YURTAO, la voie de la yourte.

10 février 2021

La petite indienne

la petite indienne

Elle vit sa vie onirique

ses rêves gambadent sur les collines

des rêves hauts comme les arbres

plein de plumes et de poils

s’évaporant de la canopée

Elle vit avec ses livres

empilés dans la cabane près du lit

des livres comme des navires

la proue dans le monde des autres

Elle vit avec ses crayons de couleur

et ses pinceaux humides pointés vers le ciel

qu’elle fait danser sur les pierres et le bois

et pendant qu’elle peint

les fleurs s’ouvrent aux abeilles

les oiseaux chantent sur les branches

elle vit avec leurs chants

une symphonie merveilleuse

qui écarquille le cœur

elle vit avec

elle vit dedans

elle vit remplie

 

* Je viens de terminer un très beau livre, que je vous conseille de lire,

une petite indienne qui s'appelle "Betty" : un superbe roman de Tiffany Mcdaniel.

 Voici la critique que j'ai publié sur Babelio:

Un bijou, ce livre. Un exploit narratif aussi, cette façon de pénétrer profondément dans la vie d’une famille pauvre socialement mais d’une incroyable richesse intérieure. Une petite fille raconte son père indien, sa mère blessée, sa fratrie, c’est beau et étonnant. On suit Betty de 8 à 18 ans, ses jeux, ses amours et ses espoirs, mais aussi ses confrontations pénibles à la réalité, et au fil du livre, jusqu’à la mort de ses proches. Betty a du naître la même année que moi mais elle doit faire face à bien plus de préjugés raciaux que ce que j’ai pu connaître. Cette ségrégation, ce mépris affiché des Blancs pour tout ce qui ne leur ressemble pas est révoltant. Cependant, ce roman dégage une atmosphère magique, essentiellement due à la perception du monde du père indien Cherokee qui insuffle l’apprentissage de la vie à ses enfants par de magnifiques légendes et une tournure d’esprit complètement poétisée. Certaines chutes de chapitre sont d’une beauté et d’une émotion époustouflantes. Les histoires merveilleuses racontées par le père donnent du sens et aident les enfants et les parents à supporter la douleur de la vie, ils baignent tous dans un nuage mythologique singulier et nourricier. La relation du père à sa fille, la petite Indienne, très stigmatisée à l’école, est délicate, chaleureuse, jamais de violence, il y en a bien assez dehors : ce père utilise la magie des symboles et du rêve, son attachement culturel et organique à la nature comme viatique à offrir à ses enfants contre le racisme, l’intolérance et le malheur. On sent bien sûr que c’est l’auteure elle-même qui affronte le monde par la transfiguration poétique. Malgré quelques longueurs de départ, c’est très agréable à lire, avec parfois de belles surprises littéraires, bien qu’au début, il manque quelque chose d’accrochant pour se sentir totalement investi dans l’histoire. C’est au fil des pages, d’une certaine lenteur et d’un parti pris contre le sensationnel, loin de toutes les ficelles scolastiques, qu’on finit par s’attacher à la vision du monde de cette petite fille, magnifique de confiance, de beauté, d’endurance, capable d’encaisser les coups durs sans se plaindre et de transformer les épreuves en maturité. Enfin, c’est au dernier tiers du livre qu’on saisit l’ampleur de fond du sujet, au moment où la dramaturgie s’amplifie.

On comprend enfin que ce couple métis, né de la rencontre d’une Blanche et d’un Indien, symbolise la confrontation de deux cultures, la dite sauvage et ladite civilisée, et malgré que tout le monde sache que les Indiens ont perdu et que les Blancs dominent, on est saisi par le paradoxe pénétrant que c’est l’Indien qui est nettement plus évolué que les ressortissants de cette société colonisatrice corrompue et pervertie qui l’a rabaissé et tenté de l’éliminer. La mère blanche, victime d’une violence intrafamiliale insupportable, inceste décomplexé qui l’a détruite, représente les dégâts, la dégénérescence et l’abîme le plus noir des travers de la dite civilisation, tandis que le père, bien que culturellement vaincu et usé par l’humiliation, présente une fraîcheur d’âme, une sensibilité et une proximité à la nature capable de guérir physiquement et psychiquement non seulement ses proches confrontés à la perversion, mais aussi son milieu, notre milieu. L’indien guérit le Blanc suprématiste et techniciste par ses combinaisons de plantes, son recours aux simples, son respect de la vie, attitude depuis longtemps dramatiquement perdue par l’Occident, et on sent que c’est exactement ce qui s’avère nécessaire maintenant que les consommateurs outranciers ont saccagé la planète et que leur si géniale civilisation de croissance infinie a touché ses limites. On se prend alors à espérer que, par le truchement de cette jeune fille, s’ouvre une possibilité de réhabilitation des cultures indigènes et des savoirs ancestraux qui nous ont légué une planète saine, à espérer que peut-être ces Métis qui ont gardé ce sang indien et le goût de la Terre en eux soient reconnus enfin comme les messagers du passé qui viennent sauver notre futur.

En filigrane de cette interprétation, la récurrence de la violence de l’oppression et des abus perpétrés par les mâles blancs sur les femmes, toutes les femmes, dont surtout leurs plus proches, ce que ce roman révèle dans toute son horreur intime, est à mettre en parallèle avec la même domination tyrannique et destructrice de l’homme civilisé sur la nature et sur les peuples qui y sont encore attachés, ce qui me fait classer ce livre dans la littérature « écoféministe ». Je souligne combien est déchirante l’histoire de la sœur qui n’a rien voulu révélé de son martyre à son père, de peur de le détruire irrémédiablement, prenant tout le mal sur elle, comme le font encore et encore la plupart des femmes.

 

Posté par barbesse à 17:05 - - Commentaires [5] - Permalien [#]


01 février 2021

Dans quoi ils confinent mes voisins

Celles et ceux qui ont lu mon livre, aujourd’hui épuisé, (on peut le trouver en bibliothèque, par exemple à Alès et aux Vans) savent que mes combats ne se limitent pas à l’habitat en yourte, ni à l’écologie, ni même à l’écoféminisme, et que je me trouve très impliquée dans la défense des humbles, ne pouvant dissocier la lutte écologique de la lutte sociale.

Ils savent aussi que mon aventure avec la yourte est issue directement de mon HLM et que je n’ai jamais lâché mon immersion sociale, monn ancrage dans mon quartier très populaire.

Or la crise sanitaire et l’enfermement dans les maisons et les appartements peut devenir dramatique pour des tas de gens mal logés, en particulier dans des conditions dangereuses pour la santé.

Pourtant le virus permet aussi de lier de nouvelles solidarités entre voisins.

Je suis donc honorée de mener ce combat avec mes voisins d’HLM gravement stigmatisés et discriminés.

chambre pourrie hlm besseges

                                             Scandale aux HLM de Besseges.

Après des années de lutte, un collectif de locataires du quartier des HLM de la Cantonade à Besseges demandant justice devant le juge judiciaire est convoqué à l’audience du 1° Février 2021 à 15H30 au tribunal d’Alès.

Le bailleur SA HLM Besseges-Saint-Ambroix dont le Conseil d’Administration est présidé par Mr Portales Maire de Besseges a transféré sa gestion (en 2019) puis son patrimoine (fin 2020) de 350 logements HLM à la SA « Un Toit Pour Tous » bien connue sur Alès.

De nombreux dysfonctionnements dénoncés par les locataires n’ont jamais pu être traités en raison d’un conflit d’intérêt manifeste entre la mairie de Besseges et le bailleur. La reprise par « Un Toit Pour Tous » aggrave considérablement la situation.

Toutes les démarches entreprises par les locataires auprès de la SA HLM, auprès du directeur et du Conseil d’Administration, auprès de la mairie de Besseges, responsables de l’urbanisme, du service social et le maire, sont restées infructueuses, ces élus  cumulant les fonctions en siégeant au Conseil d’Administration des HLM, ce qui bloque tous les dossiers.

En Avril 2018, nous saisissons l’association CLCV qui constate l’état d’insalubrité des appartements et la non justification des charges. Puis nous alertons l’ARS (Agence Nationale de la Santé), la CAF (à la Commission pour le logement décent) et la DDTM (Direction Départementale des territoires et de la mer) au Pole Lutte contre l’habitat indigne : ce n’est qu’au bout de plusieurs années d’extrême persévérance que nous obtenons enfin, en 2020, une expertise qui conclut à la responsabilité du bailleur quant à l’insalubrité et l’indécence manifeste de certains logements. Disculpant ainsi les locataires régulièrement accusés par le bailleur de ne pas chauffer suffisamment ou de ne pas aérer. Accusations récurrentes affectant gravement la dignité et le moral des familles. Malheureusement à ce jour les préconisations de l’expert n’ont pas abouti à des travaux pour y remédier. Or les dangers sont réels pour les habitants.

Nous avons demandé en vain la saisie de la commission de conciliation des rapports locatifs du Gard puis enfin, en Décembre 2019, une tentative de conciliation devant le conciliateur de la République que nous avons demandé s’est soldée par un échec. Un avocat du barreau d’Alès a envoyé à l'été 2020 à « Un toit pour tous » une mise en demeure qui n’a eu aucun effet. Devant toutes ces impasses, nous avons fini par saisir le juge.

La liste des problèmes administratifs est longue :

Pas de quittances délivrées depuis 2018, refus illégal du règlement des loyers en cash à partir de 2019, absence de justification annuelle de charges, augmentation de 200 à 300 pour cent des charges locatives sans aucune explication, facturations et prélèvements injustifiés, charges payées pour des services jamais effectués, répartition aléatoire et anarchique des loyers et des charges, et surtout depuis la reprise, harcèlement, intimidations et menaces réitérées d’expulsion

sdf

sans aucune justification et malgré de grosses erreurs reconnues par le bailleur.

expulsez les banquiers par les pauvres

Quand à l’état des logements, c’est la catastrophe :

Non conformité des portes d’entrée et aucune sécurité incendie dans l’immeuble,

Murs entièrement noirs de moisissures dans certains appartements, obligeant les locataires à condamner des chambres.

Plafonds enduits d’amiante endommagée tombant en pluie sur tous les rez de chaussée et les caves.

Radiateurs électriques bas de gamme dysfonctionnant et produisant des factures EDF astronomiques.

Balcons se délitant, extrêmement dangereux à cause de morceaux de béton des étages tombant au sol, sur le passage des personnes.

Odeurs d’égout insoutenables en été dans les appartements et le couloir dû à un problème d’évacuation générale non résolu.

Arbres et broussailles poussant dans les murs du bâtiment, abords jamais nettoyés pendant des années, bien que services payés.

Emploi abusif de la femme de ménage qui intervient sur notre bâtiment 3 fois par semaine alors que la grande majorité des locataires des autres bâtiments ont le droit de nettoyer eux-même leurs paliers, ce qui nous a été interdit. Et pour enrober le tout, insultes de la part des employés.

La dessus, nous avons découvert que la mairie a installé une caméra de vidéo-surveillance donnant sur les entrées, le parking, les balcons et les fenêtres du bâtiment HLM, surveillant ainsi les allées et venues de tous les locataires, ce qui est parfaitement illégal pour cause de violation de la vie privée. Un policier municipal, nous refusant l’accès aux droits les plus élémentaires de vérification, nous a rétorqué que c’était normal de surveiller un repère de délinquants ! Face aux blocages, nous avons dû saisir la CNIL ( Commission Nationale Informatique et Liberté) et nous battre de longs mois pour obtenir le floutage adéquat des plans donnant sur les habitations privées.

Nous devons aussi saisir régulièrement la CADA ( Commission d’Accès aux Documents Administratifs) car les documents publics détenus par la mairie ne nous sont jamais transmis malgré de multiples demandes. Nous dénonçons donc les pratiques à huis clos très opaques et très discriminantes de la mairie de Besseges.

Ce constat sur les HLM de Besseges est le résultat d’une politique de la ville désastreuse orchestré par le maire qui a pris tout pouvoir sur la CAL (Commission d’Attribution des Logements) et ne respecte pas les obligations dévolues aux Entreprises Sociales de l'Habitat (ESH) censées accomplir une mission d’intérêt général avec l’argent des contribuables.

Les derniers contrôles effectués par l’ANCOLS (Agence Nationale de Contrôle du Logement Social) tant sur la SA HLM Besseges que sur « Un Toit Pour Tous », relèvent beaucoup de dysfonctionnements et de dérapages qui n’ont visiblement pas été corrigés.

Ces rapports révèlent comment s’est établie la discrimination sociale à Besseges, pourtant interdite en matière d’HLM, de la part du bailleur et du maire s’autorisant la plus indécente subjectivité :

« La société exclut dans son article 3 les demandes des candidats qui « ne sont manifestement pas en état d’acquitter le montant du loyer ou ne sont pas en mesure de jouir paisiblement des lieux ou dont la présence dans l’immeuble pourrait nuire au voisinage » !

L’ANCOLS relève aussi, en plus de pléthore d’irrégularités de gestion, l’absence de mise en concurrence des fournisseurs et prestataires, ce qui est contraire aux principes fondamentaux de la commande publique. Autrement dit, les pratiques de la mairie de Besseges d’absence d’appels d’offres a été étendue à toute la gestion HLM, épinglée par l’organisme de contrôle.

Cette gestion reprise par UTPT s’avère encore pire, car le chaos est bien évidement en premier lieu répercuté sur les locataires impuissants.

Nous ne pouvons plus supporter ces injustices, c’est pourquoi nous espérons que le juge viendra remettre de l’ordre dans ces abus et que les victimes de ces pratiques honteuses pourront enfin espérer un avenir meilleur.

Peut-être avons-nous une chance d’être entendus cette fois-ci,

avant que le béton ne nous tombe sur la tête,

balcon HLM la cantonade

car la partie adverse, par la voix de son directeur général délégué,

nous a fait savoir que la société « Un Toit Pour Tous » enverrait à l’audience

un simple avocat stagiaire.

REPORTAGE sur FR3

 journal d'infos du 12/13h du 2 Février 2021. Début de la séquence à 6minutes 40.

https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/gard/nimes/gard-le-ras-le-bol-des-locataires-d-un-hlm-insalubre-a-besseges-1937470.html

 Article Midi-libre du 31 janvier 2021

 https://theworldnews.net/fr-news/gard-les-residents-de-la-tour-hlm-la-cantonade-a-besseges-ulceres-par-l-insalubrite

 

Posté par barbesse à 15:30 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

26 janvier 2021

Un jour peut-être

 

Un jour peut-être viendras-tu me voir,

voir ta vieille grand-mère toute seule dans la forêt,

un jour peut-être lui raconteras-tu ta vie,

ce que tu fais, ce que tu penses, ce que tu ressens,

comment tu t’en sors , les choses que tu aimes

et celles qui te révoltent,

un jour peut-être tu me diras tout ça,

ou seulement quelque chose qui te tient à cœur,

ou peut-être rien, mais tu seras là

et je verrais ton beau visage,

un jour peut-être que même

tu me donneras un coup de main,

pour le bois, pour les pierres, pour mon dos cassé,

le virus a bon dos pour se débarrasser des vieux,

mais peut-être que toi tu viendras une minute,

et on se rappellera quand tu étais petit,

un garçon unique et incroyable,

on se rappellera qu’on était ensemble malgré tout.

 

 

Posté par barbesse à 09:36 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

21 janvier 2021

Bel hiver

madame aime la neige* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * ** * * * * * * *

sous bois avec yourte en hiver* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * ** * * * * * * *

tipi et yourte* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * ** * * * * * * *

Posté par barbesse à 09:42 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 décembre 2020

Nulle part

 

D’aussi loin que tu sois,

yourte au fond du méandre

aussi seul.e es-tu,

au bord de l'eau

solitude au brod de l'eauou dans la forêt,

DSCN7540

ils sont toujours là.

rebut

L’ailleurs n’existe plus,

arbres sur l'eau

ils ont pris la terre, la mer et le ciel.

Même le ciel.

prise de ciel

 

Posté par barbesse à 12:37 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :


16 juillet 2020

ZAD de la forêt de Besseges

logozadprems

                               Forêt en danger ! Notre poumon vert menacé !

                             Zone A Défendre ( ZAD) de Besseges

La foret communale de Besseges (108 Ha) est une foret jeune qui a poussé sur les blessures infligées à nos collines par l’extraction minière. Une grande biodiversité est en train de s’y épanouir, notamment sur le crassier, avec des espèces rares de faune et de flore.

L’ONF (Office National des Forêts) a présenté en 2017 un plan de gestion sur 20 ans à la mairie,

parcellaire foret communale

où il est clairement stipulé que les travaux de coupes ne prendront pas en compte les espèces protégées, pourtant nombreuses sur notre territoire, ni la survie d’autres espèces communes. Ceci bafoue les objectifs de la charte du Parc National des Cevennes à laquelle la commune a adhéré.

Or personne, ni le maire, ni les adjoints ni les conseillers municipaux n’ont lu ce document, qui a été adopté et signé à l’aveugle et à l’arrache en fin de séance. Personne n’a donc eu connaissance de la dévastation qui frappera directement notre environnement et notre cadre de vie, avec disparition animales et végétales,

forêt en danger

des saignées béantes en pleine pente favorisant l’érosion, des traversées d’engins énormes et polluants sur nos routes et nos pistes, qui emporteront nos arbres pour les cramer dans des usines à biomasse très décriées pour leur absurdité énergétique et écologique.

Sans compter l’effondrement des ruisseaux couverts qui provoquera des vagues géantes se déversant sur la ville lors des épisodes cévenols.

L’enjeu climatique y est complètement ignoré.

Or, n’oublions pas que la chlorophylle des feuilles absorbe le CO2 produit par nos chauffages et libère l’oxygène que nous respirons.

Nous ne pouvons accepter le déni de démocratie qui consiste à laisser carte blanche à une techno-structure soumise à la rentabilité et au profit, qui ne s’embarrasse ni d’écologie, ni des riverains et habitants. Nous voulons que la population soit informée et qu’un débat public se tienne avant tout vote concernant notre avenir. Nous voulons des garanties sur la préservation de la biodiversité de notre forêt et nous voulons pouvoir nous réapproprier ses usages.

Nous voulons la protection des libellules uniques qui patrouillent sur notre territoire, de nos salamandres, des oiseaux forestiers et de lisières encore abondants, des chauves-souris, des lichens sur nos vieux arbres, des plantes et fleurs sauvages, de nos fossiles carbonifères.

ours sur l'arbre dans la forêt

Nous voulons protéger et valoriser notre patrimoine néolithique et moyen-ageux, ainsi que les vestiges industriels miniers.

Nous refusons la destruction de nos terrasses multi-centenaires édifiées par nos ancètres à mains nues.

Nous pouvons proposer d’autres pratiques que la coupe rase et des ballets incessants de monstres mécaniques. Des alternatives existent : gestion forestière douce, débardage à filin ou à cheval, AMAP bois, etc....Nous voulons que nos initiatives citoyennes soient prises en compte : école en forêt ( crucial en temps de pandémie), circuits pédestres, randonnées paysagères, formations à la connaissance des plantes sauvages comestibles et médicinales, affouage écologique, histoire locale guidée, et nous voulons pouvoir décider quoi faire de nos arbres.

C’est pourquoi nous demandons à la mairie un moratoire immédiat sur l’exploitation de la forêt communale de Besseges par l’ONF et l’organisation d’un débat public.

* Zone A Défendre.

ZAD bientôt

Nous serons sur le marché de Besseges tous les Jeudi de cet été.

Venez signer notre pétition!

Notre tract: tract_2_foret_de_besseges

 

Tract RV

 

 

 

Posté par barbesse à 13:43 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

02 juillet 2020

Ecoféminisme avec France Inter à Besseges

Voici où on peut écouter l'émission " Place du marché"

qui a été enregistrée ce matin à Besseges,

où j'ai pu intervenir pour appeler à la protection de notre forêt communale.

P1120098

 

Posté par barbesse à 19:03 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,

31 janvier 2020

Ils arrivent, les oiseaux!

DSCN4321

Posté par barbesse à 09:22 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

22 novembre 2019

Tiruk, le petit chamane

tiruk le petit chamane

« Si vous restez seul dans la montagne pendant un temps, plusieurs jours au minimum et si possible sans provisions, la forêt finit par se lasser de se montrer hostile envers vous; elle reprend le cours de sa vie intérieure et vous autorise à la voir. »

« Treize lunes » Charles Frazier.

arbre moussu yurtao

*     *     *     *     *     *     *     *     *

Posté par barbesse à 09:07 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

30 septembre 2019

Premier Festival Art récup à Besseges

sculpture rayée de yurtao

J'exposerais mes sculptures lors du premier festival d'Art Récup

ayant lieu à Besseges (30) le 5 et 6 octobre 2019.

68560911_371925230422216_22223217351458816_n

Ce festival est initié par un groupe dynamique de sculpteurs sur fer qui pendant deux jours méleront leurs talents créatifs.

Pour ma part, je sortirais pour la première fois de ma forêt

chamana, art totemique de yurtao

ma ménagerie sauvage et mes Totems,

totem tipi de yurtao

 sculptures bois et textiles, toutes à base de matériaux naturels ou récupérés.

En exclusivité, voici Flamby Le Rouge, ma toute dernière extraction artistique.

flamby le rouge de yurtao

Pour le bois, je travaille essentiellement le chataigner et la bruyère arborescente, souvent des souches mortes que je déterre, jamais de bois vivant ni industriel.

Pour les Totems textile, je récupère de vieux vétements, de la laine, des tissus, des perles, des plumes, etc...

fleur totemik de yurtao

Un beau Week-end créatif en perspective,

à moins que la pluie tant attendue ne se décide à tomber précisement ces jours là, puisque l'expo se déroule en plein air....

prends ton temps

Posté par barbesse à 02:26 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

19 juin 2019

Paix des femmes

Nathalie m'a croqué dans son carnet !

yurtao fait ta déco par nathalie

Un magnifique carnet qu'elle enrichit sans cesse de ses rencontres, de ses aventures, ici une illustration du festival du féminin sacré.

carnet de nathalie féminin sacré 2019

Douceur de ces moments de rencontres entre soeurs.

Le matin, avant que toutes arrivent...

matin à Isis

guirlande rouge

bananes à la roulotte au crufeu sacré

la journée, avec ses ateliers, ses cercles de femmes...

cercle de femmes féminin sacré 2019

claire aux fleurs

tente rouge à Isiset le soir, vers le grand dôme

féminin sacré 2019 isispour des spectacles ou de la musique...

soirée sous le dome

Et toujours, le mat de cocagne aux drapeaux de Yurtao,

dansant sous le vent au milieu des grands arbres!

mat de cocagne yurtao au féminin sacré

Posté par barbesse à 15:12 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

25 mai 2019

Fleurs totem pour jardin extraordinaire

La petite chamane qui s'est incarnée ce printemps sortira de sa forêt tout bientôt.

chamane 1 a

Elle amène avec elle les  FLEURS TOTEM de son jardin extraordinaire

fleurs totem étiquette

qu'elle exposera aux  RENCONTRES du FEMININ SACRE,

124

festival qui aura lieu du 13 au 16 Juin 2019

au camping d'Isis à Saint Julien de la Nef,

entre Ganges et le Vigan dans le Sud des Cevennes.

Yurtao apportera sa contribution à la décoration du festival

en créant de beaux espaces  sacrés ouverts,

et en installant sous les arbres un gros bouquet

de  FLEURS TOTEM très étranges et pleines de couleurs. 

Yurtao présentera aussi un stand d'objets d'art sous le grand tipi d'acceuil.

Batons de pouvoir, batons de parole, tiny totems, Yeux de Dieu et attrape-rêves...

C'est le moment de venir célébrer la femme et la nature!

Quelle sirène enfilera la robe chamanique que je viens de terminer?

robe chamanique yurtao

Voici donc un avant-gout de quelques fleurs sorties de mon grand rêve chamanique...

Mais mieux vaudra les voir en vrai, au son du grand tambour

qui pulsera le chant des entrailles de la terre!

En attendant, pour en voir plus, c'est là.

deux fleurs totem yurtao

fleur totem 5

fleur totem 6

fleur totem 7

fleur totem 10

fleur totem 11

fleur totem 12

 

fleur totem 15

 YURTAO crée ta déco

*       *        *        *         *         *         *         *

Posté par barbesse à 08:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

05 mai 2019

Roue de medecine

Cercle de cailloux avec chemins des pôles pour ne jamais perdre le Nord

et cercles en chandelier éclairant la déambulation symbolique

au milieu des éléments naturels.

Cercle creusé en terre,

galets polis par l'eau,

lumière végétale en flamme,

vent dans les voiles.

roue medecine 1

roue medecine 2Avec les couleurs du printemps,

vert de quelques feuilles des rejets de mon figuier,

violet des fleurs de paulownia et jaune du genêt sauvage.

Suave et délicieux!

fleurs de paulowniagenet

roue medecine 3

roue medecine 4

roue medecine 5

roue medecine 6

Merci à la douce jeune fille qui a contribué à la magie de ce cercle en nature!

roue medecine 7

 

 

Posté par barbesse à 14:09 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

21 avril 2019

GAIABELLE,

la yourte qui niche sur les collines cévenoles.

ptite yourte gaiabelle

C’est l’histoire d’une petite yourte pleine de soleil qui se balade en Cévennes, une yourte pleine d’histoires d’amour et d’histoires de vie poignantes, qui a contenu tant d'émotions qu’elle est maintenant comme une vieille dame heureuse repue de sagesse.

Il y a plus de vingt ans, je fabriquais une yourte sur le balcon de mon HLM lorsqu’est arrivé le drame le plus terrible de ma vie. On m’a ramené mon enfant prostrée et muette. Je ne sais de quelle indicible agression, de quel crime elle survivait, mais j’ai su immédiatement que seul l’amour pouvait guérir. Je ne savais pas sur quelle île nous étions échouées et si quelqu'un viendrait nous aider. J’étais juste là, à côté, totalement là, démunie, je n'attendais plus rien. On était allé trop loin dans le désastre. J'écoutais son silence. Je continuais à la materner comme un bébé quand je ne bricolais pas ma yourte. Je peignais sur les treillis bleus, j'ai posé des pinceaux à sa portée, un verre d'eau. Au bout d’un mois, elle a tendu le bras. La perche sur mes genoux touchait les siens. Elle a trempé le pinceau dans le godet et s’est mise à dessiner de jolies arcades sur le bâton bleu. C’était son premier geste. C'était le début des yourtes. Les premiers treillis. A côté de mon style pictural précis et surligné, elle a inventé des animaux bigarrés en mélangeant plusieurs touches de couleurs, c'était très joli.

J’ai dit : « C'est joli, Émilie. »

Elle a répondu : « Toi aussi, c'est joli. »

C’était ses premiers mots. Là, sur mon vieux canapé en patchwork de velours côtelé, alors que nous nous appliquions côte à côte sur nos morceaux de bois, ma fille, au bout d'un mois de silence et de catalepsie, s'est remise à parler. Puis à sourire. Puis à manger. Puis à marcher. Puis à nous regarder.

Alors ces treillis, pour moi, ils sont plein d’émotion. Ils sont plein d’elle, qui n’est plus.

Et les différents propriétaires de cette yourte qui vogue autour d’ici le savent.

Aujourd'hui elle a repris vie, et vibre à l'unisson du printemps.

Dés sa naissance, Gaiabelle s’est d’abord nichée dans la forêt d’un creux de vallée au sein d’un écohameau, toute petite sous les frondaisons de châtaigniers.

gaiabelle a carapa enfants devant

Des cercles de femmes

,femmes dans gaiabelle en forêt

des enfants un peu sauvages,

gaiabelle a carap enfants dedans

des femmes et des enfants libres y ont chanté, dansé, rêvé dans le cercle bleu.

Puis, avant que je trouve un bon endroit pour mes yourtes,

cantoyourte yurtao sylvie

elle s’est cantonnée sur une petite terrasse derrière mon atelier,

interlude gaiabelle

faisant la joie des adolescents du quartier.

ados gaiabelle

Ils dormaient sur une bâche étendue à même la terre battue, ce n’était jamais plat,

à cause des monticules des taupes qui migraient pendant la nuit.

Assez vite, nous l’avons déplacé à quelques dizaines de mètres sur le nouveau camp.

montage gaiabelle au cantoyourte

Un montage tranquille et joyeux,

où mon amie C. a eu le coup de foudre pour Gaiabelle.

femmes sous la couronne de gaiabelle

Encore des cercles de femmes ont animé Gaiabelle,

fin du montage de gaiabelle au cantoyourte bas

puis la yourte a passé un hiver, son seul hiver, sur le Cantoyourte,

une année où la neige a été abondante.

gaiabelle sous la neige

Comme je poursuivais dans mon élan constructif, n’étant pas à court de yourtes ni d’envie de continuer de nouvelles créations, j’ai cédé la yourte soleil à mon amie. Ma fille venait de s'envoler au ciel, j'ai laissé partir la yourte qu'elle avait décoré. Mon amie l’a emmenée dans une autre vallée, pas loin, de l’autre coté de mes collines méridionales, pour la planter dans son jardin aux belles saisons.

gaiabelle chez mon amie C

S'y reposer et soigner des personnes fatiguées.

amie sous sa yourte

Jusqu’à ce qu’elle la transmette récemment à un ami vivant accroché à une pente cévenole dans l’exiguïté de sa clède. Qui s’est offert Gaiabelle, la yourte soleil, pour faire résonner ses tambours.

Voici maintenant les images du dernier montage de Gaiabelle, chez l’ami qui aime non seulement les yourtes mais aussi tous les bouts de bois extraordinaires et les carcasses abandonnées dans les ravins, et qui comme moi, les rabote, les caresse et y dépose quelques motifs à son goût.

gaia 1

 

gaia 2

totem gérard 1

gaia 3

 

gaia 4

totem gérard 2

 

gaia 5

 

gaia 6

 

totem gérard 4

 

gaia 7

gaia 8totem gérard 3

gaia 9

gaia 10

 totem gérard 5

gaia 11

gaia 12

totem gérard 6

gaia 14

totem gérard 8totem gérard 7

gaia 13

gaia 15

totem gérard 11totem gérard 9

totem gérard 12

gaia 16

totem gérard 10

gaia 20

gaia 21 tambours chamaniques dans la yourte

DSCN2553

 

 

Posté par barbesse à 17:37 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

13 avril 2019

Le chaos des gilets jaunes

Il y avait sur la plage, au bord de la mer, un endroit où quelques inspirés ont élevé des pierres. 

DSCN1698

Cet endroit, des gilets jaunes l'ont occupé momentanement, 

DSCN1703

inventant des cabanes et des ponts de pierre,  des cairns impromptus,

DSCN1710

et cette oeuvre spontanée, cet art populaire sans préméditation, c'est devenu joli.

DSCN1718

Chacun a apporté sa pierre,

DSCN1726

cherché le meilleur agencement pour que ça tienne,

DSCN1737

et tout le monde a fini par trouver l'équilibre !

DSCN1748Mais.

Mais.

Mais bien sûr, l'art sauvage, s'il n'est pas interdit, est une insulte pour ceux qui dirigent les machines,

et un bureaucrate pas inspiré a décidé de tout raser.

Fallait bien que tout rentre en ordre, c'était trop bien tous ces détours entre les pierres qui ouvraient plein de nouveaux chemins, des chemins pas tracés, pas bétonnés, des chemins faits par les gens, avec leurs mains et leurs rires, et pire par des Gilets Jaunes!

 Alors ils ont dépéché le bull, qui a tout renversé, cassé toutes les cabanes de pierre, tout repoussé dans la mer.

DSCN2304Après, ils ont fait leur art à eux, des lignes droites bien plates,

plus rien qui dépasse, tous dans les rails.

Lever des pierres, ça risque de donner des idées de se mettre soi aussi debout,

c'est trop révolutionnaire, c'est du chaos, pas de l'art.

L'art doit être idyllique, pas humain.

DSCN2306

 

 

Posté par barbesse à 19:11 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

09 avril 2019

Sois vieille et tais-toi!

 

fragile sous la dictature

Quand est-ce qu’il va arrêter de nous insulter ??? Arrêter de nous manipuler ? Arrêter de nous humilier ?

Lorsque j’ai entendu à la radio son abominable couplet sur la pauvre femme isolée qui élève seule ses enfants, j’ai hurlé et immédiatement éteint mon poste, me retenant de le fracasser au sol. J’avais une telle envie de vomir et une telle colère que je n’ai pas pu avaler une miette pendant des heures. Comment ce type sans enfants peut-il oser se servir de nous aussi impunément ? C’est tellement répugnant que je ne trouve plus mes mots. Alors j’ai cessé d’allumer la radio (sage). Et puis je l’ai rallumé quelques semaines plus tard (pas sage), et là, je suis tombée sur le scandale de cette vieille (sage) dame (Genevieve Legay) renversée par les sbires (pas sages) des riches, et ce que j’ai entendu m’a fait vomir. Et cette fois, vomir physiquement. Là, il a crevé tout ce qui est admissible. Il a osé railler une vieille militante, engagée et courageuse, mère et grand-mère, gisant en urgence absolue sur le bitume,

la vieille dame qui cherche les emmerdesqui aurait, selon son langage complètement perverti, manqué de sagesse.*(Voir en bas sur la perversion du langage) Comment la honte ne ravage pas ce type ? Combien de temps on va encore supporter ça ?

fumier à composter

Quasiment au même moment, une tripotée de vieilles femmes qui, elles, ont compris qu’il fallait rester très sages sous peine de maltraitance aggravée ont été trucidées par la multinationale qu’elles ont du payer pour les enfermer. Au moins c’est clair, les faits parlent d’eux-même.

Partout dans le monde, les femmes seules, pauvres et vieillissantes sont les plus discriminées et les plus méprisées. Jugées inutiles dés qu'elle sont sorties du marché sexuel, reproductif et économique, les vieilles femmes n'ont plus de place dans la société que pour faire cracher jusqu'à leur dernier souffle quelques actes médicaux nécessaires à la machine productiviste. Je ne parle pas des riches qui peuvent se payer confort et soins à gogo. Je parle de la majorité, celles qui ne se reposent jamais, celles que personne ne va voir, celles qui rapetissent en silence, celles dont on se moque, qu’on oublie, qu’on enferme, qu’on torture.

Toutes ces petites mains éreintées de labeur et jamais carressées, jamais remerciées. ( Merci à la copine (ex) qui s'est exclamée d'un air choqué et dégouté, devant mes mains abimées et déformées, en insistant lourdement : "Ah quelles paluches!" et à qui je n'ai pu que répondre: " Ben oui, je m'en sers...",  parce que grace à elle, je suis devenue fière de mes mains! )

mains qui ont beaucoup travaillé

Je parle de l'immense gâchis de toutes ces longues expériences bafouées, de toute cette sagesse piétinée.

Si cette reconnaissance de la sagesse était encore valide dans nos sociétés, il n'y aurait pas besoin de s'accrocher à sa fonction pour jouir jusqu'au bout d'un statut social, la retraite serait accueillie avec soulagement, et non comme une condamnation à mort, et personne n’accepterait qu’on en recule encore l’age.

toujours à faire du lien

L'état actuel d'étiolement des solidarités, de repli sur soi, de rejet et de criminalisation des pauvres, des démunis, des spoliés, de ségrégation des différents ages de la vie, de course au profit, de disparition des sociétés traditionnelles et de ringardisation de la sagesse, peut conduire à une prise de conscience amère: alors qu’on est tenté de croire que les agressions extérieures s'amoindrissent, car ouf enfin le physique n’est plus un appât, on découvre que la fragilité n’est plus qu’un marché aussi impitoyable que pour n’importe quel objet dépourvu d’âme. Alors il restera toujours à vaincre les désespérances de la solitude, de la faiblesse, de la maladie, de la restriction de plus en plus sévère de l'activité et de la décrépitude du sens.

Pourtant, le travail de diminution, au moment de la vieillesse, offre toute liberté de vivre à l'encontre des dictas capitalistes en éprouvant en toute conscience l'analogie avec les limites du grand corps de notre mère la terre. La peau comme la terre s’assèche, la chair comme l’humus se raréfie, on éprouve physiquement que ses ressources, comme celles de la planète, ne sont pas inépuisables. On mène ainsi de front deux postures : l'adaptation au ralentissement naturel du vieillissement personnel, et le ralentissement urgent et volontaire d'un mode de vie occidental enfin reconnu comme écrasant, anéantissant une planète criblée à bout de souffle. L'écoute attentive du ralentissement personnel devient alors un modèle de transition, on saisit comment la présence profonde à soi-même et à la réalité opère le changement, et on débouche sur une acceptation joyeuse des limites.

joie de la vieillesseDans les deux cas, la maturité du jugement est précieuse.

C'est pourquoi les personnes vieillissantes peuvent devenir des modèles de sagesse, de réalisation et de modestie quand, toute arrogance et vanité bues, elles réussissent à abandonner leurs ambitions déplacées et ne prétendent plus imposer leurs convictions. Tout le contraire de ces nantis qui pourrissent la planète par l'insondable vénalité de leurs fonds de pensions, ces croulants de l'oligarchie sénile et triomphante accrochés au mythe pathétique d'une croissance infinie, ces péteux qui ont confisqué le monde par refus d'accepter leur finitude, responsables de la haine et de la peur à l'encontre de tous les vieux encore sages qui n'ont pas cédé aux dictas de la jouvence éternelle, de la vitesse et de l'innovation technologique perpétuelle. Responsables en particulier de l'ostracisme si bien partagé contre les vieilles femmes, les soupçons de sorcellerie et de malveillance s'étant transformés en condamnations d'inutilité et de laideur.

sois vieille et tais-toi

Pourtant l’évolution a fait de notre espèce la seule qui offre aux femelles une période de vie sans contrainte reproductive, et je suis de celles qui croient que cette période de la ménopause est une magnifique opportunité naturelle au bénéfice de l’humanité, qui a la singularité et la chance de compter parmi elle une portion d’humains dotés d’expérience capables de réfléchir sur l’existence et l’avenir en dehors de toute pression hormonale et démographique, des femmes aux désirs pacifiés.

belle vieille femme

Qu’on puisse tirer leçon de cette inoffensivité est absolument inenvisageable par ce type qui nous insulte régulièrement par médias interposés.

Alors la sagesse n’est-elle de s’indigner quand des robocops aux ordres d’un pouvoir odieux piétinent une vieille femme rebelle qui ose promener dans la rue le drapeau de la paix ?

https://lundi.am/La-vieille-dame-qui-cherche-les-emmerdes-et-la-gazelle-casquee

espagne-mamie-manifestations_0Est-ce vaine résistance que de refuser le même sort que nous avons fait aux arbres?

Les humains ont exterminé tous les vieux arbres de la planète pour n’exploiter que de sages rangées de jeunes « tiges » aseptisées, ce qui est parfaitement débile même du point de vue économique, puisqu’un arbre ne produit son maximum que dans sa maturité, c’est à dire après au moins un siècle.

Voici maintenant une citation de l’excuse que l’économiste et philosophe Frédéric Lordon a présenté à l’Elysée quand il a décliné l’invitation à rejoindre les 64 intellectuels conviés à clore le grand débat.

« Dans vos institutions, on continue de mentir, grossièrement, éhontément. Vos procureurs mentent, votre police ment, vos experts médicaux de service mentent – ce que vous avez tenté de faire à la mémoire d’Adama Traoré par experts interposés, par exemple, c’est immonde. Mais, serais-je presque tenté de dire, c’est du mensonge tristement ordinaire.

Vous et vos sbires ministériels venus de la start-up nation, c’est autre chose : vous détruisez le langage.

Quand Mme Buzyn dit qu’elle supprime des lits pour améliorer la qualité des soins ; quand Mme Pénicaud dit que le démantèlement du code du travail étend les garanties des salariés ; quand Mme Vidal explique l’augmentation des droits d’inscription pour les étudiants étrangers par un souci d’équité financière ; quand vous-même présentez la loi sur la fake news comme un progrès de la liberté de la presse, la loi anti-casseur comme une protection du droit de manifester, ou quand vous nous expliquez que la suppression de l’ISF s’inscrit dans une politique de justice sociale, vous voyez bien qu’on est dans autre chose – autre chose que le simple mensonge. On est dans la destruction du langage et du sens même des mots.

Si des gens vous disent « Je ne peux faire qu’un repas tous les deux jours » et que vous leur répondez « Je suis content que vous ayez bien mangé », d’abord la discussion va vite devenir difficile, ensuite, forcément, parmi les affamés, il y en a qui vont se mettre en colère. De tous les arguments qui justifient amplement la rage qui s’est emparée du pays, il y a donc celui-ci qui, je crois, pèse également, à côté des 30 ans de violences sociales et des 3 mois de violences policières à vous faire payer : il y a que, face à des gens comme vous, qui détruisent à ce point le sens des mots – donc, pensez-y, la possibilité même de discuter –, la seule solution restante, j’en suis bien désolé, c’est de vous chasser. »

protection de ma maison

 

Posté par barbesse à 14:42 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

03 avril 2019

Prince de la glèbe

prince de la glèbePeinture rupestre de Yurtao, acrylique sur rocher sorti de terre.

 

Posté par barbesse à 11:39 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

23 mars 2019

Couleurs en folie! Guirlandes, drapeaux, fanions, banderoles, banières ...

Bouts de tissu accrochés en nature, 

filtres multicolores aux rayons de lumière du soleil, de la lune et des étoiles.

Si tu en veux aussi, c'est là:

http://yurtao.canalblog.com/pages/yurtao-fait-ta-deco-/37199466.html

1 yourte aux étoiles banderolées yurtao

baie de drapeaux yurtao

banderoles de banières yurtao

banderole sur perches de tipi yurtao

banières sous la neige yurtao

cachée derrierre les banderoles de drapeaux yurtao

cheminer sous les banières de couleurs

cloture de tissu devant yourte yurtao

coeur de fanions yurtao

creshendo de banières yurtao

déco totale dans tipi

détail drapeaux yurtao 1

drapeaux dans le brouillard yurtao

drapeaux yurtao 1

enchantement sous le wigwam yurtao

étoile de yourte aux banières yurtao

fanions de la chapelle micocoulier yurtao

fanions vaisselle yurtao

forêt enchantée yurtao

grande yourte derrière drapeaux enguirlandés yurtao

guirlandes de drapeaux sous la neige yurtao

guirlandes de drapeaux yurtao

guirlandes de lanières émergeant de la verdure yurtao

guirlandes multicolores sous tipi yurtao

la haut sur la colline yurtao

marcher enguirlandé yurtao

murette aux drapeaux yurtao

ptite yourte vannée aux drapeaux yurtao

seuil de porte nature yurtao

soleil dans guirlandes tissu yurtao

tipi sous la neige avec drapeaux yurtao

yourte aux drapeaux sous le blizard yurtaoet pour en voir encore plus, c'est là:

http://yurtao.canalblog.com/albums/drapeaux__bannieres_et_fanions/index.html

 

Posté par barbesse à 07:17 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 mars 2019

Visages en nature

créature affalée yurtao

Figures Totem

masque vivant yurtao

Dans mon jardin

 

Bois de chataigner, masques, peinture acrylique.

Posté par barbesse à 18:07 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

04 mars 2019

Mandalas cocons

S'il arrive qu'en étant trop dehors

oeil de dieu aux plumes multicolores

On se trouve hors de soi

oeil de dieu aux rubans volants

Rien ne vaut alors

oeil de dieu 12 branches

Que tisser un bon petit mandala.

mandala aux coeurs d'or

 

 

Posté par barbesse à 09:02 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :