous couvert d’anti-terrorisme et des virus, au nom de la sécurité, les dirigeants s’immiscent de plus en plus loin dans les interstices de nos vies, pour imposer un monde toujours plus orwellien. Une société de surveillance permanente. Un futur cauchemardesque et un bond en avant pour les tenants du totalitarisme numérique. Tout est prêt pour que tout empire.

DSCN6077

Ne les laissons pas faire.

Occuper les places, les ronds-points, organiser des banquets, des discussions pour pouvoir, à force de se rencontrer, définir ce que nous désirons, et ce que nous ne voulons pas.

« Nous sommes vacciné-e-s, nous ferons le vaccin bientôt, nous ne le ferons pas » :

On s'en fout !

Si nous manifestons aujourd’hui, c’est contre le "pass sanitaire" et les mesures liberticides prises par le gouvernement, pas contre le vaccin.

Focaliser le débat sur le vaccin est une manœuvre de diabolisation,  car en ne parlant que « d’antivax », les médias font le jeu du pouvoir en noyant le sujet crucial : l’extinction à marche forcée de nos libertés.

Or si nous descendons dans la rue, c'est pour nous opposer de manière absolument légitime et déterminée à une mesure liberticide saccageant nos droits les plus fondamentaux.

Barbara Stiegler: « Nos décideurs sont fascinés par le modèle chinois. Ils détournent les questions sanitaires pour instaurer une société de contrôle extrêmement invasive, dans laquelle la démocratie est suspendue. »

Préparez vos cartons!

anti pass slogans dans la yourte

 

Plus d'infos:  https://besseges.org/

 Pour voir ce qu'il y a vraiment dans la loi votée le 23 Juillet à l'aube, c'est là: 

https://reporterre.net/Le-passe-sanitaire-un-pas-de-plus-dans-l-autoritarisme-et-la-societe-du-controle

E6VEsGwWQAALmRN

https://www.association-sante-naturelle.info/ dit: 

Le Ministre de l'Education nationale a déclaré vouloir "évincer" de l'école les enfants non-vaccinés.

Dès qu'il y aura un cas positif dans une classe, les enfants non vaccinés auront l'interdiction d'aller à l'école !

Et quoi qu'il arrive, les collégiens non vaccinés "ne pourront pas aller à la piscine ou au cinéma" en sortie scolaire !

C'est purement et simplement HONTEUX, RÉVOLTANT.

Ces vaccins ARN sont expérimentaux,  nos enfants en bonne santé n'ont rien à craindre du coronavirus !

Pire : il est avéré que ces vaccins causent des myocardites, c'est à dire des inflammations au cœur, qui peuvent être dramatiques pour nos enfants.

C'est pourquoi le Royaume-Uni a refusé de vacciner massivement les adolescents, jugeant qu'il y a plus de risques pour eux que de bénéfice.

Même chose en Allemagne ainsi que dans 16 pays européens : pas d'injection de vaccin expérimental pour les enfants en bonne santé !

Mais en France, ils font le contraire : non seulement ils veulent vacciner tout le monde, mais ils ont prévu de mener la vie dure aux enfants non vaccinés à l'école !!

Plus que jamais, il faut DESCENDRE DANS LA RUE pour dire NON à cette folie.

Pour nos enfants, et nos petits enfants, on ne peut pas laisser faire.

La manifestation à Bessèges (2800 habitants)  pour l'abandon du pass sanitaire,  a réuni 250 personnes sur un trajet du centre village jusuqu'en bord de rivière,  dans la bonne humeur.

Nous nous sommes donné rendez vous pour Samedi prochain 7 Aout 2021, même heure, même endroit.

 

 

Posté par barbesse à 17:31 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

17 juillet 2021

Manif-sitting contre le pass sanitaire à Vallon Pont d'Arc

 

DSCN6030                                       

                                                              INTRUSION DANS NOS CORPS

DSCN6033                        

                                    SOUS MENACES ,   SOUS CHANTAGE

DSCN6038                                 

                                          = VIOL

 

 

Posté par barbesse à 18:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

15 juillet 2021

RESISTANCE!

RESISTEZ! RESISTEZ! RESISTEZ! RESISTEZ!

RESISTEZ! RESISTEZ!RESISTEZ! RESISTEZ!

RESISTEZ! RESISTEZ! RESISTEZ! RESISTEZ!

RESISTEZ! RESISTEZ! RESISTEZ! RESISTEZ!

RESISTEZ! RESISTEZ! RESISTEZ! RESISTEZ!

RESISTEZ! RESISTEZ! RESISTEZ! RESISTEZ!

RESISTEZ! RESISTEZ! RESISTEZ! RESISTEZ!

Posté par barbesse à 16:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

02 juin 2021

T'avais ka pas tomber pauvre débile

Tel au 15 Dimanche

Bonjour Monsieur, je me suis cassée le bras, je cherche le médecin de garde sur mon secteur.

Comment vous savez que c’est cassé ?

Ben je suis tombée et j’ai mal. Le centre médical  de Besseges n’a pas de médecin disponible avant 15 jours.

C’est arrivé quand ?

Vendredi

Ah alors c’est pas grave si vous avez pas eu besoin des urgences.

J’ai besoin des urgences mais je suis électrohypersensible, c’est à dire malade des ondes, et je ne peux pas rester à l’hôpital en étant trop exposée, c’est pourquoi j’ai besoin d’un médecin local.

La maladie des ondes n’existe pas, elle n’est pas reconnue, c’est dans votre tête le problème.

Pourtant j’ai une reconnaissance de la MDPH pour cet handicap.

Non, vous êtes handicapée pour autre chose, pour votre mental.

Bon, on va pas entamer un débat sur les ondes, j’ai le poignet ou le bras cassé, il me faut de l’aide, est-ce que vous pouvez me donner le contact du médecin de garde sur mon secteur ?

Attendez une minute.

Une minute après :

Je viens d’avoir le médecin de Saint-Ambroix, il pense comme moi (petit rire), vous êtes handicapée dans votre tête. Il refuse de vous recevoir.

Silence.

Comment il s’appelle ?

Videlaine

Et vous ?

Docteur David

Merci pour votre aide monsieur.

 

Posté par barbesse à 11:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

27 mai 2021

La folie des galets

Galets des rivières Cevenoles!

P1120831Esprits de pierre

P1130007

P1120988Le petit peuple des galets

P1120974

P1120992

P1120996Ces mandalas de pierre et ces petits totems des rivières seront de sortie ce Samedi ...

Sortie culturelle à Saint-Ambroix  (30500) ce samedi 29 Mai !
En partenariat avec LA FENÊTRE qui organise ce jour-là la Ruée des Livres, les ARTISTES EN CÈZE  exposeront samedi de 9h00 à 18h00 sur la Place de l'Esplanade, la Place aux Herbes et au 13 rue de la République (chez Styliss Ink Tattoo, œuvres de Mikael FRIEDMANN).
35 Artistes exposent à Saint-Ambroix:
14 ARTISTES PEINTRES et DESSINATEURS : Blaise DEROUBAIX, Stéphane BRAHIC, Martina WESTOVER, Jan GOEDE, José VIVANCO, Michel MULOT, Jean-Claude VIALE, Philippe VINOLO, Christian CAZALET, Béatrice DE SAINT JEAN, Corinne DELORME, Martine MAZELLIER, Florence MELZANI, Stanislas KOZAK
5 ARTISTES PHOTOGRAPHES : Alice BOREL, Alain POGGI, Mikael FRIEDMANN, Frank ESSE, Jacky BRIGNIER
7 ARTISANS D'ART : Raymonde MARMION (créatrice de vêtements), Thierry GUTHI (graveur sur verre), Field ROBINSON (artiste du livre), Naima BENYAHIA (création florale), Jairo ROCHA LOPEZ (créatrice de bijoux), Sylvie BARBE (tissage, artiste de la nature), Pierre DUGAS (créateur de lampes)
4 AUTEURS-ECRIVAINS : Roselyne CUSSET, Françoise PALMYRE, Alain MARTIN, Hubert DE SAINT JEAN
3 SCULPTEURS : Cris KAISER, Robert Marcel BECKER, Eugénie BAL
1 MUSICIENNE : Sophie DRUELLE
Enfin Martine CAILLOL et son équipe présenteront un spectacle esthétique, musical et chorégraphique autour du poète russe Ossip MANDELSTAM à 14h30 au Kiosque à musique,  avec la participation de la danseuse Jade SAGET

VIva le renouveau de la vie culturelle !

Posté par barbesse à 16:28 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

17 avril 2021

Joies sylvestres

Depuis vingt cinq ans que j’ai posé ma yourte en forêt Cévenole,

P1120418

m’écartant du bruit et de la fureur du monde pour tenter une aventure en solitaire au sein de la nature, chaque fois que j’ai accepté de prendre le risque du dépouillement et du non-savoir, que je me suis rendue disponible à des dimensions de vie en deçà de mes limites humaines, j’ai rencontré le merveilleux. Le ravissant.

Un espace où, de découvertes en rencontres, la perception s’ouvre et s’élargit. Un espace sans murs où vibre une vie intense et secrète.

La première chose qui arrive en forêt si on s’immerge seul.e, c’est l’écoute. Mes oreilles se sont mises à entendre.

A entendre autre chose que du langage humain, avec des interpellations, des discussions et des injonctions. Autre chose que du bruit, frottement des objets et des moteurs. Non pas que soudainement un bouchon de cire ait sauté. Simplement, il a fallu que, comme tous les animaux, je pare au danger des prédateurs. Que j’écoute avant de sauter dans le fossé.

J’assume pleinement le choix de ma vulnérabilité non barricadée derrière des portes. La toile de ma tente claque au vent au milieu des arbres où je dors sans verrou. Comme les animaux dont les habitats sont partout menacés, j’ai appris à desceller tout indice traduisant une présence menaçante. Sans cette vigilance, ma sécurité reste aléatoire. Cette totale ouverture des sens m’a offert des accès inattendus à des mondes inconnus. Le monde des sèves qui montent dans des cathédrales de bois et le monde des poils, des écailles et des plumes.

Les gens me demandent souvent si je n’ai pas peur toute seule dans la forêt. Même une fois, une gendarmette venue faire une constatation d’une dégradation malveillante chez moi, alors qu’elle portait une arme et moi pas, a avoué qu’elle aurait peur à ma place. Pourquoi alors n’ai-je pas peur ? Suis-je trop téméraire ? Inconsciente ? Folle ?

Je n’ai pas peur parce que j’ai réglé la question très vite au début de l’aventure : le risque, c’est le prix à payer de la liberté, et depuis que j’ai choisi de n’avoir plus peur, je me sens si totalement engagée dans la vie que j’ai l’impression de n’avoir pas assez de poumons pour tout l’oxygène qui m’est envoyé !

Mais la gendarmette savait de quoi je devrais avoir peur, alors que la plupart me demande si je n’ai pas peur des animaux. Et quand quelqu’un.e me pose cette question, j’ai envie de détaler parce que je me sens incapable de combler la tranchée qu’il.elle vient de creuser.

Ou alors, si je suis d’humeur malicieuse, je m’amuse à lui raconter mes dernières rencontres. Je ne parle jamais de mes complicités avec les plantes, les fleurs ou les arbres, parce que ça serait comme dévoiler ma dernière nuit d’amour, un comble d’impudeur. Je parle de mes rencontres avec les animaux sauvages, ceux en sursit pas encore massacrés qui m’offrent l’immense honneur de leur visite.

Oh ce n’est pas toujours facile !

Autant j’adore me faire picorer par les mésanges et les sittelles, autant j’endure péniblement ces semaines entières d’automne à ramasser à la pelle des centaines de punaises diaboliques incrustées partout dans les tapis, les rideaux et tous les tissus de la yourte. Jusqu’à ce que j’accepte : OK, je ne peux plus travailler, je dois ramasser des punaises pendant des heures, et, en accomplissant ce rituel chaque matin, l’affaire devient supportable.

Arrivées d’Asie depuis quelques années, ce n’est pas la faute des punaises s’il manque les oiseaux adéquats pour les réguler, l’écosystème local est saturé et ce déséquilibre nous fait signe.

J’ai du me prendre la tête plus d’une fois pour trouver des solutions de cohabitation non violente et j’ai dû parfois céder du terrain. Mais j’ai un tel respect pour ces vies qui continuent malgré tout ce qu’on leur inflige que je ne peux pas considérer une intrusion, ni même une invasion comme illégitime.

Un beau jour où en décrochant une vieille couverture dans mes toilettes en plein air, un essaim de frelons m’a attaqué, j’ai eu d’un seul coup, en même temps que plusieurs piqûres au coude et à l’oreille, la sensation fulgurante de ma dernière heure venue, et là, juste avant d’être sauvée par un réflexe de survie et un rideau, j’ai eu le temps de penser que c’était mieux que de se cracher en bagnole.

Et quand un autre beau jour de printemps, en rentrant dans ma yourte, j’ai reçu un serpent sur la tête, je n’ai pas pensé une seconde qu’il n’avait rien à faire là. Mon entrée a dérangé une coronelle qui se bronzait sur ma couronne. Elle est tombée enroulée jusqu’au sol en me frôlant le crane. Par terre, elle m’a regardé longuement, sonnée, et je lui ai rendu son regard, tout aussi fascinée qu’elle. Ce moment là vaut de l’or.

serpent chez moi

grosse couleuvre à collier devant ma yourte

Dans la yourte, il y a toujours un trou, un vide quelque part, où s’immisce le Vivant. Avant de le chasser, bien considérer la forme sous laquelle il se présente

sauterelles copulant devant ma yourte

et réfléchir à sa propre légitimité.

Contre les rongeurs, j’ai trouvé le poivre, contre les moustiques le géranium, contre les fourmis, rien, contre les chenilles processionnaires,

chenilles processionnaires sur ma yourte

ne pas marcher pieds nus,

et pour canaliser les serpents, j’ai appuyé une vitre sur une murette où les femelles gravides se réchauffent en paix. Pour les oiseaux, je fabrique des boules de graisse en hiver, pour les blaireaux, je laisse des souches de pin en décomposition où se lovent de gros vers blancs. Et pour les petits renards, mes chiffons de peinture qu’ils adorent emporter dans leur tanière.

Je ne crois pas qu’on puisse aimer les bêtes derrière un écran. Je ne crois pas qu’on puisse protéger la nature avec des algorithmes. Je crois qu’on aime ce qui est proche et qu’on protège ce qu’on aime.

C’est pourquoi je m’alarme sur l’avenir : si les gens n’ont plus de contacts réguliers et prolongés avec la nature, ils ne peuvent pas développer d’empathie ni de sentiments d’appartenance, et encore moins d’admiration et d’amour. Et sans ce contact, ils se laisseront emporter par la fatalité technocratique totalitaire à l’origine de l’état désastreux de notre planète.

Perchée sur ma falaise, à écouter le bruissement du vent sur la canopée, j’oscille la plupart du temps entre ravissement et lucidité triste. Quand je vois trop crûment se déverser sur le peuple des forêts le mal des hommes, mes larmes perlent aux yeux, avec la conscience aiguë d’une immense nostalgie de ce que nos petits-enfants ne connaîtront plus que par des images, comme si j’étais la dernière des Mohicanes moi aussi chassée, avec les indiens et les bêtes.

Et puis il arrive tout aussi souvent que le temps s’arrête ébahi devant la beauté, médusé par la danse érotique des éléments qui s’emboîtent, s’intriquent et s’articulent en un tissu de chair palpitante gonflée d’énergie, et que cette incroyable révélation de notre substantielle fraternité universelle m’emporte en extase.

Non, ce n’est pas internet et les réseaux sociaux qui m’ont ouvert le monde, c’est la méditation sur ma falaise, devant ma yourte, face à la forêt. Ce n’est pas devant un écran que j’ai appris à rencontrer des inconnus, c’est en m’exposant aux étoiles, à la foudre jaillissant du sol à deux mètres de mes pieds, aux nuages de pollen, aux serpents, aux scorpions, aux frelons et aux salamandres,

salamandre traversant petite route

aux torrents d’Octobre, à la soif de Juillet, à la nuit sans lune où aboie le chevreuil, c’est en marchant pieds nus sous le grandiose et sur le minuscule, en récoltant mon eau de pluie et mes salades sauvages, et en me taisant.

C’est en écoutant le silence habité, l’écoutant tellement qu’il finit par se fendre et révéler un joyau de transparence où tètent ensemble à la même mamelle une multitude d’êtres différents.

Pendant que s’évanouit tout effort pour inventer de quoi me faire une place parmi eux, j’entends alors, dans un grand moment de fusion, les battements du cœur universel.

A ce moment là, tout n’est plus que joie.

Article paru dans le numéro 35 du Chou Brave magazine, intitulé "Super vivant"

 

 

Posté par barbesse à 09:57 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :